Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 14:00

Ha le Conseil d’État, sis au Palais Royal, c’est plein de jeunes gens qui piaffent pour aller meubler les cabinets ministériels, de « d’entre les deux âges » en transit qui, faute de meilleure affection, se sont repliés sur le bercail et qui ressassent leurs aigreurs, et enfin les vieux qui attendent, en la repoussant au maximum, la retraite. Nous avons en notre beau pays, qui se plaint du poids de son administration, le privilège d’avoir, fait unique en Europe, des juridictions administratives : les tribunaux administratifs, chapeautés par le Conseil d’État. Ce sont des fonctionnaires d’Etat qui jugent les recours contre l’Etat. Ce qui ne signifie pas que les très compétents membres du Conseil d’Etat ne soient pas indépendants, ils le sont, mais bon, permettez-moi, de trouver que c’est un luxe que de se payer une telle juridiction à l’heure de la rigueur.


Mon ironie un peu vacharde tient au fait que j’ai beaucoup fréquenté cette auguste maison en allant y défendre des projets de loi du Ministère devant les sections mais aussi, par deux fois, devant l’AG qui réunit toutes les sections et j’ai aussi croisé beaucoup de politiques, d’éminents confrères de cabinet ministériels qui arboraient leur appartenance à ce Conseil où l’on entre si l’on fait partie de la botte du concours de l’ENA (sauf les gens du tour extérieur qui ne sont que des branches rapportées). D’éminents et excellents juristes j’en conviens aisément mais a-t-on encore vraiment besoin d’une telle Institution, ou du moins, sous ce format ancien, au XXIe siècle ? J’en doute mais l’esprit de corps joue à plein via les Ministres et leurs cabinets issus de la maison.


photoCoca.jpg

Tout ça pour vous dire, loin des raisonnements juridiques, que considérer les chaînes thématiques vin comme étant des vecteurs du développement de la consommation, donc en contradiction avec la fameuse loi EVIN, c’est totalement méconnaître la réalité de ce type d’approche. Croyez-vous vraiment que la RVF ou Bettane&Dessauve par exemple soient des développeurs de conso auprès  de Marcel du bar de la gare à la Garde-Freinet ou Simone qui s’envoie des petits blancs au café du coin à Romorantin ? Bien sûr que non, ces éminents dégustateurs ne s’adressent qu’à ce qu’il est convenu de dénommer les grands amateurs. J’aurais même tendance à écrire que ce beau monde serait plutôt responsable de la baisse de la consommation puisque son credo c’est boire moins mais boire mieux. Bref, la ménagère de plus de 60 ans n’achète ni la RVF ni tout autre publication pour orienter ses achats de Vieux Papes ou autres nectars. Donc, influence nulle sur la conso. De même les jeunes qui s’en jettent des kg le samedi soir ne font pas leurs cocktails sur la base des conseils de Bettane&Dessauve.


Moines-buveurs-Cabu.JPG

De ce constat incontesté et incontestable je déduis qu’une chaîne thématique vin n’intéressera que les amateurs de vin, des convaincus quoi. Si je prends mon exemple, sur des thèmes dont je n’ai rien à péter, par exemple le sport mécanique, jamais il ne viendrait à l’idée de brancher une chaîne thématique sur les motos ou les autos qu’aime  François Fillon. La chaîne du vin sera regardée par les gens du vin, point c’est tout. Et sans vouloir être désobligeant avec mes copains je ne vois pas un gamin tenir plus d’une minute face à leurs doctes contributions dégustatives. Ces chaînes ont un public captif et leur effet prosélyte est faible. D’ailleurs elles ne peuvent vivre que parce qu’elles font parties d’un bouquet satellitaire et d’une offre groupée. Donc le raisonnement des Conseillers d’Etat repose sur des idées fausses et je le dis sans risque d’être contredit : c’est de la poudre aux yeux pour faire plaisir aux pauvres d’esprits qui, depuis des années, essaient de nous faire accroire qu’ils mènent un grand combat de Santé Publique. Au vu de leurs résultats ils feraient mieux de raser les murs plutôt que de faire chier le monde : Got et ses assesseurs sont des imposteurs et des menteurs.


Bien sûr mon raisonnement n’a rien de juridique mais il est là pour rappeler aux fabricants de lois que sont les parlementaires, et non des serreurs de louches de maison de retraite, que lorsqu’un texte de loi ne sert qu’à fabriquer une jurisprudence inepte, la seul chose qui leur reste à faire c’est d’en forger un autre qui lui sera adapté à la nouvelle donne des médias. Protéger la jeunesse, nul ne peut être contre, mais encore faudrait-il que l’on mette en place des outils efficaces et non des murs de papier. Comme nous sommes face à des prohibitionnistes qui ne disent pas leur nom nous subissons le dictat d’interdictions stupides. Alors de grâce messieurs les parlementaires et Ministres en charge de ce dossier faites-nous le plaisir d’affronter les réalités ! Ainsi, les membres du Conseil d’Etat pourront se consacrer à des tâches plus utiles que des recours à la con sur des autorisations d’un CSA dont on se demande lui aussi à quoi il sert… Désolé, Françoise… oui je sais à autoriser les chaînes à diffuser les déclarations de Ségolène quelques minutes avant la clôture du vote...

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

Nicolas de Rouyn 28/07/2012 16:34


Jean-Michel, tu as raison de rappeler tout ça. Je ne comprends pas qu'un état au bord du collapse continue à entretenir grassement ces incapables. Got chez DéoVino ? D'essence divine, en effet !

peyronnet 28/07/2012 16:26


Bonjour Nicolas,


L'un des rédacteurs de la loi Evin (parce que ce pauvre Claude n'en a pas écrit une ligne, il a laissé faire les médecins, dont le sinistre Got), le professeur Dubois, m'a un jour avoué que les
boissons alcoolisées n'avaient été ajoutés au texte que comme monnaie d'échange, en quelque sorte, en cas de négociations serrées. Le but était de garder à tout prix le tabac, quitte à lâcher sur
le reste. Mais, on le sait, de négociations il n'y eut point. Le fameux lobby fantôme du vin n'ayant rien vu venir, trop occupé sans doute à ses querelles de clocher, la loi est passée comme une
lettre à la poste. Ces talibans du prohibitionnisme, qui n'aiment voir une bouteille à la télévision qu'enveloppée de sa burka, se croient donc par la loi aurorisés à chier quotidiennement sur
nos ceps, grâce aux énormes moyens et subventions mis à leur disposition par les pouvoirs publics. Et c'est avec eux que la chaîne concurrente soutenue éhontément par Mme Laborde est allée
négocier son existence, s'engageant même offrir une tribune à ces gens-là. Comme si les adversaires du vin manquaient de moyens pour salir la filière à la moindre occasion. Ils est vrai qu'ils
préfèrent fourguer 60 millions de boîtes de tranquillisants chaque année aux Français. Et même du Mediator, qui, dit-on, tue plus vite qu'un canon. Des mauvaises langues, sans doute... 

Nicolas de Rouyn 28/07/2012 15:43


Bravo et merci à Jean-Mimi pour ces précisions.


Et bien d'accord avec Berthomeau, une fois n'est pas coutume. Merci de rappeler que les Got et consorts n'ont aucun résultat dont ils pourraient se prévaloir pour justifier l'énormité des
subventions qu'ils consomment à grande vitesse. Et puisqu'on parle de TGV, je voudrais juste corriger un mot. C'est la Garde-Freinet, pas la "gare de Freinet". D'ailleurs, il n'y a pas de gare
dans ce charmant village des hauteurs varoises.

peyronnet 28/07/2012 15:17


Bonjour Jacques. Il est exact qu'une chaîne thématique s'adresse en priorité aux amateurs de ladite thématique, même si on peut toujours espérer faire oeuvre pédagogique, voire transmettre une
passion, grâce à des programmes adaptés. Mais il est vrai que personne n'oserait prétendre qu'une chaîne câblée, à elle seule, affolerait les courbes de la consommation dans un sens ascendant.


Mais je profite de la prose berthomesque du jour pour souligner qu'en l'occurence, le Conseil d'Etat a condamné les pratiques de république bananière et les petites saloperies entre amis qui,
lorsqu'elles s'avérent trop voyantes, font un peu désordre et méritent en tout cas d'être sanctionnées.
Pour ce qui concerne Edonys, je rappelle qu'il s'agit d'une chaîne européenne, conventionnée en juillet 2011 par le gouvernement luxembourgeois, malgré les pressions directes exercées auprès du
ministère de la Communication luxembourgeois par le CSA, qui ignore sans doute que le Grand Duché est un Etat souverain... Je précise encore que le Conseil d'Etat a considéré que Mme Laborde
avait trop parlé et condamné le CSA a verser 6 000 euros à Media Place Partner, porteur du projet Edonys, notamment pour son manque d'impartialité dans ce  dossier. Quant au CSA et à sa
mission civilisatrice, je renvoie à l'excellent ouvrage paru en 2011 aux Editions du Moment : "Le livre noir du CSA - Enquête sur les dérives et les gaspillages du Conseil supérieur de
l'audiovisuel". Un livre signé Guillaume Evin (sic, mais aucun rapport avec l'autre !)

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute liberté pour l'Extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents