Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2017 3 13 /12 /décembre /2017 06:00
Les big laitiers nous ont fait le coup de la pénurie de beurre, normal c’est le beurre et l’argent du beurre comme dirait Emmanuel Besnier

Ça doit chauffer dur à Laval chez Lactalis, le jeune Emmanuel Besnier, l'Howard Hughes du fromage, qui n’aime pas se faire photographier, doit être furax  de la tournure que prend l’affaire des laits infantiles contaminés.

 

Cette maison a un goût immodéré du secret, elle n’aime pas qu’on vienne mettre son nez dans ses affaires, sa ligne de défense : nous sommes les plus fort, les plus professionnels, circulez y’a rien à voir !

 

À la tête de Lactalis, Emmanuel Besnier : pour vivre riche, vivons caché 

 

Dans ma vie antérieure j’ai fréquenté papa Besnier, Michel, avec qui j’ai eu des relations musclées lors de la faillite de l’Union Laitière Normande. Il voulait faire main basse sur le lait normand, passer en force, jusqu’à la dernière minute il ne lâcha rien. Son grand rival, le discret, l’ex-séminariste, Jean-Noël Bongrain, l'homme du Caprice des Dieux, du Boursin et autres spécialités fromagères, l'homme des marques, fondateur et patron du groupe laitier éponyme créé dans une petite laiterie de Haute-Marne, va emporter le morceau.

 

Cette partie de bras de fer perdue me valut de sa part une forme de « respect » et je dus, une fois par mois, dîner en sa compagnie et celle de Jean Pinchon, alors président de la Société des Caves de Roquefort. Ce dernier alimentait la conversation. Je n’étais pas dupe de ces attentions, le père Michel lorgnait sur ce joyau et voulait m’amadouer. L’affaire était bien différente, les pouvoirs publics ne détenaient pas les clés, c’est le Crédit Agricole qui fera basculer cette société dans son escarcelle en dépit de notre opposition.

 

Bref, de ces dîners je ne garde qu’un seul souvenir : la cérémonie du plateau de fromages où Michel Besnier officiait. Je n’ai jamais mangé autant de fromages qu’à ce moment-là.

 

Michel Besnier était comme son père André, un fromager et son génie fut de rassembler sous l’étendard Président ses joyaux de l’époque : le camembert et le beurre.

 

Tout ça pour vous dire que l’affaire de la pénurie de beurre ne fut que le énième épisode de la guerre des gros beurriers, Lactalis en tête, contre la GD, Leclerc tout particulièrement.

 

En 2011, Leclerc ayant refusé les hausses de prix demandées, Lactalis a cessé de livrer ses supermarchés pendant près d’un an ! Après avoir montré les muscles, les Besnier ont néanmoins fini par signer la paix des braves.

 

« Il y a une forme de blocage entre les transformateurs et les distributeurs. Je ne peux être que contre cette guerre des prix » dixit le Travert qui a toujours du retard à l’allumage.

 

« À la fois conjoncturelle et structurelle, cette crise du beurre n’est qu’une nouvelle manifestation de la crise plus profonde que connaît la filière laitière en France depuis la fin des quotas laitiers européens, qui permettait de réguler à la fois les volumes et les prix », souligne de son côté Xavier Hollandts, professeur à la Kedge Business School.

 

Le cours du beurre s’est envolé sous l’effet d’une demande mondiale, notamment en Asie, qui progresse en moyenne de 2,5 % par an. Tiré par les marchés émergents, le prix du beurre est ainsi passé de 2 500 € à 6 500 € la tonne entre avril 2016 et octobre 2017.

 

« D’où la demande des industriels de revoir à la hausse des prix fixés en février dernier. Ce que la grande distribution française se refuse à faire, au contraire de ce qui s’est passé en Allemagne où le prix de la plaquette en rayon a augmenté de 100 % à 150 %. Dans ces conditions, les groupes laitiers français se tournent tout naturellement vers les marchés exports, plus rémunérateurs », explique Xavier Hollandts.

 

Moi je n’ai jamais manqué de beurre car mon beurre je l’achète là où il faut l’acheter c’est-à-dire loin des marques et de la GD.

 

 

C’est dans mon ADN de natif du Bourg-Pailler où le matin je m’éveillais au son de la sonnette de l’écrémeuse que moulinait la tante Valentine dans la souillarde. Dans le grand tarrasson de grès la crème mousseuse s’épandait pendant que le petit lait s’évacuait dans un seau. Dès qu’elle se serait refroidie la crème recevait une poignée de gros sel et la tante Valentine allait, dans sa dorne, la baratter à la main. C’était lent. Tout à la fin elle plaçait la motte de beurre dans un moule en bois ovale dont une face était évidée en forme de fleur.

 

 

C’est avec ce beurre que j’ai grandi en âge et en sagesse alors pourquoi irais-je arrondir la pelote de ces gros beurriers qui veulent le beurre et l’argent du beurre ?

 

 

Pourquoi voulons-nous le beurre et l'argent du beurre?

 

Les big laitiers nous ont fait le coup de la pénurie de beurre, normal c’est le beurre et l’argent du beurre comme dirait Emmanuel Besnier

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents