Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2018 1 04 /06 /juin /2018 06:00
Les mariés ne m’ont pas invité au vin d’honneur du mariage des Achards

« 2 OUI pour 1 NOM » me dit-on.

 

Pour moi, à l’annonce de ce mariage, ce fut un choc !

 

Je perdais d’un coup un bout de mon identité.

 

Sur mes papiers, vous savez : nom, prénom, date et lieu de naissance, les yeux fermés j’écrivais : né à la Mothe-Achard.

 

Et puis, voilà t’y pas que les élus ont décidé de la fusion de la Mothe-Achard et de la Chapelle-Achard pour donner naissance à une commune nouvelle :

 

« LES ACHARDS ».

 

Et maintenant que vais-je faire ?

 

Je suis perdu, dépossédé de mon lieu de naissance : le Bourg-Pailler à la Mothe-Achard.

 

Est-ce bien un mariage entre égaux ?

 

Je m’explique :

 

La Mothe-Achard c’était de mon temps un chef-lieu de canton : 2940 habitants, un canton dont faisait partie sa petite voisine La Chapelle-Achard : 1995 habitants. Pour la famille Berthomeau les liens entre les deux communes existaient déjà depuis que mon père Arsène, né à Saint-Georges de Pointindoux, avait épousé Berthe Gravouil, né à la Chapelle-Achard.

 

Mon frère Alain et ma sœur Marie-Thérèse sont nés à la Célinière commune de Saint-Georges-de-Pointindoux. Je suis le seul enfant de la famille né à la Mothe-Achard, ça me donne des droits tout de même.

 

Quelques repères géographiques : le Bourg-Pailler où je suis né est situé à l’entrée du bourg au bord de la nationale venant de la Roche-sur-Yon (depuis la déviation c’est le silence) pour aller aux Sables d’Olonne à gauche ou à Saint-Gilles-Croix-de-Vie à droite. L’été nous comptions les voitures des estivants.

 

La caractéristique du bourg de la Mothe-Achard c’est d’être collé à deux communes : celle de Saint-Georges-de-Pointindoux, la frontière étant la rivière l’Auzance, et la Chapelle-Achard, la frontière se situant juste après la gare SNCF.

 

 

Nous montions à la gare, passions devant la villa des Troussicot, y’avait même un feu d’artifice le 14 juillet à la gare, pour aller voir le pépé et la mémé Gravouil qui tenaient un magasin de tissus et d’épicerie dans le bourg  de la Chapelle-Achard. Le pépé avait une C4 pour aller vendre ses marchandises, toujours malade il buvait de l’eau de Vichy – c’est chez lui que j’ai expérimenté le cocktail eau de Vichy-Vin rouge du pépé – la mémé était fâchée avec la moitié de sa famille, les repas de famille tournaient autour des bisbilles pour des bouts de champs. C’est à la Chapelle-Achard que j’ai lu mes premiers Tintin.

Bref, pour moi la Chapelle-Achard c’était le bled !

 

Je suis assez vénère car Les Achards c’est une commune nouvelle depuis le 1 janvier 2017, il y a eu fusion.

 

Exit La Mothe-Achard !

 

D’un trait de plume toute une histoire pour ce nom est jetée à l’Auzance : à l'origine c’est une motte féodale ancêtre du château fort où règne un seigneur Achard (nom d'origine germanique, Akard) a donné son nom à ce lieu.

 

Au XVe siècle, elle s’est appelée « Brandois » est rattachée à la vicomté de Thouars qui appartient alors à la famille d'Amboise. Le château de Brandois, datant de la fin du XIXe siècle, qui fut le siège de l’école d’agriculture où j’ai fait mes études secondaires. C’est dans ce château, où se situait l’infirmerie de l’école, que j’ai eu la seule grippe de ma vie et que l’aumônier qui logeait lui aussi au château m’a convaincu de préparer l’ENA.

 

 

L’honneur est sauf puisque la mairie des Achards est bien sûr située à la Mothe-Achard ; ça fait 1 maire et deux maires délégués.

 

Il a fallu du temps pour y arriver : « un premier projet de fusion entre plusieurs communes du Pays-des-Achards est esquissé au printemps 2015. En effet, alors que les débats sur le projet de loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Notre) portent sur une élévation du seuil des 20 000 habitants pour les intercommunalités à fiscalité propre, les élus de la communauté de communes réfléchissent à la création d’une commune nouvelle avant le 1er janvier 2017, en anticipant la fusion du territoire (19 401 habitants en 20126) avec le Talmondais et le Pays-Moutierrois. Toutefois, la commune nouvelle et son périmètre de six communes — La Chapelle-Achard, La Chapelle-Hermier, La Mothe-Achard, Martinet, Saint-Georges-de-Pointindoux et Saint-Julien-des-Landes — sont remis en cause à l’automne après l’adoption de la loi NOTRe, alors qu’une fusion de la communauté de communes du Pays-des-Achards avec d’autres n’est plus obligatoire8.

 

Néanmoins, les trois municipalités à l’origine du premier projet de fusion, c’est-à-dire La Chapelle-Achard, La Mothe-Achard et Saint-Georges-de-Pointindoux, songent de nouveau à une commune nouvelle au printemps 2016. En septembre, la fusion est actée, mais sans la commune de Saint-Georges-de-Pointindoux. Le 30 septembre 2016, l’arrêté portant création de la commune au 1er janvier 2017 est officiellement signé par le préfet de la Vendée et par Estelle Grelier, secrétaire d’État chargée des Collectivités territoriales, présente pour l’occasion à La Chapelle-Achard. »

 

Il reste un Berthomeau à l’ex-Mothe-Achard : mon frère Alain maître du Bourg-Pailler.

 

Et le 2 juin dernier ce fut enfin la fête. Ils ne m’ont pas invité. Poirot va être vénère lui non plus.

 

« Les faire-parts ont été envoyés dans tous les foyers de la communauté de communes. Tous les habitants, leurs familles et amis, sont donc conviés à fêter cet événement unique en France.

 

Les Mariés, témoins, garçons et filles d’honneur se retrouveront Place de l’Eglise, quartier de la Chapelle Achard, à partir de 15h30.

 

À 16h, ils prendront place à bord des véhicules anciens qui formeront un cortège pour rejoindre le lieu de la cérémonie.

 

À 16h30, Place de l’hôtel de ville, quartier de la Mothe Achard, le cortège sera accueilli par le maire, les 2 maires délégués et les invités.

 

La cérémonie pourra alors commencer, animé par Jean Robert !

 

À 17h, le cortège, précédé d’une animation guinguette, se dirigera à pied, vers Bibrou.

 

De 18h à 19h, le vin d’honneur sera servi aux convives

 

Des animations sont prévues pour les parents et les enfants

 

À partir de 19h30, les invités pourront profiter du repas champêtre (réservation avant le 31/05 midi)

 

À partir de 21h/21h30,  le groupe SHLAPS animera la soirée, accessible à tous, jusqu’à 1h du matin.

 

À 23h30, le feu d’artifice, signé Jacques Couturier, sera tiré sur le plan d’eau, suivi de la fameuse danse de la Brioche Vendéenne

 

MENU (réservation obligatoire avant le 31 mai) :

 

Salade paysanne (Gésiers, salade verte, lardons, tomates, œuf, pomme de terre, croûtons)

 

Cochon grillé à la broche avec pommes de terre grenaille rissolée et mogettes vendéennes

 

Flan maraîchin

 

Réservez dès maintenant votre repas pour cet événement unique en France !

 

Voilà une page tournée, merci à Aredius 44 de m’avoir informé, HPT lui est resté muet.

 

Enfin, c’est sans doute un signe du destin, vendredi en revenant de chez mon médecin je suis passé à pied rue Mouton-Duvernet et je suis entré dans une fromagerie.

 

Là, que vois-je ?

 

Une gâche vendéenne ?

 

Je demande à la Taulière : « elle vient d’où ? »

 

Réponse : « Je ne sais pas… »

 

Nous zieutons la poche : « L.F.D. La Mothe-Achard »

 

La Fournée dorée 

 

 

J’ai acheté. Par pure charité je ne ferai aucun commentaire de dégustation. Mémé Marie aurait prié la Sainte-Vierge face à ce désastre.

 

Vendée: Témoins, houx, danse de la brioche... Le «vrai-faux» mariage de deux communes

 

ICI 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents