Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2020 6 26 /12 /décembre /2020 06:00

 

Attendu que je ne regarde jamais la télé en déjeunant, ni en dînant d’ailleurs.

 

Attendu que je ne regarde jamais les journaux télévisés de la télé.

 

Jamais, jamais au grand jamais je me suis payé la tronche de Jean-Pierre Pernaut encadré dans sa maison de maçon.

 

Attendu que j’ai suivi la trace de Houellebecq depuis ses premiers écrits car je l’avais repéré en tant que diplômé de l’Institut National Agronomique et qu’Extension du domaine de la lutte se déroulait dans les eaux du Ministère de l’Agriculture ICI

 

Michel Houellebecq: "Oui, je suis Charlie" - La Libre

 

 7 novembre 2006

Une caricature de socialiste agricole

 

Attendu que j’ai lu tous ces romans jusqu’à l’instant où Soumission m’est tombé  des mains…

 

Attendu qu’Houellebecq est devenu une caricature de lui-même, que tout au fond il câline l’extrême-droite (1)

 

Attendu que j’ai bien aimé son roman La Carte et le Territoire, et que je me tamponne de son bavardage politique, et de son mariage bourgeois, je ne puis que rappeler que dans ce roman Michel Houellebecq proclamait le «génie» de Jean-Pierre Pernaut.

 

 

Le personnage principal Jed se présente à une soirée organisée dans l’hôtel particulier de Jean-Pierre Pernaut. À l’entrée, «des paysans vendéens armés de fourches montaient la garde de chaque côté du porche». Et dans les salons, s’activaient «une dizaine de sonneurs de biniou bretons, qui venaient de se lancer dans un morceau celtique torturé, interminable, d’une audition presque douloureuse». Le présentateur finira même par faire un coming out en direct...

 

«Un précurseur génial»

 

 

Mais la goguenardise de Houellebecq ne contredit pas son admiration. Dans une interview menée par Nelly Kaprièlian des Inrockuptibles, l’auteur affirmait ainsi en 2010: «Pernaut, c’est l’avenir économique de la France: le terroir français, qui vaut très cher et que les étrangers vont nous acheter très cher». Pêle-mêle, la gastronomie, les hôtels de charme, les villages typiques et les artisanats. Ce qui fait de l’animateur un «précurseur génial», selon l’amer Michel, «très important dans l’histoire de la télévision et dans l’histoire de la France». Il aurait senti le vent tourner, celui qui souffle sur les provinces reculées et gardiennes de notre identité, où les étrangers viennent dépenser leurs deniers.

 

À l’époque, Jean-Pierre Pernaut s’était flatté des éloges de l’illustre écrivain, affirmant dans Le Parisien que «Houellebecq s’est aperçu que ce qu’on appelle de manière péjorative la France du passé est une France extrêmement présente, avec un artisanat fier de son savoir-faire».

 

Ça sent un peu le Gilet Jaune

 

Le fameux Terroir français massacré, sacrifié, ces haies arasées, ces vignes roundupées, ces animaux mal élevés…

 

Dans Sérotonine, Houellebecq raconte ainsi le drame des agriculteurs, ce «plan social secret, invisible, où les gens disparaissent individuellement, dans leur coin». Parfois pour y mourir.

 

(1) Pour beaucoup, il est désormais établi que Michel Houellebecq est un écrivain de droite, qu’il faudrait presque ranger dans sa bibliothèque avec Joseph de Maistre, Maurras, Drieu la Rochelle. Certains le qualifient de « conservateur », d’autres de « réactionnaire ». On le dit parfois, moins souvent, d’extrême droite. D’un point de vue mondain et biographique, sa trajectoire politique est sans ambiguïté. Il suffit de se reporter à l’index de ses « Interventions 2020 », le recueil d’essais et d’entretiens qu’il vient de publier. L’ouvrage compte 46 textes, parus de 1992 à nos jours, et pour la plupart déjà réédités plusieurs fois. On y voit, sur près de trente ans, Houellebecq migrer de la presse communiste à la presse raciste.

 

On distingue aisément quatre périodes : les débuts dans « les Lettres françaises », le supplément littéraire de « l’Humanité » ; l’époque « Inrocks », dans les années 1990 ; le passage au « Figaro », au début des années 2000 ; et enfin, depuis 2018, le lien affinitaire qu’il entretient avec « Valeurs actuelles », l’hebdomadaire lepéniste et identitaire. On sait que Houellebecq a envisagé, en privé, d’appeler la France à élire Marine Le Pen. Aujourd’hui, il ne perd aucune occasion de louer le travail historique d’Eric Zemmour. Il fréquente les agitateurs de « Valeurs actuelles » : Charlotte d’Ornellas, pasionaria de la droite identitaire, et Geoffroy Lejeune, directeur du magazine. « Soumission », sa politique-fiction d’une France islamisée, est une référence.

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 26/12/2020 08:20

Attendu que les révélations du Taulier permettent d'en souligner la sagesse et la sérenité.
Attendu qu'il fait envie à un téléphage compulsif ( surtout les films ) qui doit admettre que parfois il éteint la drôle de lucarne consterné par ce qu'il y voit et regrettant aussi ainsi, le temps perdu.
Il ne reste qu'à saluer la manière dont il clouellebecq à un individu qui a perdu tout sens le l'humour et qui est devenu incapable de prendre du recul par rapport à lui même.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents