Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 00:09

Le titre de ma chronique de ce matin se veut le pendant de celui du film de Cédric Klapisch « Le péril jeune » sorti sur les écrans en 1995 qui lui-même tire son titre d'une remarque d'une personne du troisième âge entrant dans une boulangerie : « C'est plein de jeunes ici, c'est le péril jeune » par référence au « péril jaune ».

 

« Les personnes âgées ont existé depuis l’aube de l’humanité. Elles étaient rares et faisaient figure d’exceptions. Fait sans précédent, le nombre des personnes âgées est sous nos yeux en train de submerger le nombre des jeunes. Les problèmes politiques, économiques, moraux engendrés par ce nouvel état de la société ne possèdent aucune référence dans l’histoire. Leur acuité est réelle, leur dimension mondiale. La Chine, par exemple, va opérer en 25 ans une mutation des générations qui s’est étalé&e sur 114 ans en France. » constate Jean-Pierre Ollivier dans son livre « Demain, les vieux ! » aux éditions du CNRS.

photoVieux.jpg 

Il pose la question « à quel âge devient-on vieux ou vieille ? »

Il y répond clairement « en 2010 (...) certainement pas à l’âge actuel de la retraite, mais après 75 ans, quand les infirmités, même mineures, commencent à faire sentir leur présence dans le corps et l’esprit, que nous aurions volontiers conçus éternels... »

 

65, 75, 85, 95 ans : des âges dans l’âge ?

 

« Rien de plus « injuste » que la vitesse de survenue et que la gravité du vieillissement. À niveau de risque égal, rien de plus imprévisible chez un individu donné. On ne peut aborder ce sujet qu’en décrivant ce qui survient dans de grands groupes de personnes, ce qu’on appelle en statistique une « population » Il est évident aujourd’hui que beaucoup de personnes restent en forme physiquement et mentalement jusqu’au-delà de 75 ans. La dépendance progresse ensuite soit de façon soudaine, comme par exemple l’AVC, soit par accumulation de handicaps, baisse de la vue, difficulté à marcher... Se souvenir que le vieillissement est bien moindre, à âge égal, que deux générations en arrière »

 

Il y a donc des « niveaux » dans les misères de l’âge :

- «  Ce qui gâche la vie » (sceau de la vieillesse) sans maladie et ne devrait pas faire appel à des médicaments. Il s’agit d’une perte de qualité mais pas de fonctionnement : mémoire, vue/ouïe, sommeil, anxiété « sans objet », sphincters, sexe...

- La dépendance, c’est-à-dire dépendance physique (l’impossibilité d’effectuer certains actes) et dépendance domestique (l’incapacité de vivre sans aide domestique)

- Les enjeux majeurs de santé publique sont représentés par trois maladies chroniques : cardio-vasculaires, cancéreuses et neuro-végétatives. La fréquence et la gravité des maladies cardio-vasculaires et l’hypertension artérielle (à l’origine des risques cérébraux) augmentent avec les années. Les trois principaux cancers chez les sujets âgés sont le cancer du sein chez la femme ; le cancer de la prostate chez l’homme ; le cancer du colon chez les deux. »

 

Arrive bien sûr la grande question : « Chacun peut-il freiner son vieillissement ? ». Peut-on retarder l’échéance ? Encore quelques années monsieur le bourreau ! Aidez-moi à bloquer ma pendule biologique ! Donnez-moi l’élixir d’éternelle jeunesse !

 

« L’espérance, qui gonfle heureusement le cœur de chacun, explique que les recettes de longévité soient écoutées avec intérêt. Mais ces recettes, ce sont aussi souvent d’invraisemblables opinions exploitées par des personnes qui ne possèdent au mieux qu’une connaissance parcellaire de la biologie.

La vérité de l’Être côtoie la mort, ce qui n’empêche en rien de vivre heureux, et d’être habité par la joie. Ce qui est utile, c’est de ne pas se leurrer sur les recettes dénuées de preuve, pour se concentrer sur les bonnes pratiques, à la portée de tout le monde. Souvenons-nous aussi que ce n’est pas à 65 ans qu’il est urgent de changer de mode de vie, mais bien avant, la vieillesse réussie étant un investissement de toute la durée de la vie d’adulte.

Pas de centenaires fumeurs ni obèses : voilà une vérité de base. En revanche, les promesses de régénération appliquées depuis des siècles ne relèvent que de l’intérêt bien compris des promoteurs : fontaines de jouvence, crèmes « anti-âge », docteur Faust et autres, transfusions de sang d’agneau, injections de cellules embryonnaires, d’extraits testiculaires, yaourt bulgare et gelée d’abeille, ginseng, etc... »

 

Et la place du vin dans tout ça ?

 

Bien évidemment je n’ai pas de réponse au singulier comme au pluriel à cette question. De plus, ayant toujours été très réservé sur une approche, dite santé, du vin, qui n’est qu’une défense en réponse aux ayatollahs d’en face, ma chronique d’aujourd’hui n’a pas pour objet d’aborder ce versant. En revanche, cultiver la convivialité et le bien-vivre me semble du plus grand intérêt pour que le vin s’insère dans les bonnes pratiques. Mon propos est plus froidement économique : ayant dans les années 75, lors de mon arrivée à L’office des vins de table, pressenti le grand basculement des Vins de Consommation Courante dans les oubliettes de l’histoire ce qui bien sûr à amené un grand reflux de la consommation par tête : la disparition des gros buveurs n’étant pas compensée par la consommation des occasionnels.  Le « péril vieux » en France étant lié au fait que la classe abondante des baby-boomers, dont je suis, file tranquillement dans la décennie actuelle vers le cap fatidique des 75 ans et, comme c’est elle qui soutient la consommation du vin, il me semble qu’il serait de première importance d’élaborer quelques scénarii sur ce sujet afin de ne pas se retrouver face à une situation du même type.

 

« Allo, je voudrais l’INRA et FranceAgrimer ? »

- le numéro que vous avez demandé n’est plus attribué veuillez consulter l’annuaire... »

 

Affaire à suivre... Une chronique sur le même thème suit « Je viens d’adopter un vieux »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 12/02/2011 19:19



- Et moi, sur le blog de la Marie Brizard, j’ai trouvé, du même
Platon :


« Après avoir bu de ce lait recommandé par M. Delmas, l'homme est un aveugle qui va dans le droit chemin. »


- Sur le blog de Michel Smith, le sommelier bien connu de la Place de Belgique (quartier de la
Gare) en voie de démolition : « L'essentiel n'est
pas de vivre, mais de bien vivre. Donc, buvons du lait. »


- Et enfin, sur le blog de l’Elysée, d’une certaine Carla : « Ce n'est pas parce qu'on craint de la commettre, mais c'est parce qu'on craint de la subir que
l'on blâme l'injustice. Pas  ... lait, hein ? ».


Comme quoi, on peut faire dire à Platon tout ce qu’on veut. Heureusement, www.berthomeau .com
veille au grain et il ne met jamais de ... lait dans son vin.







 




 







 



Michel Grisard 12/02/2011 13:18



Sur le blog d'Emmanuel Delmas, sur sa revue: "Au service du vin", j'ai trouvé: Platon: " Le vin est le lait des vieillards"......



Michel Smith 12/02/2011 10:00



Une chose est sûre : le vin aide les vieux à rester jeunes !



Luc Charlier 12/02/2011 09:42



1. 100 sur 100 pour Olivier ! On boit du vin parce qu’on aime ça, point barre. En
outre, ce n’est PAS bon pour la santé.


2.


- Coluche le disait déjà : « L’apéro (il citait un type d’apéritif que j’apprécie
moins, personnellement), ça devrait être obligatoire ».


- En France, presque tout le personnel d’une entreprise est déjà en pré-retraite, de fait.
Vous n’en foutez pas une !


- Demander à Bernadette et à gros Douillet de transformer leurs pièces jaunes en vin de
messe. A l’église, ils y sont déjà tout le temps. Ce serait le nouveau miracle de Canaa : un 7ème dan doit bien pouvoir faire cela, c’est plus facile que le Kata.
Adjimé !


- Et en plus du pass, proposer des 
« prems ».


 


Il s’en sort bien, le Borneuf. Enfin, pour un jour de shabbat.



Olivier Borneuf 12/02/2011 09:20



Bonjour Jacques,


1- Les vertus du vin sur la santé : d'accord avec vous. Si cela marche aux EU, chez nous le rapport au vin ne s'est jamais construit sur des critères d'hygiène. On donne du crédit aux
anti-alcoolos… Le vin c'est la joie, la fraternité, le partage.


2- Les vieux sont nombreux et les vieux ça picole dur. Là aussi je suis d'accord.


Alors je propose (les intérêts de ces idées sont à mon sens évidents !) :


- d'instaurer l'apéro obligatoire dans les maisons de retraite.


- Autoriser le vin dans les entreprises pour le personnel en pré-retraite.


- Fournir les églises en vin de messe : les vieux y sont tous les dimanches.


- Offrir un pass Navigo spécial vin pour les plus de 70 ans.


ça vaut ce que ça vaut mais c'est samedi et la semaine a été dure !



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents