Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 00:09

photo514.JPG

Où vais-je vous emmener ce matin ? Au pays du vin, des vins de Savoie bien sûr, mais comme j’adore faire des tours et des détours il va vous falloir me suivre. Vous ne serez pas déçu du voyage car il y a dans cette chronique à boire et à manger.

 

L'histoire est en 3 temps, 3 mouvements...


1-      Mercredi 13 novembre Café Salle Pleyel dégustation des vins de Savoie à l’invitation de l’Interprofession de cette région « riche de 3 AOC, 20 crus, et 23 cépages dont 7 uniques au monde ! Ces vins issus de vignes situées essentiellement sur des pentes adossées aux massifs montagnards de Savoie, Haute Savoie, Isère, Ain, et jusqu’à 500 m d’altitude, offrent une diversité remarquable : noblesse de l’Altesse, finesse de la Jacquère, structure de la Mondeuse.... »


photo517.JPGphoto518.JPG

 

Avec le chef invité du jour : Jean Sulpice **, de Val Thorens et en prime Franck Merloz le Candeloro des vins de Savoie.


Bonne pioche !


chinoiseventevins.jpg

 

2-      Dimanche dernier 17 novembre j’aurais pu aller présenter mes civilités à Clotilde Courau, devenue par son mariage avec Emmanuel-Philibert de Savoie Son Altesse royale la princesse Clotilde de Savoie, princesse de Venise et de Piémont, puisqu’elle présidait la 153e Vente des vins des Hospices de Beaune.


Si je ne l’ai pas fait c’est que les marteaux frappeurs de Christie’s nous avaient confinés au poulailler. Je le regrette car comme l’écrivait récemment Paris-Match « La plus culottée de ses aventures fut aussi la plus déculottée, quand elle accepta, en 2010, de prendre la suite d’Arielle Dombasle sur l’estrade du Crazy Horse. Gouailleuse, canaille, coquine et aussi déjantée que le voulait la mise en scène de Decouflé, elle ne craignit pas de mimer le sexe dans tous ses états, y compris lesbien, sans aucune faute de goût. Même lorsqu’elle se mit, tentatrice en diable, à susurrer la sulfureuse romance de Colette Renard : « J’me fais sucer la friandise, j’me fais caresser le gardon, […] ramoner l’abricot… » Et ça marcha : le public fut conquis. »link

 

 

3-      Enfin, lundi 18 novembre je me suis rendu à Ménilmuche, à la Boulangerie qui n’en est plus une mais fait resto, à l’invitation des Pétavins et plus particulièrement de Raphaël Saint-Germain, pour déguster les vins de Savoie tendance bio.


Mais ce n’était pas tout, mon flirt savoyard, en ce lieu bien nommé la Boulangerie, prenait une tournure plus personnelle et sensuelle avec l’irruption du gâteau de Savoie, dénommé aussi biscuit de Savoie, sur l’écran de mes souvenirs d’enfance. Ma madeleine de Proust, « le Savoie de maman » aérien et léger comme une plume en bouche, par la grâce de mes amis savoyards me tendait les bras si je puis m’exprimer ainsi.


Telle est la belle vie que vit votre Taulier qui, loin des ronchons, des cons tout court qui sont légion dans les dégustations, s’offrait le luxe d’opérer le plus bel accord entre vin de Savoie et gâteau de Savoie. Celui  qui dit mieux lève le doigt.


 

Pour les petites louves et les petits loups au bagage culinaire anémique je signale que le gâteau de Savoie est originaire la ville de Yenne en Savoie où il a été réalisé pour la première fois en 1350. Il s'agit d'une génoise nature ou parfumée qui peut se déguster seule agrémentée de fruits, Inventé en 1358 à Chambéry par le chef pâtissier du comte de Savoie Amédée VI afin d'amadouer Charles IV de Luxembourg, le gâteau de Savoie s'est affiné depuis sa première fabrication.


Ce gâteau vous pouvez le déguster nature ou fourré à la confiture, chocolat, ou autres… Ma sainte mère le tranchait parfois en deux pour y incorporer de la confiture d’abricot. J'emprunte la photo à papilles&pupilleslink


a14aa0fc7d9c7d5d24a0eda411864aae.jpg

 

J’étais donc à pied d’œuvre face à un réel défi : choisir !


En effet, nos Pétavins y font tout pour m’embêter car ils font bon et de plus en plus bon année après année. Je ne dis pas ça pour faire plaisir au Patriarche Michel Grisard qui aime les feuilles de vigne et les cépages oubliés mais parce que c’est la stricte vérité. Alors pour me tirer d’affaire ne me restait plus qu’à me replier sur l’accord classique : gâteau de Savoie + bulles de Savoie ça retreignait le champ de mon choix.


Ben oui, les bulles ils connaissent mes amis vignerons savoyards, ils n’ont pas attendu de recevoir l’onction Crémant de Savoie par l’INAO pour se faire mousser. En fin 2009 chez les gars de la Contre-Etiquette qui se la pétait Ochato j’avais découvert le Mont Blanc 2005 de Dominique Belluard ce qui avait valu à mes chers lecteurs une chronique voisinant les sommets «  Le Gringet : un quasi-monopole savoyard de Dominique Belluard vigneron d’Ayze »link 


L’an dernier lors des Pétavins j’avais beaucoup aimé le Giac vin pétillant bio, le Giac’Bulles qui est une exclusivité du domaine Giachino www.domaine-giachino.fr . Boisson tendrement enivrante, voici « enfin le concurrent direct du Red Bull ! » Cépage : Jacquère  Rendement : variable... Degré : 7,5° Vinification : refermentation naturelle en bouteille et pour le Zéro 2011 cépage chardonnay; effervescent méthode traditionnelle Domaine de Soleyane, Marie-Eliane et Olivier Lelièvre www.domaine-soleyane.free.fr  (ils sont dans le Bugey) « Les vignerons savoyards en bon montagnards poursuivent leur ascension, même que le Wine Spectator en a placé un dans son top 100… »link 


Comme vous le savez peut-être je suis un fondu de la méthode ancestrale alors la gâteau de Savoie aidant je ne pouvais que m’orienter vers celui par qui la Savoie était arrivée jusqu’à moi. Qu’écrivais-je fin 2008  « La Savoie ça m’inspire quoi ? Dans l’ordre : le gâteau de Savoie de maman, léger, mousseux, où parfois elle glissait de la confiture d’abricot ; mon seul et unique séjour en colonie de vacances à St Jean de Maurienne avec les enfants de marins de l’Ile d’Yeu ; l’escalade de la Dent d’Oche où je me suis offert (sic)  la plus belle de mes rages de dents ; la chanson niaise d’Hughes Auffray « va doucement c’est tout bon » ; le festival du film fantastique d'Avoriaz l'année où de Niro était président du jury ; un roman de Patrick Modiano « Villa Triste » au bord du lac Leman ; le Reblochon et les cloches des vaches des alpages ; Alain Berger qui a été directeur de l’INAO ; Hervé Gaymard qui a été le locataire du 78 rue de Varenne à qui j’ai remis « Cap 2010 » et qui m’a donné du monsieur le Président avant de m’abandonner en rase campagne ; notre ministre actuel Michel Barnier qui est venu s’exprimer sur mon espace de liberté… Mais j’avoue, en me couvrant la tête de cendres, en battant ma coulpe, que je suis bien incapable de situer le vignoble de Savoie sur une carte de cette belle province.


Alors, lorsque j’ai reçu, via mon blog, une invitation de Raphaël Saint-Germain le message suivant «  Plutôt jeunes - ou toujours jeune ? -, nos vins nous ressemblent et nous rassemblent. Tant dans la démarche que dans le niveau de qualité produite. Et du caractère, c’est vrai ! Chacun de nous vinifie avec sa propre sensibilité, sa propre patte des Vins qui se veulent authentiques, des vins de vignerons, mais tous savoyards !


Alors…


Rencontrons nous ce lundi 24 novembre de 10h à 19h autour d'une dégustation de Savoielink


photo513-copie-1.JPG

 

La boucle était bouclée et « Le Petit Coquelicot » de Raphaël me tendait les bras. C’est une méthode ancestrale que la cuvée Coquelicot du domaine Saint Germain à St-Pierre d’Albigny, étonnante de fraîcheur.


Méthode | Ancestrale - Vins mousseux produits par fermentation spontanée


« Cette méthode, très délicate à maîtriser.


Elle est vraisemblablement la méthode originelle des effervescents.

1re phase :


Élaboration d'un vin de base

Technique classique de vinification blanc tranquille à demi fermenté.

2e phase :


Transformation de vin de base (vin tranquille avec sucre résiduel) en vin effervescent.


La prise de mousse s'effectue en bouteille (sucres et levures naturels du raisin s'occupent de la fermentation) sans addition de liqueur de tirage ni de liqueur d'expédition.

 

La prise de mousse s'arrête seule par épuisement des levures. Le dépôt est d'un volume insignifiant, il n'est pas éjecté. Il n'y a donc pas de dégorgement.


Dans cette méthode, le travail des levures naturelles ou sélectionnées est régulé ou stoppé par :


L'épuisement du milieu ou éléments nutritifs, le froid.


L'épuisement du milieu ou la filtration.


Après la prise de mousse (en bouteille et en cave) on vidange les bouteilles à froid pour effectuer une filtration des levures, comme avec la méthode traditionnelle, mais sans ajout de liqueur de dosage. Entretemps les bouteilles ont été rincées et sont prêtes à recevoir à nouveau leur contenu, qui a été filtré entre deux cuves iso-barométriques qui maintiennent le vin à la pression initiale. Nous avons choisi un prestataire agréé vin biologique. »


Hardy_fig3_fr--1-.gif

photo515-copie-1.JPG

 

Recette du gâteau de Savoie


Ingrédients:

- 6 blancs d'œufs

- 3 jaunes d'œufs

- 135 g de sucre

- 75 g de farine tamisée

- 30 g de fécule

- 2 gousses de vanille


Ustensiles:

Moule à gâteau de Savoie ou moule à manquer


Temps:

Préparation : 10 min – Cuisson : 20 min

Préchauffer le four à 180°C.


1°/ Beurrer et sucrer le moule

2°/ Séparer les blancs des jaunes

3°/ Blanchir le jaune d'oeuf avec le sucre, gratter les gousses de vanille puis y incorporer la farine et la fécule.

4°/ Monter les blancs d'œufs en neige

5°/ Mélanger délicatement les bancs d'œufs à la préparation précédente

6°/ Cuire à 180°c pendant 20 min (vérifiez la cuisson avec un couteau pointu).


photo516.JPG

 

Petite sélection pétavinesque du Taulier


photo519.JPGphoto520.JPGphoto522.JPGphoto525.JPGphoto526.JPG


COLETTE RENARD LA NUIT D'UNE DEMOISELLE par ESTETTE

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Denis Boireau 25/11/2013 12:09


Effectivement le nombre de photos et liens rend la comprehension de la chronique assez difficile. Surtout pour ceux comme moi dont le firewall rejette les photos et liens video.

JACQUES BERTHOMEAU 25/11/2013 12:21



Denis je vais demander à Gutenberg ce qu'il en pense 



patrick axelroud 24/11/2013 10:18


Arréter,n'en jeter plus,au secours ! Suivre ce blog va bientôt être un boulot à plein temps. De link en link puis de sites en sites pour approfondir les decouvertes propsée, la tête tourne et, le
pire, sans avoir rien, mais alors rien, bu, contrairement à ce veinard de Taulier.


Quelle santé ! déjà que le blog sur l'hiver en pente douce nous permettait d'observer la métamorphose d'un oenophile en marin en goguette ou peu s'en faut...


En tous les cas, merci pour ces larges, trés larges savoureux et pleins d'humour,aperçus.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents