Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2007 7 09 /09 /septembre /2007 00:02

- C'est tout de même beau c'que j'dis les gars... Vaut mieux tard que jamais d'avoir c'te chance... J'en reviens pas... Vous êtes témoins, ni l'maire, ni même notre curé en chaire, n'ont élocu... élocutionné d'une si belle manière...
Le vieux Turbé agitait son feuillet en prenant son public à témoin. Tout au fond de la salle, le grand Célestin Turbé, cousin germain de l'orateur, se dressait, raide comme la justice, pour le rappeler à l'ordre : " Continue bougre d'âne ! T'es pas là pour faire le paon mais parce qu'on a le nez sale. C'que tu dis c'est pas toi qui l'a écrit alors ne nous demande pas de te passer la brosse à reluire..." Un murmure, dont je ne sus s'il était approbateur ou désaprobateur, parcourut l'assistance. Marcelline, dont les formes moulées par sa robe trempée frisaient l'indécence, coupait court à cette contestation mal venue : " Tais ta goule grand machin ! Laisse dire notre Anselme, lui, au moins, il sait lire..." Vexé comme un poux le Célestin se rasseyait l'air mauvais. Ses voisins ne manquaient pas de se foutre de sa grande gueule enfarinée. Fort de ce soutien de poids, le vieux, rajustait ses besicles et reprenait le fil de la prose de Jean en brodant un peu pour se donner des aises : " Depuis ce foutu soir, nous qui suçons autre chose que de la glace, nous vivons dans la honte. Jamais une chose pareille n'était arrivée sur l'île : une si jeune et si belle fille, et pas de chez nous. J'ose l'affirmer, et je prends le bon Dieu à témoin, sans l'offenser bien sûr, la cirrhose de ce pochtron de Gulmineau aurait mieux fait de l'emporter en terre quelques mois plus tôt. Mais ce qui est fait est fait. A nous aujourd'hui de payer la dette, de l'apurer... " Le patron tendait un verre d'eau à Turbé. Il l'engloutissait. Je fixais Jean avec un sourire désolé comme pour lui dire que faire du Frantz Fanon sur ce confeti de granit relevait de l'infantilisme des gauchistes : apurer leur dette, pauvres marins....

Vous infliger la suite du discours n'apporterait rien de bien intéressant à mon propos déjà bien décousu. Jean s'était laissé aller au meilleur comme au pire et, comme le vieux Turbé fatiguait, la péroraison qui se voulait digne de l'aigle de Meaux, le grand Bossuet, fut débité à la serpe, comme du vulgaire bois de chauffage, dans une inattention totale. Tout ça n'était que du remplissage, les gars attendait la chute. J'y viens. L'orateur, sentant l'arrivée proche, retrouvait du gaz. Il abandonnait son feuillet pour adopter un style et un vocabulaire plus proche de l'entendement de ses ouailles : " L'idée est venue du plus con d'entre nous. Ce n'est pas lui faire injure que de dire de notre Bayaya, le petit Cornevin, a une case de vide. N'empêche que tout simplet qu'il est, c'est le moins tordu de nous tous. Bref, comme y nous'entendait nous lamenter, le voilà t'y pas qu'il dit à son père, ce grand beda morvoux de Cornevin, qu'y fallait qu'on fasse un monument à la Marie. L'a reçu en réponse deux revers de main sur son nez aussi morvoux que celui de son père. Mais le s'est pas démonté le gamin. En reniflant l'a dit que la Marie elle était gentille, qu'elle lui donnait toujours des carambars, que c'était une princesse et qu'au princesse on fait des monuments. Par bonheur, l'Angèle, la laveuse, l'a entendu et, comme c'est une langue de pute qui garde rien pour elle, au soir tout Port-Joinville était au courant. On l'a pas invité ce soir, mais on aurait du, car le pti Bayaya nous a tiré une belle épine du pied. Laisser ta Marie sous cette petite butte de terre ça n'était pas chrétien. Alors, comment dire, ce monument c'est nous qui... tu vois ce que je veux dire... c'est pas la peine que j'en dise plus... vaut mieux que je taise ma goule... "

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents