Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 00:09

Tout d’abord j’expose la version 120 dites sans vin : « C’est l’histoire d’un mec facile, genre cœur d’artichaut, contemplateur des compas qui arpentent le globe terrestre en tous sens, lui donnant son équilibre et son harmonie, papillon aimanté par les flammes des feux de l’amour, pas un tombeur mais de l’espèce qui tombe amoureux à la première œillade captée, au premier sourire esquissé. Le voilà séduit, capturé, captivé, prisonnier dans les rets d’une belle qu’il n’a fait que croiser. Dès lors il n’a de cesse de la retrouver, de la revoir, de l’effleurer, de la posséder… »

Grololo-ffdd4.jpg

Ensuite je vous livre la version 20 donc avec vin : « C’est l’histoire d’un taulier facile, genre dragueur de bio gaies, au cœur de braise, toujours en quête de belles quilles, « rousinant » un samedi matin du côté de Montreuil-sous-Bois en un palais des Congrès emplis de vignerons&vigneronnes, qui commence son sacerdoce en se posant face à la petite table d’Isabelle et de Jo Pithon link où trônaient quelques belles bouteilles. Bel accueil, simple et chaleureux, une belle entame donc. Ce fut d’abord Mozaïk un Anjou 2010 fait à partir de l’assemblage de raisins venant des Coteaux de la Loire, du Cœur du Layon et du Saumurois. Moitié schistes et moitié calcaire. Barriques de 2 à 5ans et cuve tronconique bois. Un vin estampillée « bouteille à voile » marque de l’activité de négociant-éleveur de la maison Pithon-Paillé. Attaquer sa journée avec une telle belle fraîcheur, simple, au charme acidulé équivaut pour le taulier à un remake de la version 120.

grololo-008.JPG Venait ensuite, l’Anjou La Fresnaye 2010, issu d’une parcelle du domaine à St Aubin de Luigné, terroir de graviers et de galets. Belle et puissante complexité, en amour se contenter des choses simples c’est passer côté de ce qui fait le suc d’une ardente rencontre. Comme d’ordinaire le Taulier papotait gaiement lorsqu’il tomba en arrêt face à une photo des Grololo. Normal, me direz-vous, c’est inscrit dans son ADN. De suite il décréta « Je les veux ! » Jo répondit « Pas de Grololo ! » Berthomeau ne se le tenait pas pour dit « Où puis-je me saisir des Grololo ? » Réponse de Jo « Chez Paco ! » En écho Bertomo « Paco d’Ivry ? » Réponse « Oui ! ». Emballé c’est pesé le Taulier quittait Isabelle et Jo le cœur léger.

 AnjouFresBl2010-14e94.jpg

Paco fait partie de la confrérie rapprochée de mes lecteurs qui souvent lève le pouce sur Face de Bouc pour dire « J’aime ». Ivry-sur-Seine fait face au XIIIe qui est voisin de mon XIVe (St Jacques-Glaciaire). N’y tenant plus, dès que j’ai pu, je me suis embarqué dans le premier métro en partance, direction Mairie d’Ivry, terminus, puis quelques pas rue Marat et sur le pas de sa porte : Paco. Poignée de mains : « Jacques ! » « Paco ! » Je suis déjà à l’intérieur de la cave pour mettre la main sur les « Grololo » Rien ! J’angoisse ! Mon estomac se noue. Mon cœur bat la chamade. J’ose la question à Paco « où sont tes Grololo ? » À peine surpris Paco me répondit « Plus de Grololo ! » Au bord de la défaillance en l’absence de ce vin de France le Taulier fut saisi d’un immense sentiment de manque : frustration violente, intolérable, insupportable, proche de la castration.

 

Paco face à une telle désolation a ouvert au chroniqueur dépité « le petit journal de Rapatel », l’a même carafé s’il vous plaît, la température est montée : 15° bien tassés, le Taulier s’en est trouvé rasséréné. Il a rempli son panier de quelques boutanches susceptibles de figurer à la Une de son  espace de liberté. Paco, bon prince, a glissé au milieu d’elles «un « tombé du ciel » de Rivaton puis a entrepris de mettre en boîte le dit Taulier. Pas simple, même si certains l’accusent d’être un chouïa poseur, le chroniqueur n’est pas chaud pour prendre la pause. Mais comme Paco est vraiment un garçon avenant et vraiment très sympathique – pendant tout le temps que j’ai baguenaudé dans sa boutique j’ai pu constater que la simplicité, la convivialité, servait d’enseigne à sa maison – le Taulier s’est fendu d’un sourire qui en disait plus long qu’un long discours.

Grololo-ffdd4 

Je suis donc rentré à Paris sans mes « Grololo » chéris mais avec le grand plaisir d’avoir croisé un caviste comme je les aime. Merci Paco, ta maison est une bonne maison, y’a que du bon à commencer par le patron. ICI  link. Enfin, afin d’éviter des frustrations chez les amateurs de « Grololo » je signale qu’il s’agit d’un vin maintenant IGP du Val de Loire issu du cépage Groslot. Comme l’écrivent Isabelle et Jo Pithon-Paillé « un vin de copains, un vin de bistrot, un vin  de soif… » Tout ce qu’il faut pour plaire à Berthomeau qui n’a plus qu’à attendre le prochain millésime pour étancher sa soif de Grololo

533614_267598766654817_156160344465327_581201_62543674_n.jpg

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Michel Smith 28/03/2012 18:36


@Denis : pour ce qui est du Pineau d'Aunis, celui d'EH me convient toujours et j'ai rarement de problèmes avec ses autres vins que je goûte régulièrement soit au salon Millésime Bio, soit au
salon d'Angers. Je cite ses vins dans différents articles depuis plus de dix ans et personne ne s'en plaint. Il est fort possible toutefois que j'aie un goût prononcé pour les vins oxydés (très
légèrement selon moi et une légère oxydation ne m'apparaît pas comme un défaut...), mais il est vrai que notre ami se tourne de plus en plus vers ce boulot d'équilibriste qui consiste à faire des
vins sans soufre ajouté, alors...

JACQUES BERTHOMEAU 28/03/2012 18:58

Je suis dans le TGV retour de Bordeaux après une rude négociation j'ai faim et soif et bien sur en manque de Grololo le taulier épuisé

Denis Boireau 28/03/2012 18:19


@ Michel Smith: vous etes tout excuse! Emile Heredia n'a pas de Groslot a ma connaissance, et je savais qu'il est une reference pour le Pineau d'Aunis, donc j'avais rectifie de moi-meme. (j'ai
beau le re-gouter a chaque occasion, ses vins sont toujours trop oxydes pour moi. J'ai pas de chance ou c'est son style?)


Si meme un pro s'y emmele les pinceaux, ca renforce mon opinion que le Groslot a besoin d'un heraut qui saurait porter la bonne parole de ce cepage aussi haut que vous le faites pour le
Carignan. 

Michel Smith 28/03/2012 16:08


Encore lui ! Grossière erreur mes zoziaux... Enflammé par le Carignan, je me suis trompé de cépage pour mon ami Émile Hérédia. Il ne s'agit pas de Grolleau, mais de Pineau d'Aunis, excellent
cépage s'il en est! Mes axcuses à Denis. Tout le reste est juste.

Michel Smith 28/03/2012 14:43


Merci Denis... Le Grolleau pur est délicieux chez Émile Hérédia au Domaine de Montrieux (en Coteaux du Vendomois, mais le Grolleau "Verre des Poètes" est en Vin de Table). Il faut cependant se
dépêcher pour en avoir ! Le mêmevigneron s'amuse aussi en Languedoc avec un pur Cinsault et Carignan du tonnerre !  Émile est joignable au 06 84 23 35 40.

Denis Boireau 28/03/2012 11:32


Le Groslot meriterait un avocat passionne, comme ce que fait MS pour le Carignan.


C'est un peu la meme histoire: meprise apres des annees de production de gros volume il a fourni en Loire des fleuves de roses demi-secs surcharges de chaptalisation.


Mais un bon vinificateur peut en tirer le meilleur vin de soif du monde. La preuve par le grololo de Pithon et quelques autres encore trop rares. J'ai arpente tout le Salon des Vins de
Loire pour n'en trouver qu'un seul.


Ca fait plusieurs fois qu'on me parle du vin de Pithon a cause de l'etiquette, esperont que ca finira par faire parler du cepage.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents