Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 00:09

Ce matin les présentations seront simples : d’un côté un parisien Laurent Bazin journaliste à RTL 22 rue Bayard qui à le cœur dans les vignes, de l’autre Frédéric Palacios vigneron d’Arzens en Malepère. Ce sont deux amis qui sont un peu aussi les miens même si les liens entre Laurent et Frédéric sont plus étroits, si étroits qu’ils viennent de faire cause commune pour un « Cause toujours » 2010 qui, comme le dit de façon espiègle Laurent est « un pied de nez à ceux qui ont cru que c'était une folie de racheter des vignes dans une appellation où l'on arrache plus souvent qu'on ne plante. » Vous me connaissez moi les pieds de nez j’en raffole ! J’en redemande ! Alors, ayant été mis dans la confidence par Frédéric lors de la dégustation annuelle des Vins des Amis de Laurent lundi dernier au Paul Bert je me suis rué sitôt rentré sur mon Nagra (très pro le Berthomeau) pour réceptionner les réponses de Laurent Bazin à mes 3 éternelles Questions.

 

C’est tout chaud et ça vous est livré en circuit court.  

 

Question N°1 : Alors Laurent vous voilà à la tête de 70 ares de terroir en Malepère avec l'ami Frédéric Palacios, dites-nous comment vous en êtes arrivé à cette implication dans les vignes ?

 

Réponse de Laurent Bazin : De manière finalement très naturelle. Disons de blog en aiguille... Ou de cave en vigne. Ca fait quatre ans maintenant que je m'intéresse de très près au travail de mes amis vignerons. Que je raconte sur leVindemesAmis http://levindemesamis.blogspot.com  leurs doutes et leurs petits bonheurs. Leur goût du terroir aussi. Ils m'ont en quelque sorte refilé le virus et donné envie, moi-aussi, le parisien, de m'enraciner.

 

J'ai depuis dix ans une petite maison de village à quelques kilomètres d'Arzens, il me manquait la vigne... J'en avais parlé à Frédéric il y a deux ans déjà et l'occasion a fait le larron en septembre 2009. Il avait repéré ces 3000 pieds de grenache et de cinsault promis à l'arrachage au bord de ses terres à lui. L'idée de le voir travailler ces vignes languedociennes, au coeur d'une mer de cépages « bordelais » a fait le reste. Ça et la beauté du terroir de la Malepère. Sans parler des cerisiers, des figuiers et des pruniers qui longent les ceps de quarante ans d'âge.

HPIM4029.JPGQuestion N°2 : Simple propriétaire foncier ou un peu plus que cela Laurent ? Puisque que ce « Cause toujours » est une « Cause commune » jusqu'où allez-vous dans votre engagement?

 

Réponse de Laurent Bazin : C'est drôle, je ne me vis pas comme le propriétaire de ces vignes. Evidemment, sur le papier, elles m'appartiennent. Mais je pense vraiment que la vigne appartient à celui qui la travaille, qui la nourrit, qui la fait vivre et prospérer. Donc disons que ce sont « nos » vignes plus que les miennes.

 

Est-ce que je suis un peu plus que ça? Vigneron sûrement pas en tout cas. Chacun son métier. J'ai trop de respect pour le travail de ces hommes et de ces femmes pour venir leur voler la vedette. Chacun à sa place.

 

En revanche, c'est vrai que Frédéric m'associe à ses décisions, qu'il m'informe de ses choix. Me demande mon avis... L'idée de la macération des raisins en grappe entière par exemple nous est commune. C'était une envie qu'on avait de mener « Cause toujours » de cette manière, dans les pas de Senat, Richaud ou Foillard, c'est à dire avec souplesse, sans effacer le terroir. Frédéric a fait ça avec beaucoup de doigté. Mais ne vous y trompez pas c'est bien son vin à lui.

My_HipstaPrint_0.jpgQuestion N° 3 : Alors ce premier nouveau-né comment le trouvez-vous Laurent ? Parlez-nous de lui avec les mots d'un père !

 

Réponse de Laurent Bazin   Ca ce n'est pas facile. Mais c'est vrai que ça m'a fait un drôle d'effet de tenir en mes mains une bouteille issu de nos vignes. De voir le terroir entrer en bouteille en quelque sorte. Il y avait quelque chose de vertigineux dans ce raccourci... Peut-être comme une naissance, toute proportion gardée. Vous avez raison.

 

C'était un « brut de cuve », qu'il m'a amené à Paris juste avant la dégustation du VindemesAmis lundi dernier. Et franchement, le résultat m'a scotché. Sa fraîcheur surtout, sa souplesse. Mais là dessus je ne veux pas en faire trop. D'abord parce que je ne suis pas un grand dégustateur et aussi parce que ça ferait un peu trop commercial, pour le coup. Disons comme dirait Frédéric à sa manière très pudique qu' « on n'est pas mécontents du résultat ». Et que moi ça me plaît drôlement.

 DSC00221.JPG

 

Chers amis lecteurs si vous n’êtes pas trop transis par le froid ou exaspérés par mes pitreries je vous invite, si vous ne souhaitez pas que je sombre dans une profonde dépression – je rassure Reggio les verres vides posés devant moi étaient de futurs verres pleins qui furent descendus sans sommations –  à répondre à mon sondage d’hier http://www.berthomeau.com/article-le-sondage-le-plus-tendancieux-de-la-decennie-quand-le-vin-est-tire-il-faut-le-boire-62032530.html  qui n'est pas frappé par une DLC (moi seul le suis : frappé).

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

MichelSmith 08/12/2010 17:28



Eh ben moi, j'ai pas honte : j'ai acheté pas cher quelques arpents de vignes avec des camarades. On fait notre taille nous même, on vendange et on supervise les vinifs, n'en déplaise aux VRAIS
vignerons. Certes, c'est un voisin qui laboure et qui prétaille pour nous. Et alors ? Plus on sera nombreux à se payer un petit lopin de vignes et mieux notre Roussillon s'en portera. Grâce à
nous et à d'autres, on restaure, on replante et l'on entretient certes modestement le paysage viticole du Midi ! Le nom de la vigne et du vin ? Le Puch, à Tresserre. Le 2010 (deuxième millésime,
carignan essentiellement) sera en vente prochainement et le sieur Jacques Berthomeau sera invité à son lancement 



CLOVIS SIMARD 01/12/2010 23:17




Bonjour,


LA PRODUCTION MONDIALE DE VIN CHUTE !: Voir mon Blog pour l' analyse mathématique (fermaton.over-blog.com) de
L'INCONNAISSANCE À BACCHUS.


 Mon Blog, présente le développement mathématique de la conscience c'est-à-dire la présentation de la théorie du Fermaton (La plus petite unité de la conscience humaine).


Cordialement


Clovis Simard



laurentg 01/12/2010 14:34



VdP Oc le Mas de mon Père Quitte ou double 2009 : 13/20 –
21/11/10


Produit sur Cabardès par Frédéric Palacios. Cépage chasan (croisement chardonnay


et listan). Boisé (caramel). Pas folichon, assez fade pour une finale capiteuse (imaginé


un chardonnay de Limoux).



Reggio 01/12/2010 14:31



Moi, j'aime bien l'idée de se faire plaisir avec un bout de vigne. J'ai quelques copains, des urbains plus fortunés que moi, aux quels j'ai fais acheter de belles petites parcelles de rareté
autour du domaine et je dois dire au bout de quelques années que c'est vraiment bien pour eux et pour moi. Ils prennent leurs pieds et sont de redoutables commerciaux...gagnant-gagnant comme
dirait l'autre du Poitou (il semblerai qu'elle ne soit pas dans la vigne mais un peu dans les choux, non?) Luc, pareil pour moi, même trajet...


 



Luc Charlier 01/12/2010 09:29



Euh, Gus, j’ai honte !


Tu viens de décrire mon parcours à la perfection : 50 ans à l’époque (2005), enfants (de lit différents) devenus adultes (ou
presque) et mères évaporées, plus de dettes mais pas de fortune non plus et surtout : existence bien rétribuée mais quasiment sans intérêt hormis les plaisirs des sens. Et hop, on vire tout.
Le plus dur est évidemment de VENDRE le vin à présent; je n’avais rien vendu dans ma chienne de vie auparavant.


Mais cela ne mérite pas spécialement du respect. La décision vient d’elle-même, sur le divan de la psychanalyste et elle s’impose
comme la seule alternative à la nausée, voire pire.


Je ne suis pas sûr – même si c’est le motif invoqué par beaucoup – que le « besoin d’enracinement » ou un « retour à la
terre »  y joue le moindre rôle. C’est la satisfaction égoïste d’un besoin impérieux de donner un sens à son existence et même, lâchons le mot,
de devenir CREATIF.


Les vignerons (ou les chefs de cuisine, c’est la même chose) qui se prennent pour Rodin, Byron, Goya ou Telemann se fourvoient, mais
nous pouvons nous assimiler à un ébéniste, un ferronier et « toutes ces sortes de choses ».


Ici, il pleut régulièrement depuis 6 semaines; mes premières ondées automnales après 6 ans d’installation, comme un brin d’espoir de
voir la fin de la sécheresse. Je ne vais donc pas à la vigne aujourd’hui (pas pressé, j’aime tailler en mars).


Allez, houdt U goed en tot een andere keer !


 


 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents