Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 00:00

 

Comme c’est étrange, en cette fin d’année, comme toutes les fins d’années, chaque magazine, spécialisé ou non, chaque journal, y va de son spécial Champagne.  Normal me direz-vous, Noël, le Nouvel An, les Réveillons, donc... donc des bulles... donc il faut choisir dans la profusion... donc il faut bien donner des conseils au bon peuple de France... donc dans ma petite tête de chroniqueur je me suis dit « pourquoi pas mon Spécial Champagne pour vous »... Mais, comme souvent chez moi entre l’envie et le passage l’acte la rivière profonde. En effet Vin&Cie n’est pas le Point et moi je ne suis pas Jacques Dupont Merveilleux du Vignoble, alors...        

 

Alors pour me tirer de ce dilemme, il ne me restait plus qu’à sucer la roue d’un « grand nez », tirer les marrons du feu d’un « bec fin », faire faire l’essentiel du boulot par un pro, suivez mon regard, appliquer la stratégie du coucou. Le rêve de tout cossard normalement constitué de mon espèce. Bien sûr pour ne pas tomber sous le coup du plagiat il ne faut pas se contenter de faire du Jacques Attali – encore un Jacques – c’est-à-dire du shadokisme littéraire, mais ruser, faire le bon gars qui sait pas, achetez le Point au kiosque du coin, le feuilleter, tomber comme par hasard sur le bon papier de Jacques Dupont Merveilleux du Vignoble, puis l’air dégagé faire son marché dans sa Sélection de Champagne à partir de 11 euros 30 et, en deux coups de cuillère à pot, le tour est joué.

 

Jouer. Moi ce qui me plaît dans cette méthode à 2 balles, pardon à 3 euros 50, c’est d’imaginer notre Jacques Dupont Merveilleux du Vignoble marnant – faut la trouver celle-là – dans la Champagne vineuse, pas la pouilleuse bien sûr, se tapant la montagne de Reims puis escaladant la Côte des Blancs, allant de vigneron manipulant en vigneron manipulant, quasi troglodyte, dur labeur du grand humeur, toute la sueur du subtil goûteur, aux nuits peuplées de muselets, de blanc de noirs, de blanc de blancs, de dégorgement, de liqueur de dosage et de rosé – non Jacques ce n’est pas autorisé en Champagne, celle-ci utilise un droit que toutes les AOC ont – bref pas un truc « meunier tu dors » mon cher Pinot, référence subtile à Pineau le collègue de Bérurier me permettant cette sublime chute. J’en aurais presque mauvaise conscience d’exploiter ainsi la sueur de notre illustre goûteur si celui-ci ne nous rassurait sur l’hospitalité champenoise : « La Champagne sait recevoir » écrit-il. Alors, sans aucune mauvaise conscience, les pieds bien au chaud dans mes charentaises je vous livre le fruit de ma « pêche miraculeuse » en terre Duponienne – et non Duponiste ou Duponesque.

 

TOP 10 DES 2 JACQUES

 

Mes choix ne tiennent aucun compte des prix, ils se réfèrent à des instants de ma vie, à des coups de cœur, à des folies, à des amis, à ma raison...

 

1- Mon chouchou : Les Rachais Extra Brut 17/20 Raymond Boulard « Pur Chardonnay, fermentation spontanée avec levures indigènes. Grillé, moisson, blé, déjà des notes de craie, bouche puissante, dense, petite touche boisée qui apporte de la complexité. Vin gras, généreux, intense, qui demande quelque mois d’attente 38 euros » Lire ma chronique de sur les Rachais l'ami Francis Boulard http://www.berthomeau.com/article-18520151.html qui collectionne les bonnes notes du Jacques Merveilleux du Vignoble : un 17,5-18/20 pour son Petrae et 17-17,5/20 pour son Grand cru Mailly Brut nature. Mais comme si ça ne suffisait pas la RVF conduite par Antoine Gerbelle décerne pour l'Extra Brut 2004 un 18,5/20 et un commentaire que je ne résite pas au plaisir de vous livrer «Nez exotique, puis crémeux et doux comme un cake sortant du four. En bouche, c'est une projection de calcaire. Son fumet grillé évoque les grands chardonnays d'Arboid. Encore sur de fins amers, ce grand champagne de table s'appréciera sur au moins quinze ans. Dégorgé en juin 2009 » Et puis pour faire bon poids Gérard Muteaud dans l'Obs sélectionne Les Rachais 2002 « tonique et intense, emballe par sa finesse de ses bulles et la délicatesse de ses arômes.»
Bref, sans me pousser du col, sans dire que j'ai été le premier, je suis très heureux d'avoir déclaré y'a plus de 18 mois ma flamme à cette cuvée Les Rachais. Si vous me faites confiance allez-y les yeux fermés c'est du grand et du bon.


2-
Pour pépé Louis et le sourire de Mélanie : Cuvée Louis Extra Brut 17/20 Tarlant « Provenant d’une vigne de bas de coteau, moitié pinot noir et moitié chardonnay, une base 1998 complétée de vins de 1997 et 1997. Très pur, minéral, bouche vive et dense, large, structurée, ample, gras, long. 40 euros »

 

3- J’aime : Vénus 2004 Brut Nature 17/20 Agrapart&Fils « Provenant d’une vieille vigne d’Avize, «  travaillée par l’homme et le cheval Vénus », vinification en fûts. Nez discret, légèrement citronné et floral, petite touche de noisette, bouche assez fruitée, ronde, ample, des saveurs de raisin mûr, enveloppant, assez long. 60 euros »

 

4- La meilleure note : Nicole Moncuit Vieille Vigne 2002 19 /20 Pierre Moncuit « Nez riche, beurre frais, brioche, fleurs blanches, bouche riche, minérale, pierre de cave, crayeux, très long, très grand vin. Grande classe ! 42 euros »

 

5- Pour un fidèle, tendu, pas lui son champagne : Brut Perle Noire Grand Cru 16/20 Alain Soutiran « Nez minéral, pierre humide, cave, sans doute une présence assez forte de vins de réserve dans cet assemblage, structuré, tendu, bien savoureux, long. 31 euros »

 

­6- Le rosé de mon cœur : Grande Année Rosé 2002 18/20 Bollinger « Un rosé réalisé avec 5% de vins rouges provenant de la célèbre vigne de Bollinger, La Côte-aux-Enfants. Nez fraise, moisson, bouche épicée, éclatante de fruits et de saveurs minérales, vin vineux et élégant, très long. 150 euros »

 

7- Souvenir, souvenir de 1981 à l'Hôtel de Lassay : Grand Siècle 18/20 Laurent-Perrier « Houblon, céréales, blé chaud, joli nez, petites notes de cire, épicé, assez marqué vieux chardonnay, fin, élégant, poire confite, très long 170 euros »

 

8- Je n’y peux rien j'en ai :  Krug millésimé 1998 17,5-18/20 « Doré soutenu, nez fournil du boulanger et magasin de l’antiquaire réunis, cire et pain (et non pas pain de cire), pierre humide, bouche douce, crémeuse, voluptueuse ; vin très mûr, à point aujourd’hui. 250 euros »

 

9- Tendue, il a écrit tendue... : René Lalou 1998 17,5-18/20 Mumm « Miel, confiserie, nougat, fruits blancs confits, bouche vive, épices douces, tendue, crémeuse, une longueur exceptionnelle, finale épicée. Très beau vin de grande classe. 360 euros »

 

10- Une belle histoire à raconter : Les Échansons 1999 17/20 Mailly-Champagne « 75 % de Pinot Noir, 25% de Chardonnay. Nez vineux, marqué par le pinot, groseille, bouche crémeuse et dense, beaucoup de classe, vin de repas. 75 euros »

 

TOP 10 DES MEILLEURS PRIX POUR LES MEILLEURES NOTES de Jacques Dupont Merveilleux du Vignoble

     

1-    Blanc de Noirs Grand Cru Henriet-Bazin : 17/20 « Joli nez fruits noirs, bouche douce, légèrement boisée mais bien fondue, minéral, long, complexe, droit, très joli vin d’un parfait équilibre. 17,20 euros. »

2-    Blanc de blancs 2005 Franck Bonville : 17,5/20 « Paille, cannelle, un peu évolué, crémeux, minéral, log, note truffée, épicé en finale. Complexe et raffiné 19 euros. »

3-    Prestige blanc de blancs grand cru Franck Bonville : 17 :20 « Paille, moisson, bouche douce, élégante raffinée, crémeuse et fine ; un vrai vin de grand cru. Long et élégant. 18,20 euros. »

4-    Prestige grand cru Rémy Louvet : 16,5-17/20 « Doré soutenu, nez poire, nèfle, bouche vineuse et fraîche à la fois, saveurs automnales, on retrouve la poire, long, élégant et gourmand. Très long. 15 euros. »

5-    Carte or blanc de blancs Grand Cru : 16,5-17/20 « Floral, citron, aubépine, bouche minérale, craie, tendue, note pamplemousse. Vin très pur, fin, un côté crémeux en milieu de bouche, long, belle amertume qui prolonge la bouche. 15,75 euros. »

6-    Brut 2004 Monmarthe : 16,5-17/20 « Nez frais, citronné, floral, bouche tendre, fondue, beaucoup de saveurs, gras, riche, très long pour un 2004. 17,90 euros »

7-    Brut Nature Fabrice Lecourt : 16,5/20 « Citronné, un peu sauvage, tendu, frais, très sèveux, vif, d’une belle pureté, le champagne en liberté. 12,70 euros »

8-    Brut Réserve Morel Père&Fils : 16,5/20 « Doré soutenu, nez épicé, feuilles mortes, senteurs automnales, bien marquées par le pinot noir, bouche gourmande, fruitée, riche en saveurs, équilibrée, un peu de sucrosité. 14,40 euros »

9-   Brut rosé Rémy Louvet : 16,5/20 « Nez parfumé, fraise, grenadine, bouche ample, gourmande, bonbon coquelicot, très joli vin, délicieux et crémeux. 15,30 euros »

10-                      Extrabrut 2002 Denis Marx : 16,5/20 « Nez citronné, bouche vive, élégante, bien fruitée, longue fraîche vive, structuré, long. 16 euros »

 

Les 3 plus petits prix avec les meilleures notes de Jacques Dupont Merveilleux du Vignoble

 

1-      Sélection Gérard Cligny 15,5/20 : « Nez paille, minéral, présence de chardonnay qui lui confère des notes plus aériennes, bouche ronde, savoureuse, généreuse, long, gourmand, tendu, joli vin. 12,60 euros »

2-     Brut Tradition Philippe Thévenin : 14,5/20 « Nez fruits blancs, sucrosité, bouche ronde, souple, fraîche et ronde à la fois, bien parfumé ; bon vin d’apéritif. 12 euros »

3-     Tradition Gérard Cligny : 14,5/20 « Doré soutenu. Pomme, senteurs automnales, bouche fruitée, ronde, bien mûre, pas mal de vin de réserve, bonne amertume en finale. 11,30 euros » C’est le moins cher de la liste.

 

Pour les adresses consulter www.point.fr  les dégustations de Jacques Dupont.

Pour la tension Jacqueduponienne lire la chronique http://www.berthomeau.com/article-31561023.html

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Olivier dem.... 22/12/2009 14:39


Il y a assez longtemps également un journaliste outre-atlantique avait parlé de vin qui etait tendu comme un arc...

Et bien avant encore ce gai luron de Saint Bruno osait penser "Si l' arc est trop tendu sans relache, il devient moins propre à son office".



Michel Smith 22/12/2009 09:52


Après une telle énumération, j'ai tendance à tendre mon gosier bien tendu vers ma cave pleine de tensions en tous genres. Tiens, j'vais faire péter toute la tension enfouie dans mon Crémant de
Limoux Rosé "La Rose N° 7" du Domaine J. Laurens à La Digne d'Aval, un vrai rosé "de coupage" où chenin et chardonnay ont été tâché par 10% de pinot noir à 9 euros départ cave...


Pierre Masson 21/12/2009 16:58


Souvent les vins aux bouches tendues ont des tannins serrés. Quel boulot ! 


  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents