Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 17:00

« Il y en avait, il n’y en a plus – ou si peu que pas. On peine à imaginer désormais, le silence ailleurs que chez les Trappistes. Et encore : ne pas parler ne signifie pas ne faire aucun bruit (par exemple, en fabriquant de la bière). Et il n’est même pas évident que les monastères les plus stricts soient épargnés par le flux de musique, de paroles, d’ondes sonores en tous genres qui caractérise la modernité contemporaine, ou simplement par le jingle de l’ordinateur que l’on démarre (la Trappe tolère Internet) : rien ou presque rien, ne se fait sans signal sonore. Pendant des siècles, le progrès technique, du tour du potier à la bombe atomique, a impliqué la fabrication de bruits nouveaux ; désormais, toute une industrie s’occupe de fabriquer du silence à prix d’or – ou plutôt de réserver nos espaces domestiques, si nous avons des moyens financiers suffisants, à des bruits choisis par nous… jadis compagnon oppressant du labeur, de l’usine et des chantiers, le bruit a envahi nos maisons et nos loisirs, et tel le diable selon Baudelaire, sa plus grande ruse est de faire comme s’il n’existait pas : il est dans nos vies comme la vie même. On ne peut plus imaginer une sociabilité sans vacarme, ni une société sans un air de musique en fond sonore. Tout ethnologue consciencieux, avant d’aller visiter une des ultimes tribus sauvages de la planète, emplit son sac, à tout hasard, de piles neuves, pour les transistors et les baladeurs des aborigènes (…)

 

De nos jours, le silence est, de fait, un truc de vieux, de lecteurs ou de sourds, ce qui souvent revient au même dans l’idéologie des gens « branchés » Curieux spectacle, dans le métro, dans la rue ou même dans les bibliothèques, tous ces fils qui sortent de toutes ces oreilles, comme si,  sans s’amarrer à une machine à faire du bruit, l’esprit risquait de sombrer dans le vide Amateurs de silence, fates comme tout le monde : bouchez-vous les oreilles, mais sans brancher vos écouteurs. Le monde n’y verra que du feu. »

 

Extrait de « Qu’il était beau mon Meccano ! » de Jacques Gaillard chroniques Mille et Une nuits

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents