Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 00:09

montaigne-boetie.jpg

 

« Chuchoté ou crié, l’aveu est bouleversant : « Parce que c’était lui, parce que c’était moi. » Ainsi Montaigne traduit-il l’évidence et l’intensité de sa relation avec Étienne de La Boétie, son alter ego trop tôt disparu. L’amitié entre les deux hommes est l’une des plus belles histoires qu’offre la philosophie. Une « divine liaison » que l’auteur des Essais n’a cessé de célébrer pour son caractère unique et fusionnel, et dont il n’est jamais parvenu à faire le deuil… » link


L’amitié sur le réseau social Face de Bouc, hormis une poignée de vrais amis – je ne fais pas ici référence aux groupies ou aux fans – n’est pas vraiment à l’ordre du jour. À grosse maille, le stock des autres se répartit en deux masses inégales : les « amis » dormants, ceux qui vous ont sollicité pour accroître leur pelote, qui n’interviennent jamais, et les tapis dans l’ombre qui vous surveillent, lisent ce que vous écrivez soit pour dégainer des commentaires assassins ou se complaire dans la détestation qu’ils ont de vous-même ou de vos écrits.


Comme je suis un vieux blogueur, compulsif selon cette dernière engeance, je suis une cible idéale pour ce profil très particulier qui passe beaucoup de temps devant son écran faute d’avoir d’autres centres d’intérêt.


Quelques remarques préalables :


-        Sur Face de Bouc 99% de mes amis sont des gens qui m’ont sollicités. Au tout début je répondais oui à tous jusqu’au jour où j’ai refusé la catégorie « belles photos de jeunes femmes à usage multiple. »


-        Produire 1 ou 2 feuillets par jour ne demande pas un travail important, il suffit de se poser devant son écran, avoir des idées, écrire. C’est simple. Mes chroniques sont écrites en général pour la semaine, sauf actualité pressante, ce qui me permet ensuite de vaquer à mes occupations.


-        Nul n’est dans l’obligation de lire mes écrits donc d’en prendre ombrage, je ne pratique pas l’attaque personnelle, je me contente simplement de river leur clou à quelques soi-disant seigneurs, type Norbert le Forestier et à leur valetaille cireurs de pompe patentés.


-        Je n’ai jamais pris le temps de procéder à un grand nettoyage de printemps dans ma liste d’amis pour en virer certains qui épandent, hors mon mur, des propos nauséabonds. Le seul que j’ai lourdé sans préavis c’est le bedeau d’Hubert.


Si ce matin j’aborde ce sujet en mettant en exergue une citation un peu galvaudée, à l’origine mal déterminée, c’est que le dernier emballement sur Face de Bouc, à propos du documentaire d’Isabelle Saporta, a mis en lumière un comportement très Facedebookien : le « tu comprends, je t’ai un peu éreintée pour plaire à certains mais, tu sais, je n’en pensais pas moins, je t’aime. »


Lisez-moi bien, je ne suis pas en train d’écrire et de justifier un comportement où il ne serait pas possible, entre vrais amis, de tout se dire, de faire état de désaccords. Bien au contraire, le débat, même vif, entre amis entretient le lien, lui évite de sombrer dans la complaisance.


En revanche, à trop vouloir ménager la chèvre et le chou, être bien avec tout le monde, un coup à gauche, fort, une  caresse à droite, quémandeuse, on verse dans un comportement complaisant qui vise essentiellement à préserver, pour beaucoup de blogueurs, leur possibilité de se voir inviter à des pinces-fesses bon chic bon genre ou à des collaborations monnayées par ceux qui disposent du blé.


Il faut bien vivre, et mon propos n’est pas ici de donner des leçons chacun doit assumer ses contradictions. J’assume les miennes. Bien plus qu’une illusoire transparence ce qui importe dans l’exercice libre du blog c’est d’éviter de jouer selon ses calculs au roi Salomon ou au Ponce Pilate, en omettant les conflits d’intérêts savamment cachés sous de blanches tuniques. La réalité fracasse toujours, un jour ou l’autre, ces comportements qui se veulent bien balancés.


Tout au long de ma vie professionnelle je me suis fait de solides et vindicatifs ennemis. De fortes inimitiés. Ça m’a renforcé, m’a donné le goût de convaincre, de comprendre aussi, de ne pas camper sur des positions acquises. En revanche, je me suis toujours défiés de ceux qui vous embrassent sur la bouche, vous donnent de suite des signes ostensibles d’amitié et qui, au premier obstacle venu, se dérobent, ou pire vous trahissent. La vengeance sournoise est la marque des faibles, des « mal dans leur peau ».


Cette adresse vise, sans aucune ambiguïté, celles et ceux qui s’affichent amis sur mon mur Face de Bouc et qui manifestement se font du mal, les pauvres, en s’infligeant de mauvaises lectures.


Qu’ils se rassurent je ne les classe pas dans mes ennemis car leur capacité de nuisance à mon égard est si infime, je ne les déteste pas non plus, ils me sont indifférents. Tout bêtement je les plains… même si l’on ne sort de l’ambigüité qu’à son détriment.  

 

* « Mon Dieu, gardez-moi de mes amis ! Quant à mes ennemis, je m'en charge ! »Dans l'Encyclopédie des citations de Dupré (1959), est indiquée comme faisant partie de l'Anthologie Palatine d'Eustathe (12e siècle), avec cette note en bas de page : « On attribue souvent ce mot à Voltaire. Il est bien plus ancien. Selon Stobée, il aurait été prononcé par un roi de Macédoine, Antigone II, mort en 221 av. J.-C. »


Mais certains auteurs indiquent que la traduction utilisée dans le Dupré est mauvaise. C'est en fait : « Que les dieux s'occupent des amis (philoi), je me charge des ennemis. »

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 01/10/2014 09:40


A l'inverse de toi, Jacques, je suis un "petit besogneux" de l'écriture. J'adore l'exercice mais il me pompe une énergie et un temps infinis. Je compte "bien bon" deux heures pour un billet un
tant soit peu étendu, et au moins 30 minutes pour un entrefilet, mise en page d'une illustration comprise. Le talent mis à part, il y a clairement du Flaubert en moi. Il est d'ailleurs mon modèle
absolu. 


Quant aux amis ... vaste sujet. Ils existent pourtant.

HPT 01/10/2014 08:50


Amis, ennemis ?? Ai-je des ennemis, je ne les connais pas! des relations, oui, des copains, oui, des Amis, rares, moins que les 5 doigts de ma main. Je cultive mon jardin de gravures et
d'aquarelles. On critique dans mon dos, on ne supporte pas mes exigences, qu'y faire? Les salons de province, de campagne, n'ont rien à voir avec les "parisiens". Et puis quand on ne peut rien
offrir, les sollicitations ne sont pas là avec leurs lots d'hypocrisies et de trahisons. Alors je pousse ma "berouette" en essayant de ne pas mélanger les bonnes pommes et les patates pourries.
On sit bien celles qui vont contaminer les autres.


Pour l'instant je relis "le mai de l'automne" de notre compatriote Gabriel Delaunay, comme il m'appelait. En lisant cette humaniste, sa fille aussi, j'ai l'impression qu'il me rends plus
intelligent, mais ce n'est sans doute qu'une impression.


"contempler l'automne en oubliant le poids de ses ans et découvrir le printemps en retrouvant ses désirs d'adolescent . G. Delaunay"


Bonne journée, "y a pas plus heureux qu'une femme qui fait ce qu'elle veut..."


HPT

JACQUES BERTHOMEAU 01/10/2014 08:53



HP les " amis " de Face de Bouc sont rarement des Parisiens 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents