Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 09:00
Journal d’1 chroniqueur de campagne(14), Macron aime les chasses présidentielles, Dosière rocardien de la 1e heure : argent, morale et politique, En Marche! n'est pas «une maison d'hôte»

Emmanuel Macron, s'est déclaré ce mardi 14 mars « favorable à la réouverture des chasses présidentielles » qui représentent « la culture française », lors de l'Assemblée générale de la Fédération nationale des chasseurs à Paris.

 

« J'ai eu l'impression de commettre une forfaiture terrible en disant que j'étais favorable à la réouverture des chasses présidentielles, de manière encadrée, transparente » a-t-il déclaré.


On sent la patte du sénateur François Patriat auteur en 1999 d’un rapport au Premier ministre « Propositions pour une chasse responsable et apaisée »

 

ICI 

 

Comme je suis amateur de gibier à plumes, je dois donc assumer le chasseur de la Bécasse « nourriture de Dieu » j’écrivais le 13 février 2012 :

 

« Dans beaucoup de catégories de la population, qu’elles soient rurales ou urbaines, la chasse, et plus encore les chasseurs, n’a pas bonne presse. Depuis qu’ils se sont invités à l’élection présidentielle ils sont perçus comme un lobby puissant et pas toujours transparent : 1,3 million de chasseurs. Pour ma part j’ai côtoyé des chasseurs : M. Pons et N. Douard dont la conception de la chasse m’allait, rien à voir avec les viandards adeptes des tableaux de chasse pour épater la galerie. Rue de Varenne, j’ai géré, au nom de mon Ministre, les listes des chasseurs des chasses du domaine de Chambord, Rambouillet et Auberive. Je n’ai jamais tenu un fusil de ma vie et, bien sûr, jamais chassé. J’avoue que je ne vois pas d’intérêt personnel à aller battre la campagne pour tirer du gibier et le discours qui affirme que la « chasse aide à dominer sa peur de la nature sauvage, à se la réapproprier, à l’amadouer, à la sentir vibrer, pleine de sève et de fougue… » s’apparente pour moi à de l’autojustification pure et simple. Pour autant je peux comprendre la chasse comme la perpétuation d’une forme de prédation, d’une ponction sur le faune sauvage, comme une confrontation loyale mais il ne faut pas trop en rajouter tout de même en assimilant le gibier à une « nourriture éthique » sous le prétexte d’une alimentation industrialisée dominante. »

 

La suite ICI 

 

Raphaëlle Bacqué écrivait dans LE MONDE du 18.12.2009 alors que Nicolas Sarkozy venait de nommer son conseiller Pierre Charon président de Chambord. Dans la plus pure tradition de la monarchie républicaine.

 

« Qui n'a pas admiré l'aube froide se levant sur Chambord, un jour de chasse, n'a rien vu. On y arrive le plus souvent la veille, muni de ses fusils, pour une battue aux sangliers ou un tir sélectif à l'affût ou à l'approche, d'un ou deux cerfs. Les invités, qui ont dormi dans une auberge face au château, se retrouvent, au petit matin du vendredi, pour une élégante collation, avant de partir en 4 × 4 pour les 160 hectares clos de murs où se cache le gibier. A midi, on déjeune dans une clairière, et le soir, on se retrouve pour un dîner aux flambeaux dans la grande salle du château. »

 

J’ai eu cette chance car le très bouseux Ministère de l’Agriculture, lui aussi, avaient ses chasses à Chambord, à Rambouillet et Auberive gérées par l’ONF. Comme en lieu et place de mon Ministre j’étais celui qui dressait la liste des heureux bénéficiaires je fus en ce temps-là très populaire dans le milieu du vin. Et puis un beau jour j’ai décidé de participer à une chasse à Chambord, non comme fusil car je ne chasse pas mais comme rabatteur en compagnie des élèves du lycée agricole de Vendôme section cynégétique. J’avoue que ce fut un moment que j’ai beaucoup apprécié car c’est une chasse postée qui donnait aux sangliers leur chance. Au coup de trompe le tir était possible, toujours en aval de la battue afin de ne pas nous mettre du plomb dans le corps, puis au nouveau coup de trompe arrêt des tirs. Le non-respect valait exclusion quel que soit le statut du tireur. J’ai vu un vieux sanglier ayant attendu le coup de trompe de fin pour passer en trottinant l’allée où les chasseurs postés l’ont vu passer avec un air provocateur. C’est une chasse de prélèvement pour maintenir l’espace forestier en état. Chasse ou pas chasse présidentielle ou agricole, subsiste tous les ans une chasse de prélèvement.

 

René Dosière est un rocardien de la première heure. «Penser clair, parler vrai, agir juste » est resté sa devise.

 

Au nom de ses convictions il dénonce depuis de nombreuses années gabegie, mauvaise gestion et pratiques douteuses dans l’organisation de nos finances publiques.

 

Alors qu’il a décidé de ne pas se présenter aux législatives en 2017, il dresse un état complet de la situation budgétaire de la France, des avancées et des blocages, et apporte des réponses précises et nouvelles sur le coût des campagnes électorales, la rémunération des élus, le financement des partis, le train de vie des pouvoirs publics…Fort de son expérience, il propose des solutions vers plus de rigueur, de transparence et de contrôle démocratique.

 

René Dosière est député de l’Aisne et ancien vice-président de l’Assemblée nationale. Il s’est fait connaître par son travail scrupuleux et tenace sur la gestion des finances publiques. Il est l’auteur notamment de L’argent caché de l’Élysée (2007), L’argent de l’État (2012), L’État au régime (2012).

 

Argent, morale, politique

René Dosière au Seuil un livre ardu mais indispensable pour savoir de quoi l’on parle à propos du train de vie de nos élus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Attention terrain miné : Emmanuel Macron et la gestion de ses encombrants parrains

 

Si les parrainages de tous bords politiques se multiplient chez le candidat d'En Marche !, certains peuvent s'avérer plus handicapant qu'autre chose. Emmanuel Macron risque d'avoir du mal à échapper à la critique le qualifiant "d'hollandisme prolongé".

 

Atlantico : Emmanuel Macron peut-il échapper à ses encombrants parrains ? Qu'il s'agisse des figures comme Jacques Attali, Alain Minc ou de figure politiques commes celles de François Hollande ou de François Bayrou, comment peut-il réussir à gagner une autonomie politique ?

 

Bruno Jeudy : Echapper à la critique sur son "hollandisme" c'est tout le pari d'Emmanuel Macron pendant cette campagne. Et ce sera difficile puisqu'il a été successivement secrétaire général adjoint de l'Elysée, donc inspirateur de la politique encosmique qu'il a ensuite pu mettre en œuvre en étant ministre de l'économie à la rentrée 2014 pendant deux ans jusqu’à l'été 2016. Forcément il aura du mal à faire oublier son passé. Et ce, même si on voit bien à travers son projet économique qu'il vise un peu à poursuivre et à perfectionner ce que François Hollande voulait faire mais n'a pas pu réaliser, empêché par l'inertie du parti socialiste, de ces frondeurs, de sa vieille idéologie et de ses anciennes habitudes.

 

Mais c'est une lecture un peu simpliste.

 

Car Emmanuel Macron a effectivement une jambe à gauche mais aussi une vraie jambe à droite. Et on le voit dans certains éléments de son programme économique où il emprunte plutôt à la doctrine de la droite qu'à celle du Parti Socialiste. Il va quand même plus loin que les réformistes du PS. Mais de toute façon il aura du mal à échapper à cette critique disant qu'Emmanuel Macron c'est du "hollandisme" prolongé.

 

Si on résume un peu grossièrement, le programme d'Emmanuel Macron c'est 40% de gauche, 40% de centre et 20% de droite. Ce qui correspond d'ailleurs à peu près son électorat. Aujourd'hui il est composé d'environ 40% d'électeurs de François Hollande, 30% de François Bayrou et 20% d'électeurs de Nicolas Sarkozy (de 2012).

 

La suite ICI 

Journal d’1 chroniqueur de campagne(14), Macron aime les chasses présidentielles, Dosière rocardien de la 1e heure : argent, morale et politique, En Marche! n'est pas «une maison d'hôte»
Journal d’1 chroniqueur de campagne(14), Macron aime les chasses présidentielles, Dosière rocardien de la 1e heure : argent, morale et politique, En Marche! n'est pas «une maison d'hôte»

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents