Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 07:00

photoB7.jpg

L’arrivée de Marie à la gare Saint-Jean ne passa pas inaperçue : Tintin au Congo, déchainé, criait à intervalles réguliers « Au feu, les pompiers ! » pendant que Lénine, altier, juché sur l’épaule de sa maîtresse, tout hérissé, plus Persan que jamais, donnait le sentiment d’être une grenade dégoupillée. Me de Candolle, flanqué de son premier clerc, ne savait trop que faire face à cette grande brigue en tongs qui baillait aux corneilles sans se soucier de la nuée de photographes et de journalistes qui la pressaient de questions. Marie, plus ébouriffée que jamais, souriait, tout en faisant claquer, à intervalles réguliers, son bubble-gum, ce qui avait le don d’exciter plus encore son chat. Une grande pouffe de Voici se poussait du col pour lui poser la question la plus bête de l’année : « Mademoiselle de Saint-Drézéry quels sont vos projets ? ». Sans se démonter Marie lui répondait « Goûter les vins du dernier millésime ! » ce qui laissait pantois le représentant du syndicat des courtiers qui s’était glissé dans la meute. Derechef, il appelait ses commanditaires « Cette fille c’est tout sauf une gourde, je suis sûr quelle va nous donner du fil à retordre... » Bonne pioche car, sous ses airs de godiche, Marie cachait un esprit plein de répartie, et comme elle avait passée la fin de la nuit, sitôt Abraham reparti, à consulter sur le Net le blog de Robert Parker link, elle savait tout sur les tendances de la campagne des Primeurs 2010. Au petit matin elle avait même réveillé Michel Rolland pour lui demander son sentiment sur la qualité du millésime de ses châteaux. Pour se procurer le numéro de téléphone de l’œnologue-star, ainsi que ceux des grands propriétaires de GCC, elle avait eu recours à son pote Léonard, un hacker pointu. En passant, avant de partir pour la gare Montparnasse, elle avait acheté un petit calepin en moleskine à l’Écume de Pages. Dans le TGV, tout en buvant du café à la paille, elle en avait couvert les pages de crobars. Face à Lénine et Tintin au Congo estomaqués en passant à la hauteur de la gare de Libourne elle avait proclamé « ça va bouillir ! »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

vinicircus 27/07/2011 14:49



http://www.vindicateur.fr/article.php?id=2782



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents