Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2018 7 16 /12 /décembre /2018 07:00
Au temps des cépages nazis le Zweigelt en Autriche, le « Dr. Wagnerrebe» dans le IIIe Reich l’ancienne «Cuvée des Dames hospitalières» 51 ares 10 centiares au lieudit les Teurons à Beaune devient «Clos du maréchal Pétain».

Commençons dans l’ordre historique :

 

  • Un cépage appelé «Dr. Wagnerrebe» sous le Troisième Reich en hommage à un dirigeant agricole nazi fut débaptisé après la Seconde Guerre mondiale. Renommé «Scheurebe» en Allemagne, d'après le nom de son inventeur, il est aujourd'hui encore produit et commercialisé en Autriche sous le nom de «Sämling 88» (Semis 88). Mais cette appellation, qui se réfère au numéro du croisement qui a produit le cépage, est sujette à controverse, le chiffre 88 étant un code employé dans les milieux néonazis pour signifier «Heil Hitler».

 

  • En Autriche le cépage «Zweigelt», créé à partir d'un croisement entre le SaintLaurent et le Blaufränkisch, qui porte le nom de son créateur, le botaniste autrichien Fritz Zweigelt (1888-1964), un nazi membre de la première heure du parti NSDAP et un antisémite convaincu, crée une certaine polémique. Au point qu'une campagne est lancée pour le rebaptiser.

 

Le cépage «Zweigelt» est très populaire en Autriche. (photo: DPA/Sebastian Willnow)

 

C’est le vin star des tables locales, ce cépage produit le vin rouge le plus consommé en Autriche.

 

 

L'organisme Österreich Wein Marketing, chargé de la promotion du vin autrichien, s'est dit ouvert à la discussion, tout en soulignant que le dossier devait être davantage étayé. Un point de vue partagé par l'historien Robert Streibel, qui a toutefois estimé «qu'une fois que tout sera prouvé et inattaquable, il sera difficile de cautionner le nom Zweigelt».

 

  • Dans l’État françaisla terre ne mentait pas les notables bourguignons, le maire  de Beaune Roger Duchet en tête s’illustrèrent en mai 1942 où le préfet du département de la Côted’Or demanda officiellement qu’une des vignes des Hospices de Beaune soit vendue au département, avant d’en faire don au maréchal Pétain. La municipalité de Beaune et les notables de la région répondirent avec une allégeance totale aux sollicitations préfectorales. Le maréchal ayant accepté ce cadeau, qui s’inscrit dans la très longue liste des cadeaux qui lui sont faits quotidiennement, une délégation officielle se rendit à Vichy pour lui remettre son titre de propriété. Le maréchal devient ainsi propriétaire d’un clos qui fait partie de la « Cuvée des Dames Hospitalières », un des fleurons du vignoble bourguignon. Un an plus tard, une cérémonie a lieu à l’occasion du bornage du clos. La Libération venue, le clos perd son bornage, ses grilles et son nom, et la mémoire locale s’empresse d’oublier l’événement tandis que les notables se rallient avec empressement au régime républicain restauré. »

 

 

Dans « La terre ne ment pas » : le terroir viticole à l’épreuve de la Révolution nationale de Vichy

La matérialité d’un discours : l’épisode des Clos du maréchal Pétain

Jean Vigreux écrit :

 

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bourgogne, auteur d’une thèse de doctorat d’État consacrée au dirigeant communiste Waldeck Rochet (Waldeck Rochet, une biographie politique, La Dispute, 2000, avec un préface de Serge Berstein qui fut son directeur de thèse), et d’un récent « Que sais-je ? » sur le Front populaire (N°3932), spécialiste de l’histoire du communisme rural en France et de l’histoire de la Résistance (il est directeur du Musée de la Résistance en Morvan), Jean Vigreux publie aux PUF la version remaniée et augmentée d’un ouvrage publié en 2005 aux Éditions universitaires de Dijon, sous le titre La vigne du maréchal Pétain.

 

 

« En premier lieu, il faut évoquer le Clos du maréchal Pétain à Beaune. Plusieurs moments caractérisent cet épisode ; celui du don, puis celui de la cérémonie du bornage et enfin ceux des vendanges et de la mise en bouteille. Au printemps 1942, le département de Côte-d’Or, via le préfet régional, Charles Donati, demande aux Hospices de Beaune de lui céder une vigne de renommée afin de l’offrir au chef de l’État. La commission administrative des Hospices accepte cette initiative. Ce cadeau rejoint la longue liste des offrandes des provinces françaises au chef de l’État. C’est une portion de 51 ares et 10 centiares située au lieudit les Teurons à Beaune : l’ancienne « Cuvée des Dames hospitalières » devient « Clos du maréchal ». Une délégation des notables beaunois, conduite par le préfet régional Donati se rend à Vichy pour offrir ce cadeau au maréchal Pétain le 29 mai 1942. Roger Duchet, de retour à Beaune, s’empresse de raconter cette entrevue dans le journal local :

 

« Arrivés à l’Hôtel du Parc, nous avons été introduits près du maréchal par le Docteur Ménétrel, chef de son secrétariat particulier, et avons été présentés par M. le préfet régional Donati auquel revient l’heureuse idée d’offrir au Chef de l’État une vigne de Bourgogne. Le Maréchal s’est réjoui de posséder une parcelle du célèbre domaine des Hospices de Beaune. C’est avec intérêt qu’il a reçu de nos mains l’acte de vente, le plan de sa nouvelle propriété et l’originale clef de la vigne qui porte désormais le nom de Clos du Maréchal. […] Nous avons admiré l’étonnante vigueur physique du Maréchal. Il s’est entretenu avec nous d’une façon simple et familière qui nous a tous profondément touchés. C’est avec joie que nous lui avons présenté l’hommage de notre Bourgogne. Nous sommes heureux et fiers de posséder maintenant sur notre "Montagne" de Beaune le "Clos du Maréchal" » (Journal de Beaune, 3 juin 1942).

 

Les louanges de Duchet contrastent avec l’état général de l’opinion, mais soulignent les enjeux de la mystique pétainiste. L’acte notarial qui est établi par Me Nourrissat à Dijon, qui fait plusieurs voyages entre la Côte-d’Or et Vichy, invite aussi à mesurer l’emprise idéologique du régime sur une portion de terroir. D’ailleurs, pour que le don puisse se faire, un fonctionnaire de la Préfecture, travaillant pour les hypothèques, établit un document où l’identité du chef de l’État est déclinée avec cette mention lapidaire et quasi programmatique : « N’appartient pas à la race juive. N’a pas d’ascendance juive ». Le zèle poussé à son extrême offre alors un lieu inattendu de « contrôle d’origine ». (Vigreux 2016) On retrouve le même type de transcription dans l’acte remis à la conservation des hypothèques de Beaune, le 18 juin 1942 : « le maréchal Pétain est né à Cauchy-la-Tour (Pas-de-Calais), le 24 avril 1856, qu’il est de nationalité française et non israélite (…) ».

 

Ainsi commençait l’histoire du clos du maréchal Pétain. Un an après l’offrande, en 1943, la vigne, activité économique, sociale et culturelle de la Côte-d’Or sert de support au pouvoir politique, tant sur les imaginaires qu’elle mobilise et les registres variés qui l’entourent ; une mise en scène médiévale et religieuse au moment où la ville de Beaune commémore avec faste le 500e anniversaire de ses Hospices, une valorisation du travail de la terre. Tout le registre de l’idéologie traditionaliste et passéiste de Vichy peut alors être mobilisé dans cette petite sous-préfecture de la côte bourguignonne.

 

On prépare avec minutie et respect de la tradition le bornage sous la responsabilité du préfet régional assisté par un ingénieur géomètre à Dijon, Marcel Mourgeon. Véritable cheville ouvrière de la cérémonie, ce dernier est chargé de préparer le bornage dans le moindre détail. Premièrement, il investit le terrain à Beaune et prévoit l’emplacement précis des bornes. Il conçoit également les cartons d’invitation ; usant de ses talents artistiques et de calligraphe, il fait le dessin original mettant en scène le bornage dans un cadre médiéval. Les canons en sont simples : il s’agit de marier « le culte des insignes maréchalistes », comme la francisque et les attributs traditionnels d’un bornage viticole, tout en usant d’une rhétorique folkloriste. Il revient au centre rural de Corgoloin (ancien chantier de jeunesse) de tailler et de sculpter les bornes du Clos. Trois bornes ont été réalisées mesurant 1,20 mètre de hauteur sur 0,60 mètre de large, pour un poids d’une tonne chacune. Ces trois bornes s’inscrivent dans la symbolique du régime en portant la francisque et l’inscription « Ph. P. 1942 », une borne miniature a été également envoyée à Vichy…

 

Le 25 mai 1943, l’inauguration publique est organisée en présence des notables et des jeunes du centre de Corgoloin qui prennent place autour du clos et reçoivent une véritable leçon pétainiste. N’oublions pas également que le « Service Civique Rural » rassemble plus de cent mille jeunes âgés de dix-sept à vingt et un an qui participent activement aux travaux des moissons et des vendanges remplaçant en partie les centaines de milliers d’agriculteurs prisonniers en Allemagne.

 

Le préfet régional Charles Donati représente officiellement le régime de Vichy et le maréchal Pétain. Il est accueilli sur place par son chef de cabinet M. Beydou, le maire de Beaune Roger Duchet, le géomètre expert Marcel Mourgeon et le notaire dijonnais Me Émile Nourissat (membre du Conseil départemental depuis mars 1943), ces derniers assurant le caractère solennel de la cérémonie.

 

Le délégué régional à la jeunesse, M. Thiébaut, est le premier à prendre la parole. Il est fier et heureux de faire don de trois bornes au nom du centre de Corgoloin. Comme le rappelle Max Cappe, le journaliste poète du Progrès de la Côte-d’Or, journal collaborateur, M. Thiébaut « offre ce travail exécuté avec tant d’amour et de soin par des jeunes, comme un témoignage de leur fidélité à la personne du chef de l’État ».

 

L’ensemble des discours prononcés lors de la cérémonie du bornage, insiste sur l’agrarisme, le respect, le travail manuel et la hiérarchie. Il est aussi intéressant de voir que l’héritage de la délimitation du clos par un mur en pierres faisant référence à la « tradition » renoue avec la chaîne du temps comme le promeut l’idéologie du régime de Vichy. Au cours de son allocution, le préfet régional mentionne longuement le maréchal Pétain qui aurait été heureux d’être présent, évoquant son amour pour « la terre, la jeunesse, le respect, l’amour du travail bien fait »10. Le registre des valeurs de la Révolution nationale est à nouveau décliné.

 

© Joël Drogland écrit

ICI 

 

Jean Vigreux montre que les notables locaux ont joué un rôle important « dans l’entreprise de refoulement et d’oubli, voire d’occultation » qui a touché cet événement après la Libération. Comme le maire de Beaune, la plupart d’entre eux retrouvent très vite leur position dominante dans la vie locale après 1945, parfois après une courte période d’indignité nationale. Les Hospices de Beaune étant redevenus propriétaires du clos et ayant été dédommagés (ce qui conforte la thèse d’une spoliation par l’État français en 1942), ce sont les mêmes notables, accompagnés des négociants en vins de la place de Beaune, qui proposent d’offrir ce clos au général de Gaulle. « Si cette proposition n’a pas été suivie d’effet, elle invite à penser les ressorts du rapport à l’autorité, mais aussi de l’opportunisme permanent. »

 

La carrière politique de Roger Duchet est loin d’être finie ! Sénateur maire de Beaune, il réussit « un retournement remarquable » et crée en 1949 le Centre national des indépendants, devenu peu après le Centre national des indépendants et paysans, le parti d’Antoine Pinay. Roger Duchet est plusieurs fois ministre entre 1951 et 1956 et son parti devient l’une des forces les plus importantes de la droite française. En avril 1959 il reçoit le général de Gaulle dans sa bonne ville de Beaune. Les notables locaux sont toujours en place et le clos du maréchal totalement oublié.

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 16/12/2018 07:37

Et voilà, on court au plus facile ! Le Clos du Maréchal Pétain, ben voyons. Certes, belle et riches chronique, comme dab’ , fouillée, illustrée et tout et tout, quoique difficile à boire au petit déjeuner,( on remettra ça après la sieste ) mais, cher Taulier, le Clos de la Maréchale à Nuit Saint George ? Ca te dit quelque chose ? C’est une autre histoire non ? Avant de te taxer d’une chronique comparée il serait bon de nous en faire l’historique et nous faire part de ton sentiment. La chronique comparée on pourra l’attendre longtemps tant, paraît il, le mystère est épais. Sans rancune ?
Et pendant ce temps là le domaine Doudet Naudin de Savigny les Beaunes étaient murées pour éviter qu'elles ne tombent dans de sales mains avant d'être ouvertes en 1955 * ( de mémoire ) en fanfares et en présence d'huissiers,et, bien sur des services des contributions indirectes !
* La légende dit que le proprio lors de la libération, hésitât à les ouvrir bougonnant : " Rien ne presse.Je les ai déjà vu de fois ! attendons pour voir ! "

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents