Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 00:09

« Pas de quartier pour les vins de salopards ! » sur le blog des 5 du Vin Michel Smith défouraille et, c’est tout à son honneur, choisit de ne pas se commettre « avec des vins travaillés, vinifiés et commercialisés par les adeptes de la mouvance nationaliste bien de chez nous, celle de notre France la plus profondément abjecte. Je n’y peux rien, c’est dans mes gènes, c’est épidermique. Ne me demandez pas de l’expliquer (la honte d’avoir eu des membres de ma famille ouvertement pétainistes ? Le spectre du FN planant sur Perpignan ?), mais c’est comme ça. Qu’y puis-je ? »link


images--2-.jpg

 

« Michel, ta réaction à l’égard des propos de Reynaud et de Roux me conforte dans mon idée qu’il vaut mieux s’intéresser aux œuvres qu’à leurs auteurs. Constatation valable pour l’ensemble des activités humaines et pas seulement pour le vin. Rousseau abandonnait ses enfants, Voltaire possédait des parts dans une société de commerce d’esclaves, Heidegger et Karajan étaient membres du parti nazi, Elia Kazan a nourri le McCarthysme, etc. Turpitudes qui n’ôtent rien à l’œuvre en tant que telle mais dont la connaissance peut modifier le plaisir qu’on peut en tirer ». souligne Alain Leygnier.


Samedi matin Hervé Lalau exprime sa différence « Le billet de Michel, ce jeudi, nous a valu un gros afflux de lecteurs et de commentateurs. C’est donc qu’il a suscité une certaine adhésion, ou au moins de l’intérêt. A titre personnel, j’éprouve une certaine gêne, cependant. »link


Pour ceux qui ne le savent pas j’ai été avec Michel, Hervé, Jim et Marc l’un des fondateurs des 5 du Vin que j’ai dû quitter à la fois faute de temps mais aussi parce que n’étant pas journaliste-critique j’avais parfois du mal à m’insérer dans le milieu. C’est David Cobbold qui m’a succédé. Je les lis souvent mais me livre rarement à des commentaires.


Aujourd’hui c’est différent car je me sens très proche de ce qu’exprime Michel tout en comprenant parfaitement que l’œuvre doit être « jugée » en soi et non sous la focale des idées plus ou moins nauséabondes de l’auteur. C’est d’autant plus vrai pour un vin qui lui ne transmet que sa substance et non le jus de tête avarié de son vinificateur.


Cependant là où je rejoins absolument Michel c’est que beaucoup de critiques de vin entretiennent avec ceux que Michel qualifie de salopards des relations qui dépassent largement la dégustation. Il est des proximités, des agapes, des yeux fermés plus ou moins gênés et souvent de connivence qui me débectent. Faut pas fâcher! Oui, je suis d’accord il est des gens infréquentables et je suis de ceux qui ne les fréquenteront jamais. Leur serrer la main, leur souhaiter le bonjour, faire comme si de rien n’était avec eux constituerait pour moi un reniement.


Excessif me direz-vous ! Nous sommes en démocratie il faut discuter avec tout le monde. Que nenni ! Les idées font corps avec ceux qui les expriment il est important de les combattre. C'est mon cas avec les seules armes dont je dispose : mes mots. Il n’y a aucun compromis possible, et qu’on ne vienne pas me dire que ce faisant « je fais de la politique » en mêlant mes opinions à un débat purement esthétique. Non, je ne fais qu’être citoyen, homme de la cité, qui exprime ses choix et les assume.

 

Lequel d’entre vous peut affirmer qu’il ne s’est pas tu pendant un repas où des propos xénophobes ou orduriers étaient proférés par l’hôte vigneron ou non ? C’est cette compromission, plus ou moins assumée, que j’exècre car elle est, et a été porteuse, des pires comportements au cours de notre Histoire.


Et le vin ne change rien à l’affaire, bien au contraire. Ceci écrit, je ne viens ici donner de leçons à personne mais seulement exprimer ma proximité avec Michel. Sa chronique est salubre, salutaire, car elle rompt le doux ronron de certains. Moi je passe mon chemin. J’ignore, ce qui me vaut des inimitiés féroces de la part de certains de mes collègues blogueurs. Lorsque j’occupais des fonctions officielles, lors d’un dîner avec des gens biens comme il faut, l’hôte, issu d’une grande famille ayant donné son nom à un groupe dont le siège est à Cognac, parlant de Marcel Dassault ne le faisait que sous cette forme « Bloch dit Dassault » car pour ceux qui ne le saurait pas Marcel Dassault, est né Marcel Ferdinand Bloch.


Pas de quoi fouetter un chat me direz-vous ?

 

Si, intolérable car c’était l’expression d’un antisémitisme ordinaire.

 

Quitter une table, refuser de serrer la main, sont des actes citoyens.

 

D’accord pour parler de tous les vins mais, jamais au grand jamais laisser dans l’ombre les opinions ou les idées sales de ceux qui les font. C’est simple comme attitude, c’est alors un travail de journaliste : informer les lecteurs sur toutes les facettes du sujet. Ensuite, libre à chacun de privilégier l’un pour l’autre, de choisir un vin d’un vigneron qu’on apprécie ou qu’on exècre. Ça n’enlève rien à la valeur intrinsèque du vin mais c'est dit.

 

Lire en fin de chronique un texte de Maurice Nadeau sur LF Céline tiré de Maurice Nadeau... à la table des lettres. éditions la Maison d'à côté.


Pour finir : une exécration et un regret qui n’ont rien à voir avec le sujet précédent.


1° j’exècre les vélos électriques car c’est faire-semblant de pédaler et en plus les mecs ou les nanas se la pètent en me dépassant. En plus leurs bécanes sont lourdes et moches…

Mon vélo pédale tout seul link


même si je ne fume plus depuis un bail je regrette la quasi-disparition du Zippo avec lequel j’allumais mes Boyards maïs...


zippo-life-02-02-1953-068-a-M5-233x300.jpgimages--3-.jpgphoto355.JPGphoto356.JPGphoto357.JPGphoto358.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

... 30/09/2013 07:59


Cette "peste" brune agit beaucoup trop dans nos appellations. 


C'est terrible d'y vivre. 


Les gens qui s'opposent à cela peuvent même être ultraminoritaires. Et le sont.


Je pense que l'appellation est une idée qui se rapproche de cela. Inscrire une limite géographique, bloquer les moyens d'expression, et surtout marquer dans la pierre une hiérarchie de terroirs,
de climats conforte ces idée là.


 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents