Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 00:07


De Gaulle qui avait l'art du racourci délivra, à propos de l'homme qui avait fait "don" de sa personne à la France cette sentence sans appel : "La vieillesse est un naufrage". Même le port de lunettes rouges ne peut sauver le vieux bouffon de la bouffe du naufrage. Pathétique ! Grotesque ! Dans ma résidence je suis cerné par la campagne de Leader Price : indigestion de Coffe ! Mais, comme je n'ai aucune envie de tirer sur une aussi lamentable ambulance, ce matin ma chronique abordera le sujet du discount, qu'il soit hard ou soft, par le versant d'une analyse argumentée des "bienfaits" du modèle développé par le leader de cette discipline : le discounter US Walmart.

En ce temps de récession, donc de chômage partiel, de perte d’emplois, de non accès massif des jeunes à l’emploi, l’accélération de l’appauvrissement d’une partie de la population devrait nous inciter à réfléchir sur les effets économiques et sociaux du modèle de distribution discount, c’est-à-dire la recherche continuelle et obsessionnelle du prix bas. Ne serait-ce pas une fuite en avant, une spirale mortifère qui fabrique des pauvres en prétendant leur apporter une réponse à la faiblesse de leur pouvoir d’achat ? L’examen du cas Wal-Mart, la plus grande entreprise de distribution du monde me semble du plus grand intérêt.

 

Qui est Wal-Mart ?

« Créée il y a moins de 50 ans par Sam Walton et son frère Bud, cette compagnie originaire de Bentonville, Arkansas, est aujourd’hui l’entreprise du monde la plus rentable. Avec un chiffre d’affaires supérieur à 300 milliards de dollars par an, Wal-Mart a des revenus plus élevés que ceux de la Suisse. Elle a ouvert plus de 6000 énormes supermarchés dans le monde, dont 80% sur le seul territoire américain. Dans le domaine de la Grande Distribution, Wal-Mart n’a pas de rival sérieux […] Elle fait travailler plus de 1,9 million de personnes dans le monde, et est le plus grand employeur privé du Mexique, du Canada et des Etats-Unis. Elle importe plus de produits manufacturés chinois que le Royaume-Uni ou la Russie. Elle a prévu que son chiffre d’affaires augmenterait s’un milliard de dollars par an au cours de la prochaine décennie […]

 

La Philosophie de Wal-Mart

 

Wal-Mart prétend « que la pression qu’il exerce sur les prix contribue à l’élévation du niveau de vie de toute la population américaine, faisant économiser chaque année 100 milliards de dollars aux consommateurs, quelque chose comme 600 dollars par an pour une famille moyenne »

« Ces économies sont vitales pour des millions de familles aux revenus faibles ou moyens qui ont du mal à boucler les fins de mois » affirme le PDG de Wal-Mart H. Lee Scott. » Concrètement, c’est comme si elles recevaient de l’argent chaque fois qu’elles viennent faire leurs courses chez nous. »

 

Air connu, chanté chez nous par les laudateurs des prix bas. Démonstration tirée d’un petit ouvrage : WAL-MART L’ENTREPRISE MONDE Nelson Lichtenstein&Susan Strasser (universitaires américains) éditions les Prairies Ordinaires datant de 2006 et publié en France en mars 2009.

 

Wal-Mart un géant de la production

 

« Wal-Mart n’est donc pas seulement un énorme détaillant, mais aussi, et de plus en plus, un géant de la production qui en a toutes les caractéristiques sauf le nom.

La firme a installé son proconsul asiatique à Shenzhen, épicentre chinois de l’exportation de produits manufacturés. Une «équipe de 400 personnes y coordonne l’achat de quelques 20 milliards  de dollars de produits fabriqués en Asie du Sud. Grâce à sa connaissance intime du processus de production et à son immense pouvoir d’achat et de négociation, Wal-Mart a transformé ses 3000 fournisseurs chinois en simples « preneurs de prix » (price takers), plutôt qu’en partenaires, en vendeurs ou en décisionnaires oligopolistiques. Bien que la majorité de ces fournisseurs restent petits et sous-capitalisés, un nombre croissant d’entre eux président aux destinées d’entreprises d’une taille prodigieuse. Par exemple, Tue Yen Industrial, un fabricant de chaussures basé à Hong-Kong, emploie plus de 150 000 personnes à travers le monde, la dans des usines fabricant des produits bon marché dans le sud de la Chine. À Dongguan, le complexe industriel regroupe plus de 40 000 ouvriers, et l’usine géante de Huyen Binh Chanh, au Vietnam, en fait travailler 65 000, ce qui en fera bientôt le plus grand lieu de rassemblement de travailleurs au monde. »

 

Wal-Mart créateur de pauvres

 

« Le marché du discount repose sur une attention continuelle et quasi-obsessionnelle aux salaires et au coût du travail. Les discounters doivent avoir un turnover deux ou trois fois supérieur à celui des enseignes traditionnelles […] pour atteindre un profit équivalent. Quant à la vitesse de rotation des stocks, elle s’explique par des marges étroites, lesquelles exigent en retour que la part du coût de la main-d’œuvre ne dépasse pas 15% du total des ventes ; c’est-à-dire environ la moitié de ce que ce coût représente dans les supermarchés traditionnels. Et c’est Wal-Mart qui est aux avant-postes de ce marché du discount, avec des dépenses  liées aux ventes et à l’administration générale – principalement des salaires – environ 25% moins élevées que (les autres géants de la distribution). En 1958, quand les emplois industriels étaient trois fois plus nombreux que ceux de la distribution, l’impact de cette pression à la baisse sur les salaires serait sans doute resté limité. Aujourd’hui, alors que le nombre d’employés de la grande distribution dépasse celui des travailleurs de l’industrie, ce sont des dizaines de millions de salariés qui sont touchés par la baisse des revenus. »

Ma chronique s'adresse tout autant au consommateur citoyen qu'aux "hérauts" de la Grande Distribution dont l'un des plus médiatiques est soudainement devenu muet : le blog de MEL ne produit plus rien depuis plusieurs mois ! Qu'est-ce à dire ? Pour le Mammouth endormi il n'entend rien, c'est pire... Quand à l'ex pourfendeur de "c'est de la merde !" laissons-le dans sa triste et lamentable position...

Et pour ceux qui le souhaitent les photos du 4ième Anniversaire de Vin&Cie en Wine News N°54 http://www.berthomeau.com/article-31964278.html

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

tchoo 10/06/2009 17:06

En réponse à Hervé puisqu'il s'adressait aux commentateurs de cette chronique:

je ne peux pas affirmer que je n'ai pas de "saloperies" chinoises chez moi( quoique moi les bimbelots et gadgets ne sont pas mon fort) parce qu'il est très difficile, dans nos campagnes, de trouver certains éléments fabriquer en dehors de la Chine.
Bien sur, que je mets les pieds dans un supermarket, où irais-je d'ailleurs, il n'ya quasiment plus autres choses.
Mais j'ai aussi la chance de pouvoir acheter des légumes directement au producteur, d'aller chez un boucher qui achète des bêtes aux éleveurs du coin.
En bref, quand je peux de résister autant que possible.
Voilà pour moi!
J'ai bon?
je peux commenter à loisir maintenant?

herve Bizeul 08/06/2009 18:40

Un peu facile, Jacques, de dire : "je dis rien, je me contente de mettre en avant une étude ;-)"Tu  fais peut-être attention, mais même en faisant attention, sans la Chine et ses travailleurs à bas prix, ton quotidien, comme celui de tous ici, serait bien moins agréable et bien plus cher... C'est l'époque. Et la chambre de tes enfants et petits-enfants doit être, comme chez moi, pleine à ras bord de saloperies chinoise à 3 euros...Je n'ai pas de "foudres" et mes commentaires s'adressaient plus aux autres intervenants qu'à toi (sauf sur la dernière question à laquelle tu ne répond pas, en l'occurence, qui distribue les vins industriels si ce n'est pas la distribution industrielle ?). Si c'est le cas, pourquoi pas ne doit-on pas l'aider à avoir de nouveaux clients ??? Si je vend du vin chez Auchan ou chez Carrefour, pourquoi ne dois je pas m'engager ? J'ai pas été élevé chez les Jésuites, j'ai des lacunes ;-)La question est : Leader Price est il bon et moins cher ? Si oui, on peut je pense débattre sur le fait qu'il faille ou non encourager les gens à y aller. Pour ma part, aller là bas ou dans un autre hyper, je vois pas trop, éthyquement, où est le problème. Si non, on peut bien sûr vitupérer sur Coffe qui ment alors sur le fait que c'est bon et moins cher alors que ce n'est pas vrai. Mais, si je suis effectivement fidèle en amitié même avec des hommes que je n'ai pas vu depuis longtemps, surtout, je connais trop l'homme pour ne pas imaginer qu'il ait un dossier en béton pour prouver ce qu'il dit. On a pas fait autant de scandales sur les dernières études "que choisir" qui disent exactement la même chose. En l'occurence, dans un autre sens : si c'est plus cher ailleurs, pourquoi c'est pas meilleur ?(merci de supprimer un commentaire en double, qui s'est publié sans doute sur une fausse manœuvre de ma part...

JACQUES BERTHOMEAU 08/06/2009 19:03



Je réponds pour Leader Price pour avoir consommé les soirs de détresse : ce n'est ni bon, ni moins cher par
exemple le jambon de Paris ( bien sûr dans le lot y'a sûrement des produits corrects) car monsieur Naouri n'est pas un bienfaiteur de l'humanité il fait du buiseness ce que je ne lui reproche pas
d'ailleurs mais si son assertion était exacte ça signifierait qu'il devrait vendre les mêmes produits sous la marque Casino au même prix.

Désolé même si ça t'étonne je n'ai pas chez moi la bimbeloterie que tu indiques et encore moins chez mes enfants qui sont très à cheval là-dessus (Cauchemar de Darwin) mais lorsque je n'ai pas le
choix bien sûr que je fais comme tout le monde j'achète les petites bêtes électroniques asiatiques. Je ne suis pas protectionniste.
Bien sûr j'ai aussi cédé à une forme de facilité en prenant l'exemple de Coffe et de Leader Price pour traiter d'un sujet bien plus grave celui de la recherche exclusive des prix bas qui comme
l'indique l'étude fabrique des pauvres. Consommer un peu plus responsable ce n'est pas choisir entre Carrefour et le hard discount (où la majorité des clients sont des cadres qui préfèrent une
bouffe inodore, incolore et sans saveur pour se payer des voyages aux Seychelles ce qui est leur droit le plus strict)
Dans l'affaire du prix du lait tous les ingrédients du jeu entre les grands de l'Agro-alimentaire et la GD sont assemblés  je comprends la rage de beaucoup de producteurs.
Mais ce n'est pas dans un si petit espace que je peus développer un sujet sur lequel j'ai marné dans une vie antérieure qui n'était pas dédiée au vin.
Bon appétit






hervé Bizeul 08/06/2009 17:21

Trois choses : - que celui qui ne consomme JAMAIS Chinois et n'a pas de trucs à prix ridicules plein sa maison jette la première pierre (jouets, vaisselle, linge, vêtements, meubles, ordinateurs, imprimantes, hi-fi, vélo ;-); etc, etc, etc...) Sinon, un peu facile de ce moquer des "pauvres" qui, eux aussi, veulent accéder au "bonheur" de la consommation à outrance...- sur Leader Price : qui est allé dernièrement, au fait ? Et si c'était VRAIMENT "bon et moins cher", au moins aussi bon en tout cas que les autres chaines d'hyper et de super ? Je suis curieux d'avoir des comptes rendu de visite... Mais c'est sur que tous les lecteurs de ce blog ne vont jamais au grand jamais dans la grande distribution, ne comptent pas, n'ont pas de budgets serré pour manger...- sur le modèle Wall Mart. Euh, Jacques, j'avais compris qu'il fallait faire des vins "industriels" pour les nouveaux consommateurs avides de nouvelles boissons de masse bien faites, bien marketées et à petit prix ? Si c'est pas la GD qui les vend, c'est qui, au fait ? A un moment, faudrait voir à choisir son camp...

JACQUES BERTHOMEAU 08/06/2009 17:40



Je ne jette aucune pierre à ceux qui achètent discount cher Hervé je ne fais que proposer un texte d'analyse sur le modèle Wal Mart en référence au seul critère du prix le plus bas et oui
je me paye la fiole de Coffe qui nous a suffisamment bassiné par le passé. Je suis en effet partisan d'un produit au plus près de la valeur qui fait l'objet d'un commerce équitable ici comme avec
les pays émergents.
Oui je vais chez Monoprix et parfois chez Franprix qu'est à 2 pas : il vend des produits Leader Price puisque aussi membre du groupe Casino. Mais désolé je ne goinfre pas ni pour moi ou mes
petits enfants de tout ce que tu cites sans pour autant payer des milles et des cents. De plus je fais des compte-rendus de visite cf Carrefour
Je n'ironise à aucun moment sur les budgets serrés et si tu m'as bien lu par le passé je préconise, pas seulement pour le vin mais pour l'alimentation en général, de faire bon pour le plus grand
nombre à condition de ne pas assasiner les producteurs que tu as si bien défendu contre l'ogre Kessler. Pourquoi me demander de choisir un camp ? Dans quelle chapelle dois-je me réfugier pour ne
pas subir tes foudres ?
Dans cette affaire Leader Price et son comparse Coffe importent peu ce qui compte c'est tout de même de s'interroger sur certaines questions sans avoir à choisir son camp.
Mes contradictions valent les tiennes et je les assume.
Je comprends aussi qu'on puisse être fidèle en amitié
bien à toi.



LALAU+Hervé 07/06/2009 20:42

Et où était Coffre dans la tourmente du vin & cancer? Qu'il mette son image au service du moins disant de la distribution plutôt qu'au profit du jus de la treille et de ce terroir qu'il prétendait défendre, c'est pathétique.Hervé LALAU 

tchoo 03/06/2009 09:44

c'est pas nouveau pour Coffe!la pauvreté n'est pas insupportable pour certains, c'est une fatalité exploitable!tout le cynisme de notre chère société...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents