Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 00:09

Éric Zemmour boit-il du vin, du bon vin de France ? Voilà une importante question à laquelle je ne saurais répondre mais comme c’est un « bon pioupiou », un gars bien de chez nous, un mec qui aime la France y devrait. Toute personne du PAF ou d’ailleurs en mesure de nous procurer des éléments de réponse sera la bienvenue sur ses lignes.

 

En notant d'emblée qu’il a un air chafouin (celui, celle qui est maigre, de petite taille, avec une mine basse et sournoise) je risque de me voir accusé de délit de sale gueule. Je le prends car c’est ainsi que je le vois sur l’écran d’ I>Télé lorsqu’il se chamaille dans Ça se dispute avec son compère de Marianne (le magazine aux Une racoleuses) Nicolas Domenach tout de noir vêtu clône de Jean-François Kahn en moins volubile. Au dire de Philippe Caubère, Zemmour fait la pute dans une émission de France 2 On n’est pas couché, ou avec son compère Éric Naulleau, qui lui à une tronche de mal équarri d’une gauche mal définie. Ayant visionné sur le Net la vidéo j’ai pu le voir hocher la tête, en un signe d’approbation à sa qualification de pute. Donc nul problème d'utilisation.

 

Le dit Zemmour, exploitant le fait qu’il n’est pas plus con que la moyenne de ses confrères, cultive son petit fond de commerce avec la pugnacité et la constance de mes 2 épiciers tunisiens du boulevard Saint Jacques ouvert jusqu’à 2 heures du matin. Il besogne, normal pour une pute ! Il se situe dans la tradition de la Droite Nationale de l’entre deux-guerres, le talent en moins. Il défend ces français qui sifflaient Karembeu, trop kanak à leur goût et qui avait le culot d’être l’homme de la blonde Adriana. Il sait tout, il a des opinions sur tout, et pour lui tout est de la faute de l’intégration européenne. Tel Candeloro il dévide ses figures imposées et, parfois, lorsque sa dialectique se heurte à la réalité il se risque à un double axel ou une triple boucle piquée.

 

Je ne fais pas partie de ceux qu’il irrite car je trouve qu’il a une fonction salutaire, j’ose même écrire sanitaire : il a un côté Destop bien utile. Bref, en dépit de ses frêles épaules, il porte le poids des non-dits d’une frange de la classe politique, et de sa bouche aux lèvres fines il délivre un message qui plaît à une partie de la France. Je l’écoute de temps en temps en me régalant de ses mimiques et de sa gestuelle car j’adore ce genre de type qui de sa chaire, sans avoir jamais rien fait d’autre de ses dix doigts – c’est démago j’en conviens, mais j’attaque là le polémiste pas le journaliste qu’il fut – se fait le héraut du petit peuple en endossant un discours un peu trop ample pour lui.

 

Quand j’ai ma dose de Zemmour je zappe. Nul n’est tenu de consommer mais il est toujours bon d’écouter les petits commis de la maison d’en face. Jamais je ne m’associerais à ceux qui réclameraient sa tête mais je n’irai pas non plus l’applaudir lorsqu’il fait la pute à l’Assemblée Nationale.

 

Mon goût pour la glose politique sous sa forme polémique vient de mon élevage paternel. La Droite Nationale je connais : mon père fut un temps Croix de Feu du colonel de la Rocque et en culottes courtes j’ai lu la littérature de la Droite qui ne portait pas la Gueuse dans son cœur, celle qui exploitait dans ma Vendée profonde la peur des Rouges. La Peur, la peur de l’autre, de l’étranger, c’est un grand classique de la Droite Nationale. Pour autant, les bonnes âmes d’en face, qui provoquent l’ire de Zemmour, baignent souvent  dans l’angélisme et le ce n’est pas de leur faute, tout aussi stupide. Pour avoir dirigé une unité de 600 personnes sur le Port Autonome de Gennevilliers je me suis frotté de très près à ceux que prétend défendre le chevalier Zemmour, ils voisinaient dans l’usine 25 nationalités et la cité de Transit d’à côté nous causait bien du souci. Bref, il est sûr que la question de la sécurité ne se réglera pas à coup d’incantations car les grandes fractures de la mondialisation ont laissé, et laisseront encore, des blessures sur le corps social le plus exposé. Nos élites, économiques et politiques, ont failli dans leur discours et leur comportement, mais il n’empêche que tant que les citoyens-électeurs carbureront aux promesses nous ne sortirons pas de l’ornière où nous sommes.   

 

Bref, je me dois pour finir vous expliquer mon titre : mon cher père qui se shootait à la politique, nous imposait, dans le plus grand silence, les « Attendez-vous à savoir » de Geneviève Tabouis (qui fut accusée d’être un agent soviétique) le dimanche sur Radio Luxembourg et, le soir avant les informations de 20h, les chroniques journalières En direct avec vous du Pisse-vinaigre Jean Nocher sur la RTF. Je les trouvais péremptoires, surtout la Tabouis, et chiant, surtout le second très père la pudeur (il faisait une fixation sur B.B, à l’époque elle scandalisait les petits bourgeois, la roue tourne...). Ils étaient seuls au micro alors que maintenant on nous offre soit des duettistes : Zemmour-Nauleau, Zemmour-Domenach, Julliard-Ferry (j’adore la permanente teintée de Jacques Julliard face à la belle crinière de Luc Ferry) ou des quarterons assez people dont deux vieux bretteurs inusables : Philippe Tesson et Claude Cabannes.

 

C’est plus ludique, chacun y fait son petit numéro, ça tient plus du bal des egos et ils se battent souvent pour de faux. De mon temps c’était plus violent et c’est en cela que le Zemmour restaure une langue de Droite drue qui oscille entre celle du Che (le belfortain revenu du ciel) et celle de gens qu’on dit braves même s’ils n’aiment pas les arabes ou les « pédés » ou les curés de gauche... Il est représentatif d’une certaine France, il s’inscrit, sans avoir le talent d’un Léon Daudet ou d’un Maurice Barrès, dans une tradition réactionnaire à la fois antilibérale en matière économique, conservatrice au plan de l’ordre social, exécrant les progressistes représentés pour lui par les droits-de-l’hommiste Kouchner, BHL, fruits pourris post-soixante-huitard. Il se situe à la hauteur de notre époque, c’est-à-dire pas très haut, mais je lui reconnais une forme de courage et de constance même si je ne suis pas certain que face à un teigneux du type Marchais sa puissance de tir eut été suffisante car il aurait trouvé plus roublard que lui...

 

Je vous offre une chronique de Jean Nocher du 12 mai 1960

img268

img269.jpg

img270.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 18/10/2014 07:44


Marrant que ce billet d'avril 2011 réapparaisse à l'occasion d'un commentaire de R.F. au moment même ou l'animal fait à nouveau parler de lui, l'animal du type que l'on exhibe dans les foires ou
les cirques . Chacun pense du Zemmour ce qu'il veut , bien que penser ne soit pas le mot approprié, indigence de la pensée oblige . Le Zemmour ne se prête aux commentaires, à l'analyse que , la
encore,  ceux qui y voit leur inérêt. Ils apportent leur bûche au feu pour faire durée ce qui ne pouvait être qu'une flambée . Les réactions qu'il suscite ne sont pas d'ordre intellectuel
mais purement épidermique et c'est à cela qu'on s'arrête, sur de " tenir un bon sujet " le phénomène ( de foire encore une fois ) Zemmour me fait penser à ce qu'on disait, à l'époque de Jean
Edern-hallier, qui s'épuisait à vouloir rester au devant de l'arène médiatique : Jean Ederne, quand vous lui jetez des pierres, il en fait un monticule du haut duquel il continue à vous haranguer
. Mais Jean Edern avait de l'humour, on voyait bien qu'il ne croyait qu'à moitié à ce qu'il disait. Humour qui manque singulièrement à l'actuel zozo chéri du PAF qui réfléchit ,ce qui fait perdre
toute crédibilté  à ses propos. Ce qui est exagéré est insignifiant disait Talleyrant et Séneque rappelait que nous préférons nous attacher au bruit que font les choses qu'aux choses elles
même.

Aredius 17/10/2014 14:30


Geneviève Tabouis, on peut toujours l'écouter !


http://lefenetrou.blogspot.fr/2010/12/genevieve-tabouis-attendez-vous-savoir.html


Je me souviens qu'elle venait chez l'autre journaliste fort connu Pertinax à Ségur le Château :


http://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2013/05/29/pertinax-le-celebre-journaliste-qui-a-fini-sa-vie-a-segur-le-chateau/


Zemmour a fait recette ! 


Voici une citation de l'auteur de George Orwell. Fera-t-elle polémique ?


« Dans les pays fortement industrialisés, tous les partis de gauche sont au fond des imposteurs parce qu’ils font profession de lutter contre quelque chose qu’ils ne veulent pas réellement
détruire. [...] Nous vivons tous de la spoliation des coolies asiatiques, et ceux d’entre nous qui sont « éclairés » clament d’une même voix que ces coolies devraient se voir accorder la
liberté ; mais notre niveau de vie, condition de notre « esprit éclairé », exige que la spoliation se poursuive. Un humaniste est toujours un hypocrite. « 


George Orwell, Essais, articles, lettres, vol. 2, Paris, Editions Ivrea/Editions de l’Encyclopédie des nuisances, 1996, p. 234


Salut et fraternité !


PS


Je signale la co(q)ille "quand" pour "quant". Ca gêne pour la liaison non dangereuse.

Roger Feuilly 17/10/2014 11:11


Réponse tardive certes, mais à considérer comme une information sérieuse : Eric Zemmour fréquente avec quelque assiduité un très bon restaurant italien où il consomme quelques bonnes quilles : "I
Golosi", rue de la Grange-Batelière (Paris 9e).

olrik 26/11/2013 22:49


Seul chroniqueur autorisé par nos medias atlantiformes et soviétoïdes à mettre ses pas dans ceux de Barrès et de Daudet, Zemmour a une grande utilité : donner aux bourgeois l'illusion qu'ils
vivent dans une société de liberté et leur apprendre à s'en satisfaire. Faisons-les vibrer dans le souvenir poignant de Clémenceau, vrai Vendéen et fausse gloire nationale, qui a fait sa
misérable carrière politique sur le Canal Plus de Panama et dans le sang d'1,4 million de jeunes qui n'avaient demandé qu'à vivre. Mais il fallait qu'ils meurent pour que disparaisse " la
dernière monarchie catholique", selon les instructions pressantes de la Secte.

serge anselme 02/05/2011 20:14



L'angélisme de gauche c'est par exemple refuser d'admettre que les jeunes (enfants ou petits enfants d'immigrés) posent réellement un problème dans certains quartiers de nos villes et dans
certains de nos collèges ou  défendre  l'idée que ce n'est qu'un problème social. 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents