Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 00:09

Lors de mon arrivée à Paris, j’ai habité rue Mazarine et il y avait à deux pas de chez moi, sur le trottoir d’en face, un bistrot tenu par un couple d’auvergnats qui faisaient aussi bois&charbon. Je découvris alors ce qu’était un bougnat, « immigrant installé à Paris, originaire du Massif central et plus précisément de l'Aubrac, de la Viadène, des Monts du Cantal, de la Planèze et de la vallée du Lot. Après avoir exercé la profession de porteur d'eau (pour les bains) au XIXe siècle, les immigrants de ces hautes terres vont s'orienter progressivement dans le commerce du bois et du charbon (livré à domicile) ainsi que dans les débits de boisson (vin, limonade). Cette reconversion se fit sous le Second Empire, quand le réseau d'alimentation en eau de la capitale commença à desservir les étages des immeubles. Les Parisiens les appellent bougnats à partir de cette époque. Le mot viendrait de l'association de charbonnier et Auvergnat charbouniat.


Passé ce rappel de parigot tête de veau j’en revient au  sujet du jour : les vins d’Auvergne et bien sûr la question qui fuse c’est « Ah bon ! On fait donc du vin en Auvergne ? Ben oui les petits loups et louves, le Taulier qui a toujours dix longueurs d’avance sur les poussifs qui carburent au communiqué de presse et à l’invitation, a chroniqué sur Vin de Pays du Puy du Dôme : Païs de Doumatz de Frédéric Gounan le 15 novembre 2009 link Bon je sais que c’est « Jacques Dupont, célèbre critique œnophile du magazine Le Point, qui lui a attribué les meilleures notes de sa sélection de vins d'Auvergne. » dixit mes potes d’Ochato mais bon le Merveilleux du Vignoble ne me fait pas d’ombre. Le taulier, avec son humilité légendaire, avouait qu’il découvrait qu’avant le phylloxéra et le mildiou c’était un riche vignoble de 45 000 ha, alors qu’aujourd’hui il n’en compte plus que 1500. Dès le départ, à Aubières qui jouxte Clermont-Ferrand, le musée de la vigne et du vin de Basse Auvergne vous instruira sur un vignoble du XIe siècle et où vous pourrez visiter le Quartier des Grandes de Caves, que des caves à vins : plus de 900, les plus anciennes datant du XVIIe siècle. Du côté de Montpeyroux, l’un des plus beaux villages de France, Philippe Gallon se dit « passeur de terroir ».

Ronald-Searle-075.JPGLe fait nouveau c’est que, aboutissement d'une lutte de vingt ans, les côtes-d’ auvergne ont obtenues obtiennent l'AOC. Je n’entre pas dans le détail mais je puise ma science dans la bible qu’est le Point « A l'arrivée, l'AOC reconnaît les côtes-d'auvergne simples puis des crus déjà existants : Châteaugay, rond et joyeux, Chanturgue, mangé en grande partie par l'urbanisation, Madrague, Boudes et Corent, orienté rosé très pâle depuis toujours. Le vignoble connaît un fort mouvement de conversion en culture bio. »


Et nos auvergnats y vont fêter ça le 16 avril ! Et voilà t’y pas que le plus beau nez féminin du vin leur à suggéré de m’inviter. Ce qu’ils ont fait en jetant une bouteille à la mer. Je ne sais pas si je pourrai me libérer mais au moins je vais chroniquer. Le cœur de la fête sera le « Clos des Amoureux » situé aux lisières de la ville de Clermont-Ferrand, sur le Puy de Chanturgue. La parcelle mise à disposition par la ville, est le symbole du renouveau car elle fait le lien entre l’urbain, au cœur des habitations, l’industriel qui a marqué le paysage, et la vigne qui reprend ses droits historiques. La parcelle sera cultivée par Vincent Auzolle. Qui plus est l’ambassadrice de charme m’a transmis une proposition plaisante : les entreprises et les particuliers peuvent devenir Ambassadeur de ce « Clos des Amoureux », en devenant propriétaire d'un plant pendant 8 ans. Une sorte de souscription-parrainage en quelque sorte, avec caisse de 6 bouteilles offerte tous les ans à partir de la 1ere vendange en 2015 et invitations diverses et variées. « Si jamais cela t'intéressait et t'amusait de figurer parmi les Parrains et Marraines, sachant que le parrainage dure 8 ans, pour un coût total de 800 € ? »

Ronald-Searle-074.JPGPas de chance je venais juste de devenir propriétaire d’une part d’un GFA de vignes dans l’Hérault je ne pouvais encore investir dans un nouveau signe extérieur de richesse, ce qui aurait sans aucun doute alerté les limiers du fisc. Si ça vous tente adressez-vous soit à Fanny « Vigne en fête… Côté Auvergne… » 04 73 44 45 23 ou à Pierre Goigoux président du syndicat 06 11 77 61 99 ou vigneenfete@gmail.com Ceci étant écrit, vous comprendrez aisément qu’étant donné mon penchant naturel je suis très tenté par le déplacement à pied, à cheval ou en voiture vers le « Clos des Amoureux » le 16 avril. Je vais le savoir très vite et j’irai, en avion s’il vous plaît, aux pieds de la chaîne des Puys, sur la fameuse parcelle sise sur l’un des plus anciens crus d’Auvergne : Chanturgue, 6 hectares, quatre viticulteurs, gamay majoritaire. Je suis hors délai, comme toujours, mais comme je n’aime pas les voyages organisés je me débrouillerai avec les moyens du bord. Et puis, comme j’ai aussi beaucoup de vaches à lait dans le Massif Central je profiterai du déplacement pour m’informer de l’état du troupeau.


Grand merci à l’ambassadrice des hauteurs de Paris, moussaillon bourlingueur, bonne descente et belle plume, qui m’a mis sur le chemin du « Clos des Amoureux »

Ronald-Searle-070.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

F63 16/09/2015 08:56

Première vendange samedi dernier !
https://www.facebook.com/vigne.enfete

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents