Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 00:09

De François David j’ai le souvenir qu’il me laissa sur place dans la dernière ligne droite d’un cross organisé par les « Scouts Marins » fin 1980 au Champ de Mars. Nous avions distancé depuis belle lurette mon patron de l’époque, PML directeur de l’Office des Vins de Table. Il était lui au cabinet de Jean-François Deniau Ministre du Commerce extérieur du gouvernement Barre.

Comme il l’écrit dans l’Avant-propos de son petit opus So British! L’humour à l’anglaise chez Albin Michel  « dès mon plus jeune âge, j’ai vécu alternativement à Paris et à Londres. À cette occasion, tel un entomologiste, j’ai pu observer la façon dont les Français et les Anglais se comportent vis-à-vis de leurs semblables, notamment lorsqu’ils veulent faire de l’esprit »


Ironie à la française rimant avec supériorité contre esprit à l’anglaise se déclinant avec humour au second degré affirme-t-il. Soit, ne lui en déplaise nos amis anglais ne sont pas totalement dépourvus d’arrogance et parfois les gaulois savent eux aussi se moquer d’eux-mêmes.


Bref notre O’ fonctionnaire anglophile qui n’a pas avalé son pébroc comme la plupart de ses confères de l’ENA nous propose 90 opening joke ou closing joke pour égailler vos discours d’après boire.


J’en ai choisi 3, pas tout à fait au hasard, non quelles fussent les plus savoureuses mais parce qu’elles me rappelaient quelquechose.


 

N°1 « Seul sur la scène d’une salle de concert, un violoniste joue de son instrument avec passion. Deux britanniques installés dans une loge commentent.

Le premier demande :

- Que pensez-vous de son exécution ?

Le second répond :

- Je suis pour. »

 

N°2 « Dans un bar sont accoudés un Allemand, un Anglais et un Français. Jésus Christ entre dans le bar et demande au barman :

- Pourrais-je avoir quelque chose à boire ?

Le barman regarde son long manteau blanc et voit qu’il n’a pas de poche.

- Vous avez de quoi payer, monsieur ?

Non, répond Jésus-Christ.

- Dans ces conditions, je regrette... dit le barman.

Immédiatement l’Allemand tend son verre de bière et dit :

- Jésus, acceptez mon verre de bière.

L’homme le boit, serre la main de l’Allemand et dit :

- Merci monsieur vous êtes un homme de bien.

L’Allemand regarde sa main, bouge ses doigts et s’exclame :

- Miracle ! Mon arthrose a disparu.

À son tour, l’Anglais tend son verre :

- Jésus acceptez ce whisky.

Jésus boit, serre la main de l’Anglais et dit :

- Merci. Vous êtes aussi un homme de bien.

L’anglais se redresse et s’écrie :

- Miracle ! Mon lumbago s’est envolé.

À son tour le Français tend son verre :

- Jésus acceptez ce verre de vin.

Jésus boit le vin, tend la main vers le Français. Celui-ci se rétracte et dit :

- Non, pas moi. Je suis en congé maladie.

Devant un public anglo-saxon, le succès est garanti. »

 

 

N°3 « Un jeune élève corse vient de passer son brevet et rentre le soir à la maison.

Son père lui demande :

- Alors petit, ça s’est bien passé ton examen ?

- Papa tu vas être fier de moi.

- Ah bon, pourquoi petit ?

- Ils m’ont interrogé pendant deux heures. Je n’ai rien dit... »


Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Cochonfucius 13/10/2010 12:29



Le fils du charpentier, qui n'avait pas d'argent,
Veut aller boire un soir, et s'en revient sur terre.
Le patron de l'auberge, un homme un peu austère,
Lui dit « Nul ne boira chez moi gratuitement ».

En entendant cela, un buveur allemand
Au fils du charpentier offre un verre de bière.
Le Seigneur, ayant dit une courte prière,
Lui guérit son arthrose, un mal très déformant.

Un vieil anglais survient, et offre encore un coup ;
Et pour récompenser ce geste de bon goût,
Le fils du charpentier guérit sa lombalgie.

D'un gars français il eut un grand verre de vin,
Mais une guérison, il proposa en vain ;
Puisque notre homme était en arrêt-maladie.


 



Philippe Margot 10/10/2010 09:43



J'ajoute celle-ci :


Nous nous trouvons dans le direct Glascow - Londres. Le parcours est long, les voyageurs somnolent.


Tout à coup, le monsieur apparemment très distingué en face de moi reçoit dans son demi-sommeil une goutte sur le nez provenant d'une malle énorme placée sur le
porte-bagages.


Pendant qu'il lèche la goutte pour la mettre à la bouche, son ami lui demande :


"Whisky ?"
"No fox-terrier", lui répond le monsieur !


  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents