Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2017 2 19 /12 /décembre /2017 06:00
Qu'est-ce qu'il fait, qu'est-ce qu'il a, qui c'est celui-là ? Complètement toqué, ce mec-là, complètement gaga, Il a une drôle de tête ce type-là… la réponse n’est pas celle que vous croyez

Qui connaît encore Pierre Vassiliu, qui écoute encore sa chanson culte ?

 

Pas grand monde en dehors des vieux cons de mon espèce, elle est revenue dans ma tête lorsque je suis tombé, en feuilletant TINTIN À la rencontre des peuples du monde dans l’œuvre de Hergé aux éditions moulinsart, sur la photo que j’ai placée à la Une de cette chronique ?

 

 

Qui c’est celui-là ?

 

La  réponse d’un vrai tintinophile c’est dans le Lotus Bleu, Tintin déguisé en général de l’armée japonaise, Milou faisant office de bedaine-postiche.

 

Mais pour moi, qui ai l’esprit mal tourné, ça me fait penser à quelqu’un d’autre, un accro des réseaux sociaux qui exècre les parigots, les bobos et les vins plein de défauts...

 

Qui, me direz-vous ?

 

Ça, comptez dessus et buvez de l’eau (1), je ne vous le dirai pas.

 

Trouvez-le tout seul !

 

Le problème c’est, qu’en dépit de son omniprésence sur Face de Bouc et Twitter, peu d’entre vous le connaissent en chair et en os, plutôt en chair d’ailleurs.

 

Vous pouvez jouer à donner des noms, via les commentaires qui ne sont publiés que lorsque  j’ai vérifié qu’ils ne mettent pas en cause ma responsabilité.

 

Origine

 

À l'origine, à la fin du XVIIIe siècle, l'expression est simplement « compte là-dessus ».

 

Bien sûr, il s'agit d'une formule ironique puisque sa signification est à l'opposé de ce qu'elle peut laisser croire, comme quand on dit à un ami à qui on promet de rendre un service « tu peux compter sur moi ».

 

L'ajout « et bois de l'eau », parfois complété par l'adjectif « fraîche » (peut-être par mélange avec « vivre d'amour et d'eau fraîche »), est attesté en 1823 chez Paul-Émile Debraux dans « Voyage à Sainte-Pélagie ».

 

Certains l'analysent comme une formule sacrificielle où il faut comprendre : tu peux toujours te sacrifier en allant jusqu'à ne boire que de l'eau (au lieu d'un excellent vin), n'espère quand même pas obtenir quoi que ce soit.

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 19/12/2017 06:52

Bonjour cher Taulier, ne s'agirait il pas du général Haranochi ? (page 31 vignette en haut à droite)

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Cadeau de mariage
    Les mots me manquent et pourtant ils se bousculent dans ma tête, me font mal. Écrire sur un temps heureux, un temps de grand bonheur simple, se replonger dans son passé pour en extraire, non pas des souvenirs éteints, mais des braises vives, est une vraie...
  • BLUM le Magnifique «juif d’État» un «homme double», un «héros de roman» par Frédéric Salat-Baroux.
    Sans me vanter j’ai du nez, à la veille de la commémoration du 10 mai 1981, 40 ans déjà, certes Tonton n’est pas Napoléon, il a ses grognards, mais nous commémorons beaucoup dans notre vieux pays. Du côté de ce qui reste du PS, le dimanche 9 mai, au Creusot,...
  • Je t'aime ! Pense aux femmes de marins...
    Marie avait dû différer son départ pour Yeu afin de régler son dossier universitaire. Elle ignorait que je m'y trouvais déjà. Au téléphone je lui racontais des bobards. Officiellement je faisais la moisson avec mon père ce qui expliquait que je ne pouvais...
  • Le 10 mai 1981 : « La France passe de l’ombre à la lumière » Jack Lang.
    J’avais, bien sûr, voté Mitterrand aux deux tours, sans grand enthousiasme, ses 101 propositions pour la France ICI , grand fourre-tout, rassemblait une seule ligne programmatique qui cachait des conceptions divergentes entre les différents courants,...
  • Le « marchand de vermoulu »
    Jean RIGAUD (Bordeaux, 1912 - Paris, 1999) "Les thonniers verts, île d'Yeu", 1967. Les marins l'appelaient le « marchand de vermoulu » et se faisaient un devoir de lui faire prendre, à chacune de ses sorties, une mufflée. Mon baptême du feu se révéla...