Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2018 6 06 /01 /janvier /2018 06:00
Je suis fou des Pousses de Claires… je suis 1 « merivore »

Affinée en Claires ça sonne bien, ça m’enchante, allez savoir pourquoi ?

 

Au Bourg-Pailler, mon frère et mon père étaient accros aux huîtres ce qui n’était pas mon cas, je trouvais que ça ressemblait à des glaviots, je préférais les palourdes que mon ramassions avec un râteau dans le Gois de Noirmoutier ou que nous achetions chez Mousseau le poissonnier.

 

Mon père rêvait d’avoir un parc à huîtres.

 

Aujourd’hui j’aime toujours les palourdes mais je suis friand d’huîtres, tout particulièrement les Pousses de Claires qui sont dotés d’une IGP Label Rouge. 

 

« La claire possède un environnement très minéral, riche en nutriments, qui permet un développement de la nourriture de l’huître, le phytoplancton. Les huîtres profitent efficacement de la ressource nutritive spécifique à la claire et assimilent cette nourriture en quelques heures. L’huître renouvelle ses tissus cellulaires et acquiert à son tour les caractéristiques de ce milieu particulier.

 

Localement, la paroi de certaines claires peut se recouvrir d’une algue appelée « navicule bleue » qui produit naturellement un pigment bleu. L’huître, en filtrant l’eau de la claire pigmente à son tour ses branchies qui se teintent alors en vert (Jaune pâle des branchies plus le bleu de l’algue). »

 

Vous pouvez aussi lire une chronique du 18 mai 2012

 

De la sexualité des huîtres, des vins généreux qui accompagnaient celles de Néron, de l’ostréiculture si bien décrite par Ausone ICI 

 

Mais pourquoi diable affirmer que je suis un « merivore » ?

 

 

La réponse c’est que je suis un héritier de M. Flood qui « depuis presque six décennies, n’a pratiquement rien mangé d’autre que du poisson, des langues de morues frites, des palourdes, du crabe, du poulpe, du homard, de l’anguille et tout ce qui est vendu au marché aux poissons de Fulton Street. » et qui se définit comme un « fruit-de-merivore »

 

Sa principale préoccupation, alors qu’il avait 93 ans, était d’atteindre l’âge de 113 ans.

 

Il logeait au Hartford Hotel et quand un des résidents âgé se plaignait de se sentir pas bien, sa réponse était cinglante :

 

« Oh, taisez-vous. Peste soit votre docteur ! Je vais vous dire quoi ce qu’il faut faire. En sortant d’ici, foncez donc chez Libby’s, le marchand de fruits de mer, et expliquez-lui que vous voulez déguster des plus grosses huîtres. Inutile de vous asseoir. Restez debout devant le comptoir de marbre, comme ça vous pourrez voir l’écailler les ouvrir avec son couteau. Et insistez sur le fait que vous avez bien l’intention de boire le jus ; il les ouvrira par le dessus de façon à ne pas le renverser. Et assurez-vous que ce sont bien des très grosses. Prenez-les tellement grosses que vous serez forcé de faire un pas en arrière pour les déglutir ; il faut qu’elles aient la taille de celles que les restaurateurs font frire ou cuisinent en ragoût. Dieu leur pardonne cette stupidité. Exigez des huîtres de Robbins Island, de Matttituck, de Cape Cod ou de Saddle Rock. Et abstenez-vous de mettre dessus de la sauce rouge, cette sauce de cocktail, cette bouillasse, cette diarrhée. Demandez à l’écailler un demi-citron, faites-le rouler en appuyant dessus une ou deux fois pour libérer le jus, et pressez-le au-dessus des huîtres. Prenez la première qu’il ouvrira et humez-la, comme vous le feriez avec une rose parfumée ou de votre verre de cognac. Cette senteur salée, cette odeur d’algue vous éclaircira l’esprit, elle vous fouettera le sang. Et ne vous contenterez pas d’en manger six. Prenez-en une douzaine, deux douzaines, trois, quatre douzaines. Laissez à l’écailler un pourboire généreux et courez acheter un cigare à cinquante cents, inclinez légèrement votre chapeau vers l’avant et promenez-vous en descendant Bowling Green. Regardez le ciel ! N’est-il pas d’un bleu immaculé ? Et regardez les jeunes filles qui passent avec leurs jolis petits pieds et leurs talons qui claquent sur la chaussée. Ne sont-elles pas les plus adorables créatures que vous ayez jamais rencontrées, les plus souples, les plus cambrées, les plus souriantes ? N’éprouvez-vous pas quelque honte à dépenser votre bel argent pour payer un bon à rien de médecin ? Et surveillez-vous. Vous risquez de vous sentir tellement plein de vigueur que vous ne pourriez bien être tenté de donner une claque dans le dos à des étrangers, de briser une fenêtre d’un coup de pied, de vous battre avec un flic, ou encore de sauter sur la ridelle d’un camion qui passe pour faire un petit tour gratuitement. »

 

Joseph Mitchell New Yorker 1944

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 06/01/2018 07:53

Et qu'on ne vienne pas nous dire que ce n'était pas mieux avant.Ce M.FLOOD qui, si l'on en croit MITCHELL depuis ses trente ans soit dans les années 1880, mange des huitres comme il se doit.Foin de toutes ces vinaigrettes et autre préparations chaudes, inventées pour " se démarquer", "innover" et que les gogos incapables de remarquer que le roi est nu, finissent par faire entrer dans la tradition. L'huitre d'abord,l'huitre ensuite, l'huitre seule enfin. Tolérons le citron proposé par ce gourmet de FLOOD qui recommande le demi citron, seul capable d'être pressé sans chichi sans s'en mettre plein les doigts contrairement aux ridicules quarts de citron proposés par les restaurateurs mesquins pour ne pas dire ladres, en tout cas peu au fait de leur métier ni soucieux de sa clientèle.Les huitriers de FLOOD doivent être d'une dextérité exemplaire pour éviter qu'un petit morceau de coquille ne baigne dans l'eau de l'huitre qu'il, en fin connaisseur, entend boire. Quand on n'a pas cette habileté, on préconise, au contraire de jeter cette première eau ( évacuant ainsi tout débris) l'huitre dégorgeant aussitôt une quantité équivalente. En accompagnement on peut se régaler de fine tranche de pain de seigle frotté à l'ail ( impossible de se procurer la moindre gousse en restauration si d'aventure on voulait le faire soit même) le tout tartiné de beurre salé. Il y aussi les huitres et les crépinettes dans la gironde. Mais cela est une autre histoire.Allez vous la faire compter lors d'une dégustation dans les parc à huitres à Marenne, ou, entre chien et loup on entendait que le cri des mouettes, le teuf teuf des pinasses rentrant des claires, et la corne du bac ( avant ce con de pont ) et on savourait...sans demander son reste.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents