Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 00:08

 

Les auteurs d’études adorent affubler les catégories de leur chère typologie – chères aussi – d’appellations qui décoiffent, ça fait très tendance. Le titre de ma chronique n’est donc ce matin que le copié-collé, du moins jusqu’aux deux points, d’une des 10 catégories inventoriées par le CREDOC pour le compte de la Confédération des VIF. Je la reprends, comme promis, car elle fait le pendant des « affreux » agri-managers de la viticulture, les gros de ma chronique du 23 juillet. Avant d’aller plus avant en écrivant me revient la réflexion d’un patron d’une grande entreprise qui, contemplant de son bureau de la Défense, la Tour d’en face, repère d’une grande société de consultants, me confiait : «  nous vivons vraiment une époque formidable, nous payons très cher des gens pour qu’ils viennent, chez nous, siphonner des idées auprès de nos proches collaborateurs. Ils prospèrent sur notre stupidité et une forme de couardise : en cas d’échec on se contente de changer de cabinet conseil. Entendez-moi bien, je ne vise pas ici l’étude du CREDOC, ni la démarche des VIF mais je veux souligner qu’une vraie démarche stratégique, débouchant sur des choix, doit être le fait des intéressés eux-mêmes et non du précuit à la sauce Ernest Young&Frères.

 

« L’installation en exploitation « agriculture biologique » ne constitue pas une simple évolution des techniques de production. Il s’agit d’un modèle économique à part entière basé sur une adaptation du produit à la demande des nouveaux consommateurs et aux exigences des Français en matière de respect de l’environnement. Il s’agit donc de vignerons particulièrement tournés vers l’aval, c’est-à-dire le consommateur final. Les exploitations installées en bio sont en règle générale plus récentes que les exploitations des autres classes de la typologie ce qui renforce leur adaptabilité aux évolutions du secteur de la vigne et du vin »

 

SAU moyenne = 25 ha (2 fois supérieure au VIF moyen 12,3 ha)

En 2007 le vignoble bio = 22500 ha (2,6% du total)

Le nombre d’exploitations bio a fortement progressé 1907 exploitations en 2007 (+ 16,6% par rapport à 2006.

Le vin issu de l’agriculture bio est bien valorisé CA moyen à l’hl = 337 euros (266 euros pour le VIF moyen).

 

«  Particulièrement jeunes – âgés entre 43 et 46 ans contre 48,6 pour la moyenne de tous les VIF – les vignerons installés en bio ont des compétences managériales supérieures à la moyenne des vignerons indépendants. De plus, les cibles marketing des vignerons produisant des vins issus  de l’agriculture biologique étant socialement favorisées, la valorisation des vins « bio » est généralement supérieure.

 

« Au final, le nombre de vignerons de la classe start-up bio devrait continuer de croître, en supposant que les vignerons des classes embouteilleurs AOC, Spécialistes du Blanc et Mixtes en particulier passeront en label AB. Nous estimons à 1676 en 2015 le nombre de vignerons de cette classe. La production totale de la classe augmentera en conséquence pour atteindre 2,3 M hl en 2015 (contre 338 000 hl en 2000).

2 infos :

- la chronique "Desproges fait l'éloge funèbre de Bedos" a été mise en ligne par erreur, désolé ;

-  je vous recommande le commentaire savoureux de l'anonyme et courageux COT sur ma chronique d'hier on ne m'avait    pas encore fait le coup de me reprocher mon inaction je transmets à qui de droit pour qu'on me redonne le pouvoir... 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

gus 29/07/2008 08:53

Cette étude relève plus de l'art divinatoire que de la prospective!Sont forts au CREDOC pour prévoir l'évolution de la viticulture alors que le troisième choc pétrolier est en train de paupériser ce pays.Le consommateur lambda aux fins de mois difficiles aura vite fait de faire l'impasse sur le produit "vin":boire ou conduire,ils a déjà choisi!Comme pour nos politiques,faudra qu'ils descendent un peu de leur tour d'ivoire ces gens du CREDOC pour voir comment vit en ce moment le bon peuple de France...
Tiens,et puisque ils sont si forts,demandons leur de voir plus loin.Cette étude nous porte à l'horizon 2015,comme par hasard aux veilles de la libéralisation des droits de plantation.Pourraient-ils de leur lanterne nous éclairer sur les tenants et les aboutissants(cataclysmiques à mon humble avis...)de cette nouvelle réforme?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents