Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 00:09

photo--27-.JPG

 

Lire permet de s’extraire des turbulences du jour, de tirer son rideau de fer pour s’isoler, ne pas se laisser happer par le dégoût. Hier fut donc un de ces jours où il me fallait être ailleurs. Ce fut le cas, je me suis mis entre parenthèses, loin de tout, hors tout comme sur une île. Paris permet de se réfugier dans l’extraterritorialité. Pour ne rien vous cacher je n’avais pas envie de poster de chronique, de marquer mon retrait. Et puis, en rentrant de ma péninsule, me replongeant dans « La chambre noire de Longwood », là où je l’avais laissée avant de m’endormir, mes traits de crayon de papier – je souligne beaucoup –m’ont rappelé que je tenais un sujet de chronique.  Que faire ? M’y mettre ! Je m’y suis mis comme si aller à votre rencontre me permettrait de quitter ma presqu’île.


Avec Jean-Paul Kauffmann le vin n’est jamais très loin dans ses écrits mais là, dans son superbe livre sur Longwood, dernière résidence de Napoléon déchu, je ne m’y attendais pas. Et pourtant, alors qu’il est invité à dîner chez les Martineau père et fils, les consuls de l’enclave française qu’est Longwood, dans la partie de la bâtisse où logeait le médecin irlandais de Napoléon O’Meara qui sera renvoyé en Angleterre par Hudson Lowe en juillet 1818, je ne m’attendais pas à le voir découvrir « posée sur la desserte, une bouteille de Château-Batailley, millésime 1986. »


19746-650x330-autre-chateau-batailley-pauillac.png

 

« Surgissent les images de l’antique pin parasol qui recouvre presque entièrement la façade du château et la bibliothèque si apaisante du propriétaire Émile Casteja. J’ai toujours été fasciné par la pendule Louis XIV qui trône sur la cheminée. Pourquoi l’effigie du vieil homme tenant une faux à la main me vient-elle à l’esprit ? Peut-être a cause de l’inscription « La dernière minute tue », figure du Temps et de sa loi impitoyable. Le vin n’est-il pas la seule matière vivante qui a su résoudre l’irréparable du temps ? Il ne devient délectable qu’en vieillissant. »


Martineau père au cours du repas ne consent à prendre la parole que pour s’occuper du verre et de l’assiette de Jean-Paul Kauffmann « Alors, ce 1986 de Batailley, qu’en pensez-vous ?


-         Excellent. Un peu fermé encore. Belle texture tout de même.

Le commentaire de JPK le divertit.


-         Une belle texture ! J’ignorais que le vin eût à voir avec le tissage, ironise-t-il.


-         Vous ne croyez pas si bien dire. On parle aussi de la trame d’un vin… Surtout pour le bordeaux.


-         Vous savez qu’à Longwood les Anglais ne donnaient à boire à Napoléon que du bordeaux.


-         C’est normal, les Anglais préfèrent généralement le bordeaux au bourgogne.


-         Oui, mais Napoléon avait, lui, une prédilection pour le bourgogne. En France, il ne buvait que du Gevrey-Chambertin. Avec de l’eau, il est vrai. De toute façon, il ne prisait guère les plaisirs de table.


Martineau père devient plus prolixe et va chercher dans son bureau une lettre de lord Bathurst (secrétaire d’Etat aux colonies) au gouverneur Hudson Lowe où il écrit : « Je sais que Napoléon a une préférence pour le bourgogne mais j’ai de bonnes raisons de croire que ce vin ne supporte pas le voyage : que du bourgogne aigre à Sainte-Hélène, et il jurera que je veux l’empoisonner ! »


-         Mais pourquoi cette légende du bordeaux qui voyage mieux que le bourgogne ? questionne Martineau père.


-         Ce sont les tanins… Le bordeaux est un vin très tannique. D’où cette dureté quand il est jeune. C’est pourquoi on le faisait voyage en bateau afin qu’il s’assouplisse. Ce Bathurst était un connaisseur… 


-         Peut-être. Mais c’était aussi une vraie vache. »


Je vous recommande la lecture de « La chambre noire de Longwood » de Jean-Paul Kauffmann publiée par Folio 3083 prix Femina-essai et Grand Prix RTL-Lire 1997.

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...
  • Des chocolats pour le directeur, et un ascenseur pour... Par Slawomir Mrozek
    Une couverture illustrée par un dessin de CHAVAL. « Des chocolats pour le directeur, comme son titre l'indique, est un petit cadeau à déguster : cet ensemble de courtes nouvelles, composées pour la plupart dans les années 1960, paraît à l'occasion des...