Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 06:00
Denis Montebello donne à Éric Fottorino la recette de la bouilliture du Marais «Heureux comme un piba dans le vin »

Le Tour de France je l’ai abandonné il y a bien des années et j’avoue en être resté à Charly Gaul et Bahamontès, aux équipes nationales et régionales, au temps de mes culottes courtes lorsque j’allais voir l’ordre d’arrivée affiché à la vitrine du buraliste.

 

J’évoquais ce désamour dans une chronique du 18 juillet 2012 « moi côté vélo j’en suis resté à Walko le régional du Tour de France 1956, un vrai maillot jaune ! » 

 

« Quand je portais des culottes courtes, donc en un temps que les jeunes ne peuvent pas connaître, j’allais consulter l’arrivée du Tour de France chez le marchand de journaux les résultats de l’étape qu’il affichait dans sa vitrine. Ça me faisait rêver le Tour de France : les géants de la route, et vu mon profil longiligne je me voyais dans la peau de mon grimpeur préféré Charly Gaul. Et puis tout a dérapé, la caravane du Tour ressembla de plus en plus à un hôpital ambulant avec des charlatans, des seringues, des poches de sang et les coureurs, roulant à des vitesses folles, volant dans les cols, jamais pompés mais super-gonflés, tombaient de leur piédestal pour se retrouver dans le caniveau. J’ai donc abandonné et je suis monté dans la voiture-balai. »

Denis Montebello donne à Éric Fottorino la recette de la bouilliture du Marais «Heureux comme un piba dans le vin »

Je suis aussi nostalgique de la simplicité des maillots de ce temps et je l’ai évoqué dans une chronique de juillet 2009 où je souhaitais ressusciter le maillot de Jacques Anquetil 

 

« Moi, l’affreux modeux, je repensais aux maillots épurés de l’âge d’or du cyclisme les années soixante, soixante-dix, tel le célèbre damier noir et blanc de PEUGEOT (…) j’ai évoqué le temps où Jacques Anquetil portait les couleurs de St Raphael et Federico Bahamontès celles de Margnat. »

Denis Montebello donne à Éric Fottorino la recette de la bouilliture du Marais «Heureux comme un piba dans le vin »

Bref, même si je suis un cycliste urbain, je ne m’intéresse plus guère au Tour de France. Mais, comme je ne suis pas sectaire, lors de l’étape qui conduisait le peloton à Rodez, pour des raisons qui sont miennes j’ai suivi la fin de course sur la 2.

 

Les paysages du Tarn, vu d’hélicoptère, superbes et grandioses, m’ont amené à Éric Fottorino qui a pris le relais de l’encyclopédique Jean-Paul Ollivier. Et c’est à cette occasion que j’ai appris de sa bouche même qu’il avait des attaches avec La Rochelle.

 

Voici donc ainsi établi le lien entre lui, Denis Montebello et la recette de la bouilliture du Marais…

 

Avant d’arriver au cœur de ma chronique, deux notations d’importance :

 

  • J’ai découvert récemment et beaucoup apprécié le nouvel hebdomadaire N°1 dont Éric Fottorino est le directeur de la publication. Du contenu enfin !

  • Le courage et la ténacité de Jean-Christophe Péraud après sa lourde chute m’a ramené à une image plus humaine de ceux que l’on dénommait les forçats de la route.
Denis Montebello donne à Éric Fottorino la recette de la bouilliture du Marais «Heureux comme un piba dans le vin »
Denis Montebello donne à Éric Fottorino la recette de la bouilliture du Marais «Heureux comme un piba dans le vin »

La bouilliture du Marais (extrait)

 

« Non, ce qu’il convient de faire, asteure, c’est habiller l’anguille : lui ôter la pia, la débarrasser de sa peau. Le piba dépiauté (le masculin ne dit pas que l’anguille mâle, il n’y a là que du ventre jaune, vidé, lavé, coupé en tronçons (de 6 cm environ), fariné, doré, il attend sans trop frétiller (espérons dans son plat. Qu’on fasse un roux. Qu’on sorte la bouteille. Du rouge et du meilleur. Où il nagera. Heureux comme un piba dans le vin.

 

Et c’est cela que le I de bouilliture nous donne à voir, la mer vineuse qui a vu naître l’anguille et le vin rouge qui la verra mourir. C’est le roux qui épaissit, qu’il faut vite allonger. C’est le vin, c’est le sang, quand il retourne à la terre. C’est la mort qu’appellent les eaux noires. Un fantôme qui passe et repasse, qui flotte immobile. Dans ce Marais qu’on dit à blanc quand il est noyé. C’est là toujours qu’apparaît la vie. Dans les enfers où l’on voyage comme en extase. Et sans quitter son assiette. C’est la plate que le nocher arrête dans les lentilles, c’est, sa pigouille plantée, les fonds qu’il remue, l’allumette qu’il craque, la flamme qui court, tout le Marais, soudain qui flambe. C’est la flamme quand elle danse, la flamme du punch (Allumons le punch ! Rallumons-le en relisant Bachelard), elle vient ici lécher nos anguilles. »

 

Notre Montebello vole toujours très haut ce qui ne saurait déplaire à Éric Fottorino mais, comme je suis plus terre à terre, voici la recette de la bouilliture d'anguille du marais

Embarquez pour le Marais poitevin, la Venise verte...

Reste à trancher l’épineuse question du vin rouge, du meilleur selon Montebello.

 

D’emblée éliminons tout ce qui vient des 2 Charentes, ce ne serait pas à la hauteur du meilleur car la vigne y est dédiée au vin à brûler.

 

Alors, cap au Nord, vers la Vendée : Vix ou Pissotte cousines-germaines du Marais Poitevin, pourquoi pas il y a là-bas d’excellents rouges.

 

Bien sûr, un ton au-dessus, surtout en notoriété et en prix, les vins de Gironde, plus communément nommé de Bordeaux.

 

Choisissez !

 

Pour ma part mon cœur est ailleurs « Grillades d’anguilles à la guinguette de la Gachère et un p’tit coup de blanc de Brem » 

 

 

Charly Gaul se rapproche de la tête 13 juil. 1958

 
Cette 18ème étape du Tour de France 58 marque un tournant dans l'épreuve : le maillot jaune passe des épaules de Vito Favero à Raphaël Geminiani, qui devance le Luxembourgeois Gaul, vainqueur de ce contre-la-montre, au classement général. 
 
 

Un duel épique Anquetil - Charly Gaul en 1961

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Millescamps 23/07/2015 10:26

Ha! grillades d'anguilles, avec un p'tit coup de blanc de Brem de chez Roux!

patrick axelroud 23/07/2015 07:08

Pour reprendre un terme cycliste ( à moins ce ne soit de foot ?) cher Taulier, on se marque à la culotte. En regardant la fin de l'étape et la chute de T.PINOT je me faisais la même réflexion sur la confusion des images.Les maillots sont incompréhensibles, les coureurs peut identifiables ( Il y a même un équipe en jaune !) Je ne sais pas laquelle il faut être certainement trader et/ou jouer en bourse pour savoir qui fait quoi tant les noms, souvent doubles, sont peu connus. A propos du tour un savoureux interview imaginaire dont le Canard Enchainé à le secret du Maillot Jaune. Quand à N°I,avis totalement partagé avec un bon numéro sur le Vatican et un curieux numéro sur Manuel Macron... Philosophe. Voila un politique " intellectuel" dont le parcours , pour l'instant, ressemble à celui d'un certain G.Pompidou....

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents