Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 06:00
L’étrange histoire de la variété sauvage de tomate L. cheesmanii et son gène j-2. La machine massacrait la récolte avec la délicatesse d’un char d’assaut

L’université de Davis aux USA, à quelques encablures de la Nappa Valley, est l’un des hauts lieux de la recherche agronomique. C’est là que s’invente l’agro-industrie de demain.

 

Son Centre de ressources génétiques de la tomate a joué un rôle crucial dans l’industrie de la tomate. Il porte le nom de Charles Madera Rick, ancien professeur de l’université qui est incontestablement un « architecte de la tomate » car sans lui, « les tomates de l’agro-industrie que l’on mange dans les pizzas, le ketchup ou la sauce tomate industrielle n’auraient pas certaines de leurs qualités distinctives, qu’elles doivent à quelques gènes découverts dans les variétés sauvages. »

 

« Cet Indiana Jones – ou ce bio-pirate, c’est selon – a passé une bonne partie de sa vie en Amérique du Sud : entre 1948 et 1992, il y a découvert de nombreuses variétés sauvages. » ICI

 

 

Les régions andines côtières, au nord-ouest de l’Amérique du Sud,  sont le bassin d’origine de la tomate ; les tomates étaient consommées par les Aztèques. Les tomates sauvages « peuvent être de petits fruits verts, parfois violacés, jaunes ou orange, amers, comestibles ou non, poussant jusqu’à plus de trois mille mètres d’altitude, sans arrosage ni intervention humaine… »

 

Après l’illustre généticien soviétique Nikolaï Vavilov, Charles Rick fut le second chercheur à découvrir des variétés et à entreprendre de cataloguer, dix  ans plus tard, les tomates sauvages dans le bassin d’origine.

 

« C’est aux îles Galápagos, qui font partie du bassin d’origine de la tomate et qui avaient été explorées par Charles Darwin en 1835, que Charles Rick a découvert la variété sauvage L. cheesmanii portant un gène qui allait être promis à un grand avenir industriel : le gène j-2. »

 

Pourquoi ?

 

En 1942, la main d’œuvre agricole disponible en Californie se tarie sous l’effet du conflit mondial, donc il y a urgence à accélérer les programmes de recherches dans le domaine de la mécanisation.

 

« Les premières machines mises au point parviennent bien à progresser dans le champ, à couper les pieds des plants, mais ensuite l’expérience vire à la catastrophe. Les tomates sont réduites en une infâme bouillie, où se mêlent de la terre, elles s’écrasent contre les mécanismes : la machine massacre la récolte avec la délicatesse d’un char d’assaut. »

 

Plutôt que d’inventer une machine adaptée aux tomates il paraît plus pertinent d’envisager de développer génétiquement une tomate adaptée à la machine.

 

Dans cette recherche la découverte du gène j-2 de la variété L. cheesmanii a été déterminante : c’est à lui que l’on doit la possibilité de la mécanisation de la récolte. Du Xinjiang à l’Italie du Sud, de la Turquie à la Californie, ce gène est aujourd’hui présent dans toutes les tomates d’industrie de la planète.

 

« Charles Rick a découvert cette variété aux Galápagos, raconte Roger Chatelat, l’actuel directeur du Centre de ressources génétiques de la tomate. C’était une tomate orange et Charles Rick, en les prélevant, s’était aperçu que ces tomates se détachaient très facilement.

 

Cependant, une fois les graines rapportées en Californie, il ne parvint pas à les réensemencer. Il plantait ses graines, mais c’était en vain. Les tomates ne poussaient pas. Il essaya de modifier un grand nombre de paramètres, mais à chaque fois il échouait.

 

Un jour, il eut l’idée que ces graines de tomate des Galápagos devaient peut-être digérées par des animaux avant d’être réensemencer. Alors, il essaya avec des oiseaux. Cela ne fonctionnait pas non plus.

 

Enfin, il eut l’idée de les donner à des tortues. Le problème, c’est que l’on ne trouve pas si facilement des tortues géantes des îles Galápagos en Californie…

 

Mais Rick se souvint qu’il avait un ami scientifique, à Berkeley, qui avait rapporté deux tortues des Galápagos. Il demanda à ce dernier de nourrir les tortues avec des graines de tomate. Après quoi, Charles Rick recevait par la poste de gros paquets d’excréments de tortue… Cela paraît fou, mais c’était ça, la solution. En donnant à manger ces graines aux tortues et en attendant la fin du processus de digestion de deux semaines, Rick découvrit que l’on activait la germination de ces graines. C’est ainsi qu’il put les réensemencer, et que le gène j-2 révolutionna l’industrie de la tomate. »

 

 

L’Université de Davis développa avec de l’argent public les toutes premières machines de récolte de tomates.

 

Le 1er septembre 1960, 2000 personnes… assistèrent à une démonstration publique de la machine de récolte « Blackwelder »

 

En 1961, les premières tomates d’industrie destinées à la consommation furent récoltées mécaniquement : 25 machines furent alors vendues et 0,5% de la récolte le fut à la machine.

 

En 1965, 20% de la récolte fut mécanisée.

 

En 1966, 70%.

 

En 1967, 80%.

 

En 1968, 92% puis 98%.

 

En 1970, la totalité de la récolte des tomates d’industrie était mécanisée en Californie.

 

Extrait de L’Empire de l’or rouge enquête mondiale sur la tomate d’industrie Jean-Baptiste Malet fayard.

L’étrange histoire de la variété sauvage de tomate L. cheesmanii et son gène j-2. La machine massacrait la récolte avec la délicatesse d’un char d’assaut

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

svatoch 13/07/2017 11:04

https://www.youtube.com/watch?v=W2qtaTqd7_k
Bon anniversaire

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents