Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 00:09

JPR2.jpg

 

Jean-Pierre Rietsch je l’ai rencontré à Besançon, en compagnie de son épouse, lors du lancement de la bible naturiste « Tronches de vin », des gens délicieux, discrets et avenants. Alsaciens, leur domaine de Mittelbergheim fut créé à la fin des années 1970 par Pierre et Doris Rietsch ; il est aujourd’hui dirigé par leurs enfants qui le conduisent désormais avec une approche nature.


Depuis je suis conquis, 100% Ritch pour vous épargner « le My tailor is Rietsch® » déjà déposé par une célèbre blogueuse estampillée RVF qui m’enverrait sinon du papier bleu par huissier.


Pour moi toutes les occasions sont bonnes pour faire couler le précieux liquide dans le divin gosier de mes belles copines : Claire avant de faire le dauphin crie en direction d’Émilie « Youpi ! »


emilie-1010.JPG

 

Chez nous, mon bon monsieur et ma bonne dame, on ne déguste pas : on boit tout simplement !


JPR.jpg

Le crémant extra-brut est un pur et brillant sésame pour ouvrir la fête ; nous sommes une petite bande, où la parité penche du côté des filles, entièrement dévouée à l’extension du domaine de la fête !


Page 202 de la bible des vins nus : « sermon sur la montagne *» par l’un des 5 apôtres.


734959_10200684699947983_1262222542_n.jpg

 

« S’il paraît que l’on ne prête qu’aux riches, Jean-Pierre Rietsch a su faire fructifier le patrimoine familial et s’orienter vers une approche du vin résolument nature en cave, avant de se lancer dans une conversion vers l’agriculture biologique. Inéluctable à  partir du moment où il est évident que le meilleur raisin doit rentrer en cave pour donner le meilleur vin, avec le moins d’artifice possible. Sur le Zotzenberg, le Stein, le Wiebelsberg ou le Brandluft, peu importe la hiérarchie, si le terroir est beau. Son pinot noir sans soufre démontre à quel point le minimalisme œnologique en cave est payant, à condition que la maîtrise soit bien là. En 2009 comme en 2010, un vin parfaitement droit, gourmand, fruité et épanoui, comme on aimerait en boire plus souvent.  Il est intéressant de noter que cette gamme « nature » et expérimentale coexiste avec une autre, plus classique, mais tout aussi passionnante. Une façon de travailler qui permet à Jean-Pierre de mieux se connaître, de mieux connaître son vin, et  d’entretenir, avec lui le consommateur adhérant à ses principes, une relation privilégiée… »


dsc-0909

 

La suite de la cérémonie, la dégustation, est ICI avec un belle partie du clergé naturiste Eva Robineau, Olif ou Patrick Böttcher… et sans doute d’autres que je ne vois pas sur la photo… link


* la montagne du sermon « Le Zotzenberg, une colline qui a redonné ses lettres de noblesse au sylvaner, un temps vilipendé et non autorisé à produire de l’Alsace Grand Cru. Propice à la culture de ce cépage, grâce à un micro-climat spécifique et à des sous-sols adéquats, le « Zotz » est recouvert de 40% de sylvaner, que les meilleurs vignerons savent transcender. Fait suffisamment rare pour être signalé, l’ensemble des vignerons possédants des parcelles de ce cru se sont engagés dans une démarche environnementale supprimant totalement les insecticides. »


N’étant pas un buveur d’étiquettes j’adore celle de JP Rietsch !


Rietch.jpgRietch2.jpgRietcht3.jpgRietcht4.jpgRietcht5.jpgRietcht6.jpgRietcht7.jpgRietcht9.jpgRietch10.jpgRietcht11.jpgRietcht12.jpgRietcht13.jpgR15.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 05/10/2014 07:21


Une belle paraphrase, Taulier: "Chez ces gens-là, Monsieur, on ne boit pas, Monsieur, on ne boit pas: on Rietsche ". Merci aux deux Jacques pour l'opportunité. Mais je voudrais souligner
une certaine similitude dans le design des étiquettes avec celles des Kreydenweiss père et fils. Comme je ne défends nullement la notion de propriété intellectuelle, je m'en frietsche
d'ailleurs.

Durocher 04/10/2014 09:35


Voilà des belles lignes sur un vigneron talentueux qui nous propose des vins absolument superbes.Une révélation pour moi et la diversté des cuvées majore le plaisir.Complètement en phase avec
votre article.

patrick axelroud 04/10/2014 05:53


Et bien voila, on y vient ! après un Taulier vendéens, déclarant sa flamme pour l'Italie et chantant son plaisir de la Corse,on le retrouve s'aventurant dans des contrées à priori moins
séduisantes que les terres de soleil. Bien venue cher Taulier et bravo à l'homme de goût qui par son choix affiché révèle sa Rietch personnalité. Oh combien méritée cette chronique pour cette
famille qui a commencé une reflexion et une démarche sur ce que pourrait être leur vie de vignerons et le vin qu'ils voudraient faire avec le succès aujourd'hui reconnu. Cher Taulier si tes pas
te conduisent à nouveau vers l'est nous te recommandons un autre viticulteur qui mérite le détour : Laurent BANNWARTH à OBERMORSCHWIHR qui, outre une démarche proche de celle des RIETSCH s'est
mis à vinifier "à la géorgienne" c'est à dire dans des jarres en terre cuite.Résultats surprenants !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents