Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2021 6 24 /07 /juillet /2021 06:00

 

« Est doté de la main celui qui est doté de l’intelligence » Aristote

 

« La cuisine, c’est beaucoup plus que des recettes. » Alain Chapel.

 

Pudlowski écrit ICI 

 

« On ne sait plus s’il est un cuisinier qui écrit ou l’inverse. A force de le suivre d’un réseau l’autre, on va finir par oublier qu’il fut le chroniqueur patient, minutieux, malicieux et consensuel de « Food Intelligence », qu’il changea de vie plusieurs fois, troqua jadis le véhicule de luxe pour le vélo, cuisina, en amateur éclairé pour la Cornue, rédigea des recettes pour « cuisiner l’amour« , avant de devenir le chef étoilé de « Table » rue de Prague, après avoir été la révélation de l’année du « Pudlo 2014 » . Bruno Verjus, natif de Roanne, ce qui n’est pas sans importance, nous livre ici non un récit de sa vie – qui pourrait être bien riche et bien … nourri – mais un manuel de savoir-vivre et de savoir-manger. Il place la barre haut, se situe à la hauteur d’Alain Chapel, d’Alain Passard et, avec un sens de l’aphorisme certain (« Manger, c’est voyager », « la façon dont on se nourrit décide du monde dans lequel on vit » ) de Brillat-Savarin. »

 

 

Comme c’est dans les vieux pots qu’on fait le bon beurre, je vous propose de lire ou de relire des vieilles chroniques :

 

 

15 novembre 2013

TABLE est une Grande Table : Bruno Verjus inventeur* de produits de génie ICI 

 

 Je ne suis pas François Simon, ça se saurait. En revanche, né et élevé au beurre salé baratté par la tante Valentine, aux poulets de grains de mémé Marie, aux légumes du jardin du pépé Louis, à la cuisine de ma sainte mère : ah, le beurre blanc de maman, j’aime par-dessus tout le goût des choses dans leur plus simple et naturelle expression.

 

Bruno Verjus est un inventeur de produits de génie – au sens de celui qui a découvert un trésor (article 68-9 du Code minier français). Il cherche et il trouve le produit d’exception à qui il donne toute sa chance en révélant ses saveurs originelles. Bruno et son équipe ne cuisinent pas, ils révèlent le goût des choses.

 

J’ai, avec ma copine Isa, fait l’ouverture de TABLE

 

 

11 décembre 2015

 

Lettre d’un vieux blogueur à un blogueur devenu restaurateur : cher Bruno Verjus de TABLE… ICI

 

Moi, le vieux blogueur blanchi sous le harnois, qui besogne chaque jour que Dieu fait, je suis un peu jaloux d’une telle aisance. Ce qui me console, pour ne rien te cacher, c’est que je ne suis pas peu fier d’avoir été l’un des premiers, dès 2013, alors que tu découvrais « les joies et les peines » de ton nouveau métier, à pressentir que par-delà les embûches, les difficultés, tu irais jusqu’au bout de ton défi.

 

Tu tiendrais ta ligne de conduite…

 

Comme je l’ai titre ce livre est un autoportrait, il ne vous reste donc  qu’à le découvrir.

 

Un critique sur Babelio :

 

https://s.rfi.fr/media/display/f4d211de-d607-11eb-b4ba-005056bfd1d9/w:1280/p:4x3/bruno%20verjus_gout%20monde.jpg

 

Ce récit est l'itinéraire d'un homme passionné, un hymne à la belle cuisine.

 

J'ai découvert dans ce livre une sensibilité que l'on ne perçoit pas d'emblée sur le personnage probablement par pudeur mais qui transparaît franchement dans ses assiettes toutes appétissantes et chatoyantes aux palettes de couleurs accordées.

 

La poésie et la délicatesse sont également les traits d'union entre ses écrits et ses produits, les deux se dégustent avec délice.

 

Seul petit bémol dans cette farandole de bonheur, chez « Table », nul besoin de paracétamol tous les plats sont équilibrés et les cuissons parfaitement ciselées mais faites hyper attention les additions peuvent être un peu salées. La qualité à ce niveau, a un prix.

 

« Un assaisonnement juste, une cuisson parfaite, le bon geste de la main, une découpe appropriée sont les résultats de l'humilité face au sens que dégage chaque produit ».

 

J'ai un souvenir ému d'asperges vertes et mauves accompagnées d'une vinaigrette d'herbes sauvages, d'un jaune d'oeuf osmosé et de copeaux de fourme d'estive… Un régal.

 

« Je construis mes plats comme des promenades. Plus encore : comme des paysages oniriques. Chaque bouchée me projette dans une balade à mi-chemin entre mémoire et fantasme ».

 

La deuxième partie de ce livre est consacrée à une multitude de recettes formulées comme des prières issues de son bréviaire culinaire de passionné, véritable évangile peuplé d'artisans artistes : tripiers, pécheurs, maraîchers, éleveurs, qu'il nous présente comme ses apôtres du produit.

 

Si j'ai bien compris, c'est un livre sur le développement personnel, ça fait tellement de bien par ou qu'ça passe…

 

J'espère vous avoir mis l'eau à la bouche et le sourire aux lèvres, ne boudons pas nos plaisirs, la vie est courte. Succombons donc à nos papilles en famille

 

Manger - Marie-Odile Beauvais - Babelio

 

À ce propos, une petite incise tirée de  « Manger » roman de Marie-Odile Beauvais :

 

« On mange quand ? demande la fille d’Édouard à son père.

 

-          On ne mange pas, on déjeune, on dîne, on soupe, on  grignote, on ripaille, on fait collation ou médianoche, on déguste, on goûte, on dévore et, s’il le faut, on casse la croûte, mais apprends qu’on ne mange pas.

 

-          Alors ça sert à quoi le verbe « manger » ?

 

-          Ça sert ailleurs, mais pas à table, ni au salon, c’est très mal élevé.

 

-          Quand le loup dit au Chaperon rouge, « C’est pour mieux te manger, mon enfant », il est mal élevé ?

 

-          Très. D’autant que ça ne se fait pas de manger les petites filles. Pas plus que les grands-mères qui sont bien moins tendres. À sa décharge, le loup n’était pas à table, il était au lit.

 

-          Alors ce soir, on dîne ou on soupe ?

 

-          Ce soir, on réveillonne. Enfin, quand ta mère sera là. Tiens on sonne, justement, la voilà. »

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 25/07/2021 06:45

Pour le même motif que le 23 juillet, pas de commentaire. De toutes les manières que pourrait avoir à dire la mouche du coche qui, comme beaucoup l'on déjà remarqué, a deux mains gauches.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Hubert de Boüard à la barre !
    Philippe Castéja (à g.) et Hubert de Boüard, à l’ouverture du procès, le lundi 20 septembre 2021 à Bordeaux. © Crédit photo : Guillaume Bonnaud / SUD OUEST En raison de l’actualité judiciaire d’Hubert, Ciné Papy du mercredi est repoussé à demain jeudi. Hubert...
  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...