Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 06:00
Le bon berger Michel Bettane remet le mouton noir que je suis dans le droit chemin pour le plus grand bien d’Olivier de Moor vigneron à Courgis Basse Bourgogne

Selon Michel Bettane dans ma relation sur mon blog de son échange avec Olivier de Moor vigneron à Chablis… j’ai instrumentalisé le débat.

 

En effet, dans son dernier éditorial de Mybettane+dessauve Le magazine du vin, daté du 5 mai «Quand l’aveugle voit clair et juste» il écrit :

 

« J’ai reçu récemment d’un vigneron de Chablis un petit mail m’avertissant de sa décision de ne pas présenter son vin à la dégustation comparative que nous organisons chaque année avec le bureau interprofessionnel pour le guide annuel Bettane +Desseauve et où il me donnait les raisons de sa décision. Il s’en est suivi un échange privé que je l’ai autorisé à envoyer à un blogueur de ses amis car le sujet était fort intéressant.

 

Ce blogueur s’est révélé être Jacques Berthomeau, qui s’en est servi pour instrumentaliser ce débat au service de sa dénonciation du travail de la presse actuelle du vin et de sa volonté de creuser les oppositions entre celle-ci et le monde de la viticulture. »

 

Alors j’ai relu ce que j’écrivais ce jour-là :

 

« Le grand débat ouvert dans les années 2000 par un rapport iconoclaste et un nouveau président de l’INAO tout aussi iconoclaste est-il définitivement clos ? La messe est-elle dite ? Amen ! Plus précisément l’encre des cahiers des charges, la partition, est sèche, et l'interprétation semble bien codifiée.

 

Tout va très bien dans le meilleur des mondes des AOC-IGP, circulez y’a rien à voir les gardiens du temple, contrôleurs extérieurs ou intérieurs, veillent sur le bel édifice où sont logés les signes de qualité.

 

Vive la norme ! Bien sèche, bien rigide, haro sur les espaces de liberté et les va-nu-pieds qui les ont créés. Je ne veux voir qu’une seule tête ! Tout le monde doit avoir un air de famille, la même identité ! Dilution : sur le lisse tout glisse !

 

Ça rassure la masse, ça conforte le pouvoir des chefs, ça exonère la puissance publique de sa mission de gardienne de l’intérêt général qui n’est pas la somme des intérêts particuliers, mais ça ne tient pas debout car tout cela ne peut pas tenir car les murs trop rigides finissent par se lézarder avant de s'écrouler sous les coups de boutoir des nouveaux barbares.

 

Nous courons vaille que vaille derrière les nouveaux barbares, en nous délestant bêtement de nos armes et de nos bagages, ce qui a fait notre force, notre originalité, notre authenticité, mais croyez-moi nous ne les rattraperons pas car ils n’ont pas, eux, de fers aux pieds.

 

Dans le grand barnum mondial formaté ouvrir des espaces de liberté, de créativité, c’est redonner corps et âme à ce que furent à l’origine les AOC, des lieux où les faits, les pratiques ont précédé le droit. S’exonérer des bonnes questions, y compris techniques, matériel végétal, moyens de protection du vignoble, et des moyens d'exploitation (ce dernier terme est un gros mot, mais révélateur quand même), c’est pratiquer la politique de l’autruche.

 

Tout figer c’est momifier !

 

Reste que ceux qui furent et sont encore des novateurs, des créateurs, sont bien isolés, bien dispersés pour faire entendre leur voix. Ils résistent au croskill niveleur, mais pour combien de temps encore ?

 

L’échange qui suit entre Olivier de Moor vigneron à Courgis et Michel Bettane, avec la permission de celui-ci : « Mais bien entendu il vous est tout loisible de faire reprendre ce court échange. Je vous saurais gré de m'envoyer le contenu de cette reprise quand même! » me semble bien refléter le fossé d’incompréhension qui se creuse entre deux mondes… »

 

Je vous laisse juge de ma soi-disant instrumentalisation du débat qui « n’est pas particulièrement sympathique » mais conforme à mon droit et à ma liberté selon Michel Bettane.

 

Constater qu'un fossé d'incompréhension se creuse entre 2 mondes doit sans doute être la preuve de ma volonté de creuser les oppositions entre la critique et le monde de la viticulture.

 

Don’t acte

 

Je laisse le soin à Michel Bettane de revenir ICI sur ce sujet important – la dégustation comparative – « qui est au cœur du travail d’information, définition même de mon métier. Métier que mes collaborateurs et moi-même essayons chaque jour d’exercer dans le respect le plus strict des intérêts matériels et moraux du public.»

 

Mon seul souhait c’est que Michel Bettane n’oublie pas de nous faire part aussi de ses réponses aux questions d’un autre vigneron : Jean-Yves Bizot qui avait pris part, de manière argumentée, au débat. « Jean-Yves Bizot, vigneron à Vosne-Romanée, suite à l’échange entre Olivier de Moor et Michel Bettane, interroge ce dernier. »

 

Merci par avance

 

« Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde. » Albert Camus…

 

En tant que tout petit blogueur je me permets de souligner que les 2 chroniques citées ont déclenché un important trafic sur mon site preuve s’il en était que la prise de parole de vignerons intéresse autant qu'elle dérange…

 

Affaire à suivre…

 

Pour la photo l'image du cantonnier des bords de  chemins vicinaux me va bien...

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Michel Smith 06/05/2015 06:41

Ah ben voilà ! De simple taulier, tu passes en un tour de post en taulier-cantonier !

patrick axelroud 06/05/2015 06:24

ET oui, le Cantonnier....Déjà Fernand RAYNAUD : " Il y en a qui tiennent le haut du pavé, moi je tiens le bas du fossé..... parfois je trouve des airelles, vous savez pas ce que c'est à Paris les airelles, ça voyage ...alors c'est bon pour les cantonniers...heureux ! "

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents