Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 00:02

Le titre de la dépêche AFP datée du lundi 3 septembre, 18h30, claque comme un verdict sans appel : " Vins AOC : un tiers de la production ne mérite pas cette appellation ". Le président de l'UFC-Que Choisir, un certain Alain Bazot, lors d'une conférence de presse téléphonique (concept nouveau) a déclaré que " Depuis un certain nombre d'années *, on * observe une baisse qualitative régulière * dans beaucoup * d'AOC qui a miné complètement la confiance des consommateurs vis_à-vis des AOC". La dépêche ajoute que " Selon une enquête de l'UFC-Que Choisir, 75 professionnels représentatifs * de la filière viticole assurent qu'un tiers du volume du vin français produit en AOC ne mérite pas cette appellation du fait de son faible niveau qualitatif et du manque de lien avec le terroir * " C'en était trop pour moi, tel un corbeau par l'odeur du fromage alléché je me rue chez le premier marchand de journaux près de chez moi et j'achète pour 4 euros 20 le numéro 451 de Que Choisir www.quechoisir.org Le titre de l'article est très raccoleur - c'est pour ça que je l'ai choisi pour ma chronique car je suis très pute - " ça tourne au vinaigre pour le terroir ". Je feuillette. Je trouve les photos de Michel Issaly et de Marc Parcé très belles, même si Marc en rajoute un peu sur le look terroir profond mais, il lui sera beaucoup pardonné, car il tient un verre à la main. Bref, je lis le papier de Florence Humbert qui, entre nous ne casse pas trois pattes à un canard, même si elle rapporte des propos justes et intéressants. Elle dis tout et son contraire, et comme il est de tradition dans le journalisme français, son article est plus un point de vue qu'une relation de la réalité. Mais bon, elle fait ce qu'elle peut la brave dame. J'adore, le couplet " un conseil qui sonne comme une injonction de s'engager dans la voie de la wine industry et de ses vins "Coca Cola", qui ont fait le succès des produits du Nouveau Monde. " à propos d'une déclaration d'Yves Bénard sur la nécessité de réécrire les décrets et de repositionner certaines appellations. Plus c'est gros plusça impressionne le gogo mais c'est idiot. Le florilège est exceptionnel : " Bruxelles a soif de vins "faciles à boire", l'authenticité et la tradition menacées par la logique du marketing, le grand tournant de l'industrialisation... Les barbares sont à nos portes gaulois montez aux créneaux. Défendez le fortin, les sabots et le foin ! Mais mon propos n'est pas de traiter sur le fond cet article mais de souligner l'absence de la fameuse enquête auprès des 75 "salopards anonymes " * qui ont craché dans le cuvon. Rien. Queue de chique. De la publicité mensongère : un comble dans un organe indépendant de défense des consommateurs. 

Alors pour redonner un peu de tenue scientifique au débat je vais ici poser des questions à Que Choisir en me reportant  aux astérisques que j'ai déposé au cul de certains mots utilisés dans le communiqué :
* un certain nombre d'années : combien ? 5, 10 ou 15 ans...
* on : qui on ? des noms, des études, des rapports...
* une baisse qualitative régulière : merci de nous communiquer la courbe de cette baisse pour nous puissions observer sa régularité en nous précisant l'unité de mesure de la qualité.
* dans beaucoup d'AOC : lesquelles ?
* 75 professionnels représentatifs : la liste SVP et la définition de la représentativité.
* manque de lien avec le terroir : c'est quoi le lien avec le terroir ?
* merci de me communiquer l'enquête pour lecture.
* " les 75 salopards " en référence du Manifeste des salopes, qui elles n'étaient pas restées anonymes, pour l'avortement à l'initiative de Gisèle Halimi. 
Bref, tout ça est tout, sauf très sérieux et, ce qui me chagrine, c'est qu'une telle littérature approximative nuit plus au combat que je mène depuis 2001, monsieur le Président de Que Choisir, qui êtes un peu un piètre ouvrier de la dernière heure, qu'elle ne le sert. Je le regrette. Vous donnez des armes aux tenants de l'immobilisme. Quand on se veut un organe de défense des consommateurs on ne patauge pas dans l'amateurisme, le sensationnalisme et surtout on ne met pas en avant une enquête fantôme. Je m'emporte mais ce n'est pas l'abomination de la désolation mais du petit bricolage à la française... Désolant !

Note de la rédaction : lorsque j'ai écrit en 2001 que sous les grandes ombrelles des appellations se cachaient des vins indignes : 
1° j'ai signé mes écrits avec les conséquences que vous connaissez, 
2° je n'ai donné aucune indication quantitative pour la bonne et simple raison que je ne disposais d'aucun chiffre, 
3° à cette époque Que Choisir devait roupiller car je n'ai rien lu sur le sujet, 4° ce n'est pas en renforçant la répression qu'on fera bouger les choses. Commencer dans la vigne.

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents