Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 00:01

Cher déconstructeur de Mac do aveyronnais,

 

Vous et les faucheurs volontaires d’OGM vous vous dites les derniers protecteurs de l’Humanité face au règne des marchands. J’avoue humblement que j’ai du mal à y retrouver mes petits dans les histoires d’OGM car, même si je n’ai aucune envie de voir le patrimoine génétique des plantes confisqué par Monsanto, je ne vous ai jamais considéré ni comme un parangon de la démocratie, ni comme un paysan éclairé. Votre goût prononcé pour la mise en scène, vos certitudes de gaucho non révisé, votre agitation médiatique, votre côté démagogue rural, me font vous considérer comme la branche rurale du jeune facteur de Neuilly, un merveilleux stérilisateur de voix, un allié objectif de ceux que vous dites combattre. En clair, vous n’êtes pas ma tasse de thé José Bové. Bien évidemment, je comprends aisément que vous vous en tamponniez la coquillette ou, plus plaisamment que, vous vous en battiez les couilles en référence au Never Mind the bollocks des Sex Pistols de nos belles années.

Mais alors pourquoi diable vous interpeller, dans cette lettre ouverte, aujourd’hui ? Tout bêtement parce qu’à la fin du Tour de France, à la veille des Jeux Olympiques, je reprends votre formule d’altermondialiste en l’appliquant aux athlètes : le sportif n’est pas une marchandise ! Et pourtant, comme l’écrit dans son livre « Le sport est-il inhumain ? » Robert Redeker : « Formulons, avant de l’examiner, une hypothèse : le sportif est un mutant soumis à l’impératif de la commercialisation. Il se doit d’être commercialisable. Il ne s’appartient pas – en ce sens, il est le contraire de l’homme libre - il appartient à ses sponsors, il appartient aux médias qui vivent de ses efforts, il appartient à la grande masse des consommateurs d’évènements sportifs. » Alors, continue-t-il « Personne ne se scandalise de ce que les footballeurs, les coureurs cyclistes, et à présent les rugbymen aussi, s’achètent et se vendent sur le mercato, marché interlope où pullulent des maquignons spécialisés dans la chair compétitive, assimilables à de véritables entremetteurs (…) Le sens de leur propre dignité s’est tellement éclipsé chez les sportifs professionnels qu’ils trouvent normale la tenue de pareils marchés. Comme s’ils étaient des bœufs, comme s’ils étaient des esclaves. »

Je sais que je risque de ne guère pas vous émouvoir car ce « bétail » palpe lourd, les salaires voisinent ceux des patrons du CAC 40. Mon propos ne se situe pas sur ce plan mais celui d’une véritable mutation des corps des athlètes de haut niveau.

Vous qui dézinguez dans la joie et la bonne humeur, comme au temps des chantiers de jeunesse, de braves épis de maïs mutants qui ne vous ont rien fait allez vous rester insensible à l’érection de Robocops en short. Bien sûr je pourrais vous la jouer en émotion rétrospective, en vous chantant les arabesques de Gachassin, les dribbles chaloupés de Rocheteau, les coups francs de Platini, ou les coups de pédales fluides d’Anquetil ou de Charly Gaul. Des mecs comme nous, des gus dans lesquels on aimait se projeter. Bien sûr, certains, comme Anquetil, se sont un peu dopé à l’ancienne : « bien souvent je me suis fait des piqures de caféine… » Tom Simpson, anglais sympathique, est mort sur les pentes du Ventoux, en plein cagnard, le 13 juillet 1967. Mais comme l’indique Redeker « le dopage de son corps ne se limite plus depuis belle lurette à l’absorption occasionnelle d’une potion magique afin de se surpasser artificiellement. Loin de ce folklore passé de saison, le dopage s’inscrit dans la science en tant que technologie systématique de fabrication de compétiteurs hors normes sur la longue durée. »

Je cite toujours : « Le dopage contemporain se définit par la possibilité de changer le corps sur le long terme. La substitution des dopages génétiques et basés sur les nanotechnologies au dopage exogène pointe à l’horizon. Avec le dopage contemporain, et plus encore celui de demain, nous frôlons l’univers des chimères – ces animaux étranges, mi-hommes, mi-bêtes, auxquels les biotechnologies donnent naissance, univers préparé aussi par le dopage génétique. Insuffler des cellules souches embryonnaires d’un cerveau humain à une souris met au monde une chimère. Les sportifs de l’avenir seront peut-être produits sur le modèle des chimères. »

Et plus dure sera la chute : « Le dopage high-tech – celui que les contrôles ne parviennent jamais à déceler, mais que tous les responsables du fait sportif, ainsi que la grande masse des observateurs savent l’existence – est sur le point de fabriquer des HGM, des humains génétiquement modifiés, destinés à assurer le spectacle permanent de la compétition. »

Alors José, sans te suggérer de lier tes efforts à l'indestructible BB qui à su défendre les animaux de laboratoire, je compte sur ton goût des voyages et des bons coups médiatiques pour, à l’instar de Tommie Smith et John Carlos les sprinters US levant le poing sur le podium des JO de Mexico en 1968, soit de déployer dans les tribunes du stade olympique de Pékin une banderole « Non aux HGM ! », soit de t’enchaîner aux grilles de ce même stade en criant « nous sommes tous des Lance Armstrong en devenir ! »

 

J’en reste là pour aujourd’hui. Bien à toi et je compte sur toi.

 

Jacques Berthomeau ancien passeur de La Vaillante Mothaise, élevé à l’ancienne, sans adjonction de produits prohibés.

 

PS. Si vous voulez bronzer intelligent je vous recommande la lecture le chapitre 2 du livre de Robert Redeker « La mutation du Tour de France cycliste et de ses coureurs »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

frissant pascal 29/07/2008 22:49

Cher Jacques
Curieusement tu cherches la bagarre à mon copain José quand un JA, "socialiste" Audois viens de se faire incarcéré pour soupcon d' usage illégal de langage pyrotéchnique. Un peu de non violence ne serait il pas necessaire à défendre le revenu des paysans languedociens?
La génération précédente avait dû abandonner le langage des anciens(interdit de cracher par terre et de parler occitan), la génération nouvelle à un formatage à respecter: manifester pour rien, adhèrer à des discours qui ne disent rien, rentrer à la fnsea qui n'obtiendra rien, se défendre contre les écolos , les consommateurs, les journalistes, le site de Berthomeau récemment accusé de ne rien faire pour les 'paaaauvres vignerons parias du monde moderne, et si t'es motivé une petite carrière syndicale mettra du beurre dans les épinards, te feras faire des bons coups, et oublier les copains que tu laisseras sur le carreau.

Tu pourras peut être aller au bordel quand tu monteras à Paris ou descendras à Barcelone.
Le sujet: si 8000 viti(e)s en colère n'obtiennent rien, si les syndicalistes (et nous en particulier) n'offrent aucun combat à la hauteur du naufrage financier de nos familles, il ne reste que le suicide, la maladie psycho-sommatique(on n'invitera pas les viti chez Mireille Dumas), le fatalisme ou le combat corps à corps. La pyrotechnie c'est une connerie mais c'est trés explicable.
donc
Pourquoi jacques, railler mon pote josé, le plus grand dépositaire de la confiance des consommateurs, le syndicaliste le plus affûté dans la maîtrise des techniques non violentes, le premier à lier si fondamentalement la cité ,les campagnes ,le sous développement et le cours en bourse des industriels et fonds de pension affameurs.
Une poignée de josé(s) aurait rendu le syndicalisme viticole moins creux, c'est à dire pas à l"envers de la demande sociale, plus constructif c'est à dire capable de donner du sens aux vins, capable de drainer la sympathie du monde entier. Tu as encore 40ans à vivre, prends le temps d'aimer un peu la profondeur des propos des alter. La forme est souvent gonflante? peut être...est ce une raison pour ridiculiser le fond?

Salut et merci

JACQUES BERTHOMEAU 30/07/2008 08:59


Cher Pascal,

José je le connais si bien que je peux me permettre de m'amuser un peu à ses dépends car il a montré lors des dernières présidentielles les limites de sa personnalité. De plus José Bové est plus,
comme Besencenot, le chouchou des médias et des bourgeois de gauche, qu'un syndicaliste de terrain. Mon reproche principal dans ce domaine est qu'il est le meilleur faire-valoir des syndicalistes
que tu dénonces à juste raison. Ayant dans les temps soixante-huitard voisinné l'extrême-gauche elle est sectaire car elle veut imposer ses idées et au bout du compte soit les plus durs se
recyclent dans le système ou comme les BR italiennes ne veulent pas assumer leurs crimes. Je suis un réformiste et je ne vois pas pourquoi je soutiendrais des gens qui sur le long terme se sont
toujours trompés (cf les PC d'Attac). En revanche, sur l'hyperfinanciarisation et le creusement des écarts de revenus je suis de ceux qui veulent organiser la résistance, la vraie, c'est-à-dire une
organisation des producteurs et des citoyens consommateurs. Mon combat est bien sûr moins flamboyant mais je ne change pas d'avis tous les 10 ans. Alors, la violence, même romantique, ne me semble
pas la réponse aux agressions du temps. Il eut mieux valu pour les JA audois se mobiliser autour de notre réflexion de 2001, la critiquer, mais bâtir alors qu'à Bergerac tes copains ont demandé ma
tête : condamnation symbolique mais si significative de leur état d'esprit. Je ne ridiculise jamais les idées des alter ou de la CP mais je suis allergique à l'exploitation du fond de commerce des
"pauvres". J'en viens et j'ai gardé cette fierté. Bien à toi Pascal et attention à une certaine forme d'idolâtrie autour de José Bové


cot 28/07/2008 22:21

Et pendant que nous lisons toutes ces élucubrations stériles la situation viticole se dégrade pour beaucoup de petits vignerons dont J.B se fout éperdument. Nous attendons quand même depuis des lustres les projets du groupe "vin et ...*" et ses résolutions efficaces pour redonner de l'espoir.
*on ne se rappelle plus le nom et l'on se demande si il existe encore !!!!

JACQUES BERTHOMEAU 28/07/2008 22:34


C'est quoi ce délire l'anonyme ? Même pas le courage de signer. C'est minable... T'es pas obligé de lire mes conneries ducon et tu devrais savoir que je suis au rencart depuis des années
alors tu peux toujours me demander des comptes j'en ai pas à en rendre à quelqu'un qui se planque sous un pseudo. Pas cap de signer !


  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents