Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 10:00

enfin-les-premieres-cerises-de-ceret-envoyees-a-l-elysee_30.JPG

 

 

Désolé je ne suis pris les pieds dans le tapis en vous servant un titre d'une précédente chronique. Toutes mes excuses, voici la bonne annonce...

 

Le temps des cerises, c'est court : les variétés précoces arrivent en mai, puis les variétés plus tardives prennent le relais jusqu'en juillet.


C’est la cerise de Céret  qui de mai à la mi-juin, est pour nous la cerise primeur. Elle est essentiellement de la Burlat, mais il y a aussi de la Starking Hardy, de la Bigalise, de la Primulat.


Le 17 mai 2013, l’Indépendant titrait « Enfin, les premières cerises de Céret envoyées à l'Elysée ! » la récolte des cerises cérétanes était tardive.


3 grands groupes de cerises :


-          les cerises «acides» : griottes et Montmorency, surtout destinées à la préparation de cerises à l’eau-de-vie.


-          les cerises «anglaises» : destinées aux conserves, confitures et liqueurs, et assez peu cultivées.


-          les cerises «douces» : les bigarreaux et les guignes (qui sont les fruits du Kirsch)


Les cerises commercialisées sont donc les bigarreaux :


-          «Burlat» (fin mai) : variété précoce, gros fruit rouge à pourpre, brillant, chair moyennement ferme. 50 % de la production.


-          «Stark Hardy Giant» (début juin) : gros fruit pourpre à noir, finement strié, chair rouge clair, juteuse.


-          «Van» (mi-juin) : gros fruit rouge brillant à pourpre, chair rose, juteuse.


-          «Summit» (mi-juin) : très gros fruit vermillon à rouge, brillant, chair rose pâle.


-          «Reverchon» (mi-juin) : gros fruit carmin vif, chair très ferme, rose.


-          «Napoléon» (mi-juin) : gros fruit carmin vif sur fond jaune pâle.


-          «Sunburst» (mi-juin) : très gros fruit rouge orangé à rouge, tigré, chair rouge clair.


-          «Géant d’Hedelfingen» (fin juin) : gros fruit pourpre violacé, chair rouge, juteuse.


-          «Duroni 3» (début juillet) : gros fruit rouge à pourpre, brillant, chair rose.


Donc en avant-première, puisque ce matin je vous ai parlé de l’Ukraine voici un dessert ukrainien tiré du livre « La cuisine totalitaire » : Varénikis au Kirch « Ukraine Indépendante »


sour-cherries-up-close-and-whole.jpg

 

Pour la pâte :


600g de farine

1 œuf

130 ml de lait

1 cuillérée de sel

2 cuillérées à café de sucre

Crème fraîche.


Pour la farce :


800 g de cerises griottes (fraîches ou en conserve)

1 cuillerée à soupe de fécule

Sucre


Préparation :


Préparer une pâte en mélangeant la farine, l’œuf, le lait, le sel et le sucre. Couvrir la pâte d’un torchon et réserver 40 minutes.


Laver les cerises fraîches et les dénoyauter. Les saupoudrer de sucre et de fécule, et laisser reposer 4 heures.


Roulez la pâte jusqu’à obtenir une épaisseur de 2 millimètres et presser un verre dessus pour découper des ronds à l’emporte-pièce. Placer la farce au milieu, rabattre les côté et les plonger dans de l’eau bouillante salée. Attendre que les varénikis remontent à la surface, c’est le signe qu’ils sont à point. Retirer les varénikis de l’eau. Servir le plat chaud ou froid accompagné de crème fraîche. Un vrai régal...!


Pour accompagner ce délice le Lieu du Vin via son taulier aveyronnais Philippe Cuq vous recommande « Tsoin-Tsoin » link une belle quille du vigneron Laurent Herlin link 


photo807.jpg

 

Itinéraire d'une reconversion


En 2008, après 12 ans comme ingénieur en informatique, j’ai décidé d’allier ma passion pour le vin et mes convictions écologiques en devenant vigneron bio. J’ai alors suivi une formation à Beaune et réalisé plusieurs stages.


Nous nous sommes décidés pour la région des Pays de la Loire et ses vins de Saumur, Bourgueil, Chinon. C'est la visite de notre corps de ferme qui nous a décidés pour l'appellation Bourgueil.


Je travaille aujourd’hui 5 ha de vignes (dont un clos de 4 ha) en biodynamie sur des terroirs de sables, graviers et argilo-calcaire et réalise mes vins dans un chai créé dans mon corps de ferme.


En 2009&2010, n'ayant encore qu'un hectare, j’ai acheté de la vendange sur pied par l’intermédiaire de mon entreprise VINOTROPIE sur des vignes de 30 à 60 ans et un terroir sable (anciennes alluvions de la Loire), qui ont donné les cuvées Fruits du hasard et Intégrale.

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Michel Smith 26/04/2014 19:12


Oh, oh, les gars, la capitale de la Cerise restechez nous et c'est Céret ! =-)


 

patrick axelroud 26/04/2014 18:20


TSOIN TSOIN, v'la aut' chose ! TAGADA TSOIN TSOIN ? alors c'est de fraises qu'il faut parler et non de cerises. Non mais !

patrick axelroud 26/04/2014 12:35


Comment taquiner le Taulier quand il nous parle de marronniers et de cerisiers ? En évoquant les platanes de Céret en réponse aux cerisiers qui magnifient le paysage lors de la floraison plus ou
moins en cours. Céret est ce fabuleux village dont les rues sont complantées de platannes hors d'âge et d'une taille impressionnante qui les font atteindre le toit des maisons. Quand on y arrive
en fin de matinée d'une belle journée d'été on est plongé dans une lumière diffuse ou l'ombre légère le partage au soleil tamisé. Fabuleux ! Digne du plus génial éclairagiste de cinéma (s'il
tourne le dos à l'expressionisme et ses contrastes accentués) Vaut le voyage ! comme dit Bibendum. D'autant que s'y trouve un riche musé d'art moderne ou l'on pourra admirer, entre autre, des
toiles de Chaîm Soutine, qui résida à Céret et, pourquoi pas, établir une relation entre les  étranges obliques de ses paysages et les platanes qui s'élevent vers le ciel obligeant le
spectateur à lever la tête plus que de propos ,leurs tailles imposant ce mouvement,pour,par curiosité automatique, voir jusq'où ils s'élevent. ( Na! la mouche du coche a encore frappé !)

Hervé Lalau 26/04/2014 11:15


J'ai passé des vacances à Olargues, dans le Haut-Hérault. C'est l'ancienne capitale de la cerise française. Aujourd'hui les cerisiers sont enfouis sous les ronces, la France s'approvisionne
ailleurs.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents