Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 00:09

Haut Fonctionnaire, Haute Couture, Haute Cour, Haute Société, Haute Bourgeoisie, Haute École (attention il s’agit de cheval, pour les Écoles elles sont chez nous Grandes tout comme la Bourgeoisie), Haut Dignitaire, Haute Naissance, Haute Assemblée... de cette liste non limitative il est logique de tirer une première conclusion : les membres de ces groupes sociaux ont en général une Haute Idée d’eux-mêmes.  Ils occupent la pointe de la pyramide sociale, ils se vivent comme la crème de la société, l’élite, même si une nouvelle catégorie sociale prolifère : les Nouveaux Riches bousculant l’Ancien Monde en introduisant dans le système des Grands Prédateurs dont certains s’apparentent à une Haute Pègre en col blanc.

photoLgant.jpg Illustration de Romain Slocombe « L'homme élégant a compris que le plus difficile dans l'existence n'est pas d'obtenir ce que l'on désire, mais de s'en satisfaire» texte de Roland Jaccard

 

Reprenons de la hauteur pour remarquer que, contrairement aux cartons d’emballage toujours pourvu d’un HAUT et d’un BAS, il est extrêmement rare d’accoler Bas ou Basse à Fonctionnaire ou Société par exemple, exception faites de nos amis anglais qui osent Chambre Basse comme pendant de celle des Lords. Bien évidemment les rieurs pourraient m’opposer que dans le domaine parlementaire l’usage de basse-cour serait fort approprié. Reste que pendant fort longtemps nos départements, montagnards ou traversés par un fleuve, eurent droit à des appellations infâmantes telles que Basses-Alpes, Basses-Pyrénées, Bas-Rhin, Seine-Inférieure et Loire-Inférieure... De nos jours nous n'avons gardés que les Hauts et les Hautes : Corse, Garonne, Loire, Vienne, seuls les Alsaciens sont restés stoïques. Imaginez une seule seconde la tête des Bordelais si les législateurs de l’An VIII avaient affublée la Gironde d’une appellation du type de Garonne-Inférieure c’eut été d’un absolu mauvais goût.

 

Trêve d’ironie facile revenons à la trilogie de mon titre Haute Couture, Haute Cuisine, Haute Vitiviniculture pour souligner que la première appellation est fort répandue, la seconde revisitée par le chroniqueur gastronomique américain Michael Steinberger, la dernière de mon cru n’apparaît pas sur les écrans radars des médias car dans le vin c’est le produit final qui est magnifié : Grand Vin, Grand Cru Classé. Je concède que cette appellation est d’une laideur insoutenable et qu’elle retombera sitôt cette chronique dans la géhenne de l’oubli. Cependant je l’ai employé à dessein afin qu’elle puisse être comparée aux deux précédentes qui sont explicites : la couture est l’action de coudre, et la cuisine est l’action de cuisiner. En effet, même si j’aurais du écrire haute vinification pour traduire l’action de vinifier, l’appellation vitiviniculture traduit mieux la spécificité du monde de la vigne et du vin par rapport aux deux précédentes activités qui ne produisent pas elles-mêmes la matière qu’elles transforment.

 

Le facteur commun dans la trilogie Haute couture, haute cuisine, haute vitiviniculture est très clairement l’artisanat : ce que fait la main. Mais, comme l’écrit Richard Sennett en citant Anna Arendt, il faut distinguer entre animal laborans et Homo Faber. Le premier « est l’être humain proche de la bête de somme, l’abruti condamné à la routine ». L’important, « la seule chose qui importe, c’est que ça marche, le travail est une fin en soi. » L’ «homme qui fait » est lui « le juge du travail matériel et de la pratique ; il n’est pas le collègue de l’animal laborans mais son supérieur. » Pour Arendt, les êtres humains vivent dans deux dimensions. « Dans l’une, nous faisons des choses ; dans cette condition, nous sommes amoraux, absorbés dans une tâche. Mais nous avons aussi un autre mode de vie supérieur dans lequel nous cessons de produire pour nous mettre à discuter et à juger ensemble. Alors que l’animal laborans se fixe la question du « comment ? », l’Homo Faber demande « pourquoi ? » Sennett conteste, à juste raison, cette division parce qu’elle « méconnaît l’homme concret au travail » En effet alors que pour Arendt l’esprit intervient une fois le travail accompli Sennett estime qu’il « entre dans le faire une part de réflexion et de sensibilité. »

 

Dans ce haut artisanat, cette main qui se veut même celle d’un artiste, d’un créateur, notre vieux pays se vivait depuis toujours comme atteignant l’excellence pour tout ce qui concernait la bouche : mets&vin et la mode. Inégalé, inégalable, avec une certaine condescendance nous toisions nos voisins italiens, nous moquions les espagnols et pensions que les anglais n’étaient que des excentriques dans leur vêture et tout juste bons à apprécier nos vins. Au-delà de l’Atlantique ces grands dadais d’Américains s’esbaudissaient devant tant de talents accumulés et se précipitaient à Paris pour prendre d’assaut les étoilés et dévaliser les couturiers tout comme les cheiks pétroliers et une floppée de dictateurs. Puis vinrent aussi les Japonais, fous de Vuitton et de colifichets siglés, gourmets et connaisseurs, avides de tout connaître. Et puis et puis, le mur de Berlin tombait, les hiérarques russes se goinfraient et puis encore du grand ressac de la mondialisation émergeait une cohorte de pays émergeants : la Chine s’éveillait, l’Inde étonnait, le Brésil galopait. Dans cette tectonique des plaques notre hexagone dans ses domaines d’excellence, tout particulièrement le luxe, gardait son rang et de beaux fleurons affichaient une santé insolente : Hermès, LVMH, et quelques grands toqués adossés à des groupes hôteliers. Les GCC de Bordeaux s’envolaient.

 

Alors tout allait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes : l’amour du luxe, ce secret désir de consommer de façon ostentatoire, ce goût de provoquer ses semblables en exhibant sa capacité à gaspiller, à accumuler jusqu’à la déraison des signes extérieurs de richesses, atteignait des sommets inégalés. C’est, m'objecterez-vous, aussi vieux que le monde mais, avec l’irruption de la mondialisation des images par la télévision, puis maintenant l’Internet, tout un petit peuple de consommateurs d’une classe, dite moyenne, disputait aux riches le monopole de la déraison. Tous cherchaient à concilier un désir d’appartenance et un désir de distinction. Alors tous les hauts artisans : Dior, Saint-Laurent, Chanel, Hermès sont devenus, entre les mains des financiers et des marqueteurs, des marques locomotives, des pépites à cash via les produits dérivés : les parfums tout particulièrement. La haute cuisine s’est elle aussi engouffrée dans la brèche et les chefs étoilés sont devenus des marques. Les GCC Bordelais aussi. Mais alors qu’est devenue la main de l’artisan ? N’est-elle plus qu’un instrument manipulé par de grands calculateurs dopés aux surprofits ? Les créateurs laissent-ils la place soit à des provocateurs, type Galliano, qui portent le niveau de bruit médiatique très haut, soit à des conseils qui passent plus de temps dans les aéroports que derrière leurs fourneaux ou dans leurs chais? Certes ils subsistent encore de vrais artisans, des créateurs, des femmes et des hommes qui mettent encore la main à la pâte, qui savent encore placer une fronce ou bâtir un ourlet, vinifier, élever... mais ces anomalies ont parfois bien du mal à tenir dans la durée.  aus_fiche2.jpg

Face à ce mouvement de starification, d’amplification du bruit médiatique, de mise sur le pavois de gourous, de fabricants de tendance, le risque est grand, comme dans le monde de l’Art, de voir les normes du Marché, la dictature de la demande effrénée des Nouveaux Riches, la frénésie d’acquisitions de collectionneurs d’étiquettes prestigieuses, tordre la main de l’artisan, lui imposer un type qui maquille la standardisation en fausse distinction : une forme de Vuittonisation (il suffit de faire griffer un sac par un artiste à la mode manga, comme le japonais Takashi Murakami, pour redonner au modèle traditionnel un parfum de différenciation). Cette prise de contrôle, cette osmose entre finances et luxe, à l’œuvre depuis plusieurs décennies dans la mode touche, de proche en proche, la haute cuisine et la haute vitiviniculture, déplaçant ainsi vers des centres anonymes et mondialisés la réalité du pouvoir y compris créatif. Les prédateurs jettent leur dévolu sur les derniers beaux fleurons encore indépendants – même s’ils rencontrent de la résistance – l’entrée inamicale de LVMH dans le capital d’Hermès en est le plus récent exemple. Ainsi va le monde mondialisé me dira-t-on et encore heureux que ces groupes soient français. Certes, mais ce qui m’importe dans l’analyse que je viens d’esquisser c’est de m’interroger sur la capacité, de ce que nous considérions ,à juste raison, comme nos hauts savoir-faire, à se renouveler, à créer ou plutôt à revisiter la tradition car dans ces domaines, hormis l’apport d’autres cultures, tout change pour que rien ne change.

 

Avec une telle évolution le risque est donc grand de voir le fossé qui séparait déjà des secteurs de haut luxe florissants et de larges pans de la production, plus ou moins artisanaux, économiquement viables mais fragiles, s’adressant au gros ventre de la classe moyenne, se transformer en fracture irréductible. Phénomène éminemment dangereux pour ces derniers secteurs car, dans le même temps et de façon continue, la production pour la consommation populaire, via la GD et le HD, se délocalise dans les nouveaux pays émergeants. C’est déjà inscrit dans la réalité de la mode, c’est aussi un mouvement en marche pour la nourriture avec le Brésil qui domine les marchés de la viande de bœuf et de poulet par exemple, et c’est un phénomène qui pend au nez du vin français depuis une décennie faute de n’avoir su et surtout voulu anticiper sur la gestion de notre ressource vin. La persistance du grand tonneau des AOC indifférenciées porte en elle le germe des futures délocalisations de nos vignobles à forts volumes. Nous allons, si nous n’y prenons garde, nous Houellebecquiser, nous transformer en musée de la Haute Couture, de la Gastronomie et de l’Oenotourisme : nous pourrons ainsi mobiliser sur des écrans plats les monuments historiques que sont Jacques Dufilho avec sa visite du château et l’irremplaçable Pierre Desproges glosant sur son mépris de la Haute Couture.

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

le petit télégraphiste pour Vincent Pousson 13/03/2011 14:14



Vincent Pousson À lire et à faire lire, notamment à ceux qui
achètent de "grosses" bouteilles de vin comme ils achètent de "grosses" voitures. Bravo, cher Jacques!
Parfaitement d'accord.



Luc Charlier 12/03/2011 17:22



Tu vois, là on discute. Je pensais que c’était réellement du parasitage de ta page. Je sais maintenant que c’est du saprophytisme,
nuance.


Pour Bourquin je lui ferai part de tes commentaires la première fois que je le vois, je suis sûr que cela lui fera plaisir. Comme on
vient de lui enlever un rein (du bon côté j’espère), on ne va pas l’ennuyer pour l’instant et ... laisser pisser quelque peu. Tu sais que le rognon était mon rayon, quand j’étais petit.


Comme moi aussi je suis en commerce – moins habilement que toi, il est vrai – tu me permettras de ne pas critiquer la branche de
platane qui penche de mon côté de la tramontane. Dans les P.O., la situation est encore plus bipolarisée qu’ailleurs – difficile à comprendre pour un Belge habitué aux compromis(sions) « à
la belge » et aux multipartites. Si on veut faire échec au clan Alduy-Mach (tu sais, l’auteur du « J’aurais pu être de gauche », il paraît que son pauvre père vendait l’Huma le
dimanche, il doit être fou de douleur ce brave homme !), Bourquin représente une alternative crédible et il est très actif. Moi, il m’impressionne par la manière dont il rebondit et la vivacité
de son esprit ... surtout pour un si petit homme (hihihi).


Tiens, à propos de commerce, comment avance ton éveil aux grands grenaches du Fenouillèdes, parmi les plus fantastiques raisins de
cuve au monde ? Jeudi, un mien ami – un libéral pourtant, mais avec un coeur dans la poitrine, c’est rare – est venu me rendre visite. Tu penses qu’il m’en a goûté quelques-uns (accord
avec le « en » mais j’hésite. Y-a-t-il un grammairien sur le blog ?)! Il m’a amené en cadeau un des splendides Cairanne du Domaine Alari, majorité grenache +++ et 15 degrés passé.
J’adore ! Du temps où je participais assidûment à la rédaction d’In Vino Veritas [*] (pendant 10 ans quand même), la plus homogène dégustation que notre comité avait pu faire était justement
celle de la sélection envoyée par les vignerons de Cairanne. Et je pense qu’ils ont encore progressé (plus de fruit, moins de vieille barrique et quasiment plus de Brett). Tu sais quoi,
Jacques ? J’adore le bon vin, tous les bons vins. Me gusta el vino, me gusta la cocina ...


* : tu voulais une anecdote sur Paul-la-bulle, la voici : « Rappelez-moi pour quel magazine vous travaillez,
Monsieur ? » m’a-t-il demandé un soir, alors qu’il le savait très bien. Après ma réponse, courtoise, il me lança : « Ah oui, le journal des pauvres ! ». Je n’ai pas
réagi à la provoc. D’une part, cela m’allait très bien, le pauvres ont – autant que tout autre – bien mérité de boire du BON vin et ensuite, quelqu’un qui renie aussi blatantly ses
propres origines ne peut en aucun cas arriver à me démonter. Un de mes profs d’histoire parlait jusqu’à l’ennui des « nobles de robe et des nobles d’épée ». Il existe aussi des nobles
de rien !



Luc Charlier 12/03/2011 16:38



Merde, j’oublie de te parler du fond, au-delà de l’ironie.


Un blog sert à dialoguer, au départ d’une info, d’un texte, d’une vision lancés par le titulaire (accord au masculin pluriel,
collectif, tu es d’accord ?). Enfin, c’est comme cela que je l’ai compris. On peut alors soit être d’accord et ravi, pour telle ou telle raison et le signaler à l’auteur. Ou bien avoir un
commentaire discordant ou ironique ou informatif ou injurieux à faire ... cela apporte une info. Mais poster simplement : j’aime ou encore j’aime pas, à quoi cela sert-il ? Poil de
carottes n’aime PAS les épinards ...



Luc Charlier 12/03/2011 16:31



Il faut une explication de texte : ce n’est pas du tout le TIEN qui est en cause, mais, depuis une bonne semaine, les
commentaires (dans les P.O. de Bourquin en tout cas, hérités tels quels de ton ami Frêche) sont inondés de photos de blogueurs/euses (si on peut les considérer comme tels) avec comme seul message
« untel ou unetelle a aimé », parfois en anglais, parfois avec un smiley et des gimmicks qui clignotent. Je suppose que c’est du spam provenant de facebook ou MSN (ai jamais
été voir un « réseau social » ni un « chat »). Je te rassure, j’ai lu ton texte avec intérêt, et même à deux reprises.


Quant à M. le Baron, je ne fais pas une fixation. Je suis un être capable d’inimitié, exceptionnellement de franche hostilité, jamais
de haine. Le monde irait mieux sans lui mais c’est sans doute vrai de moi aussi, alors entre l’hôpital et la charité, Léon choisit de boire ... du bon crémant d’Alsace et quelques délicieuses
blanquettes de mes voisins audois. Cela convient parfaitement pour accompagner le Beluga.


 



JACQUES BERTHOMEAU 12/03/2011 16:39



Christian Bourquin au temps où je sévissait dans les PO m'a fait la démonstration de son sectarisme et de sa vue basse. Le grand Jojo qui n'était pas mon ami avait au moins de la prestance et de
la classe. Bouquetin lui est un apparatchik de la pire espèce.


J'ai des lecteurs réguliers et fidèles via Facebook donc je relaie leur j'aime car ça peut inciter les commentateurs à sortir de leur réserve. Le commerce Luc, le commerce... 



Luc Charlier 12/03/2011 16:01



Dites-moi, Jacques, ne serait-ce pas un peu gonflant, tous ces petits logos et icônes qui inondent le blog ? Qu’est-ce que ça
apporte au débat ? Et ça bouffe du Kb !


Pendant ce temps-là, les Japonais nous préparent un China Syndrome. C’est injuste, il font la concurrence aux défunts Coteaux
du Tricastin. Même l’adénocarcinome de la glande thyroïde va bientôt échapper au marché français, et ça, le « Rapport Berthomeau » ne l’avait pas prévu ! Contaminez-vous français,
nom de nom, pas japonais. S’il nous volent même Marie Curie .....    Bon d’acord, elle n’est pas plus française que Chopin, je sais.


Allez, m’en vais me taper une rasade de Lagarde-Adhémar, moi, pour me remettre.


 



JACQUES BERTHOMEAU 12/03/2011 16:07



Quels logos, quels icônes, je ne comprends pas Si c'est le sac Vuitton il est indispensable à ma démonstration car il est l'exemple de ce que ne fait plus la main c'est un produit industriel qui
se maquille pour mieux renaître. Quand au KB déficients dans les PO c'est la faute à Bourquin!


Très étonné de ne pas avoir eu de commentaires sur le sous-champagne Vranken



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents