Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2018 2 03 /04 /avril /2018 06:00
« Les diplômes sont faits pour les gens qui n’ont pas de talent » Pierre Desproges 1 diplôme universitaire pour les passionnés de vin

La citation de Desproges est extraite d’une Chronique de la haine ordinaire.

 

Pour sûr qu’en l’associant à l’annonce, avec tambours et trompettes, de la création d’un diplôme universitaire « Vers le terroir viticole par la dégustation géo-sensorielle » à l'université de Strasbourg « à la croisée de l'œnologie, de la géographie et des neurosciences » je vais faire croître ma collection « d’amis ».

 

En tout premier, l’inspirateur du « diploume »*,  mon vieux compagnon de route de Sève Jean-Michel Deiss, qui cultive, en complantation et en biodynamie, 27 hectares dans le Haut-Rhin, qui va me prendre plus encore pour que je suis un ignare profond, inguérissable.

 

Je ne le conteste pas je me range en la matière du côté de Desproges et de Francis Blanche :

 

* Est-ce que monsieur a des diploumes?

 

- Oui, monsieur est licencié GL.

 

- Licencié GL ? Qu'est-ce que ça veut dire ?

 

- Ça veut dire qu'il travaillait aux Galeries Lafayette et qu'on l'a foutu à la porte.

 

L’exposé des motifs ne me pose aucun souci

 

« À la croisée de l'œnologie, de la géographie et des neurosciences, l'université de Strasbourg crée une formation consacrée à la connaissance et à la reconnaissance des liens unissant les vins à leur terroir. »

 

« Ce diplôme universitaire s'adresse aux viticulteurs comme aux négociants, œnologues, sommeliers ou « toute personne souhaitant approfondir sa connaissance du concept de terroir viticole ».

 

« L'expression du terroir », synonyme de rendements contraints et de démarche qualitative, est un moyen de se démarquer de la production de masse dans un contexte de libéralisation des droits de plantation et d'arrivée de nouveaux pays sur le marché. »

 

« L'histoire de la viticulture, c'est l'histoire de gens accrochés à leur coteaux, qui ne disent pas qu'ils font le meilleur vin du monde, ils revendiquent juste de faire le leur » signé Jean-Michel Deiss

 

La suite, le concret du contenu de la formation me laisse dubitatif, je ne vois pas l’intérêt de l’acquisition d’un diplôme universitaire sur un tel sujet.

 

Ce n’est que mon opinion et je la partage mais j’ai bien conscience de n’être qu’un vulgaire vermisseau face à l’élite : Aubert de Vilaine, Philippe Guigal, Pierre Lurton, Marie-Thérèse Chappaz, Henry Marionnet de Sologne, Jean-Robert Pitte…

 

Comme je n’ai pas le courage de porter à votre lecture ce contenu je vous renvoie vers 2 liens :

 

Vers le terroir viticole : un diplôme universitaire innovant ICI 

 

Un diplôme universitaire pour les passionnés de vin

REUTERS 29/03/2018 à 11:55

ICI

 

Détail d’intendance :

 

« La formation débutera en juin et durera un an pour un maximum de quinze étudiants qui auront payé chacun 4.950 euros, les diplômes universitaires devant s'autofinancer. »

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 03/04/2018 19:25

« Moi je sort de Centrale » me racontait une lointaine connaissance , un peu monte en l'air comme d'autre montent sur leurs grands chevaux dés qu'on met leur parole en doute. A vrai dire, je ne sais plus très bien si c'était de Melun ou de Clairveaux qu’il parlait.
Un diplôme pour les passionnés de vins ? Pour les passionnés de diplômes oui.
Les passionnés de vins ils en boivent et s'en réjouissent avec d'autres passionnés.
Le reste c'est du pipi de chat. Dis voir Taulier le "Geo sensoriel " tu en parlais déjà dans ta chronique du 11 novembre 2017 tu étais donc déjà plus ou moins au courant de cette couillonnade !
4950 € ! un prix à la LVMH pour le montant et à la Rembrandt * pour ne pas dire 5 000,00 !
J'aime bien et dirais même beaucoup mes concitoyens alsaciens, je leur reconnais même un réel sens de l'humour qui s'exprime dans les cabarets et cafés théâtre locaux, mais la, ils ont fait fort !
"Cela permet de communiquer sur le vin en étant sûr que l'autre comprend la même chose ... "
Comme ils sont mignons ! Le vin à la grande heure de la communication ! Commencez par trouver un communicant qui baptisera votre diplôme d’un nom moins technicointelectuel qui fait déjà ringard à peine prononcé ! Quel esprit de sérieux !
Bacchus qui pourtant sait se tenir quand il le faut se marre et se fait gondoler tout l’olympe avec ces fredaines prétentieuses
Ah bon il y aurait donc une Vérité qui sera dispensée et elle donnera lieu à des crédos, des catéchismes, des excommunications : " hors du Diplôme point de Salut !"
J’imagine déjà la nouvelle pièce de Yasmina Reza géniale auteur d’ « ART » pièce mettant en pièces toute polémique sur l’art et aux pièces trois amis qui s’y entendent pourtant mais se querellent, s’engueulent, en viennent aux mains autour d’une toile blanche type « carré blanc sur fond blanc » de Malevitch . Le titre de cette nouvelle pièce serait tout simplement : « VIN » et la querelle tournerait autour d’une bouteille de Château l’Angélus tant qu’a faire.
Bon, l’encre sèche, mon gosier aussi ouvrons avec qui de droit une bouteille qui sait nous réjouir, voire nous faire penser même mais surtout pas nous ennuyer au point d’être tenté de se rabattre sur le Ricard oui oui , le nouveau Ricard au plantes fraiches - autres galéjades !)
Quand à la dégustation on y reviendra quand j’aurais retrouvé le nom de l’ouvrage récemment indiqué par le Taulier critique littéraire, dont le nom m’échappe mais que j’ai prêté à mes amis viticulteurs, sommeliers et/ou cavistes de Collioure et environ et qui nous interdit désormais de boire comme autrefois sans clin d’œil de connivence et sourire complice quand on met le nez dans son verre Inao et/ou qu’on le fait tourner avant de la porter à ses lèvres.
* Michel Edouard Leclerc obscur dit « Rembrandt »

pax 12/04/2018 12:50

L'ouvrage évoqué et recommandé par le Taulier est "Qu'est ce que boire" de François Caribassa - Menu Fretin éditeur. Vaut le détour pour ceux pour qui le vin est autant une fête qu'un art de vivre.

Poirot 03/04/2018 08:12

Je suis beau, riche et costaud

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents