Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 00:03

 

L’histoire est belle et, comme vous le savez, j’adore les belles histoires alors ce matin j’ai décidé de vous la conter, je n’ose écrire vous l’écrire car il s’agit d’une partition à quatre mains et, comme je ne sais ni concevoir de la musique, en jetant des notes sur une portée, ni faire le vin, en tirant la quintessence du raisin, alors je vais me contenter de vous conter une belle aventure humaine née d’une rencontre de 2 Mondes, 2 Hémisphères dont on dit qu’ils n’ont rien en commun. Et pourtant, de toutes ces différences, réelles ou fantasmées, la même passion pour la Syrah va engendrer cette partition à 4 mains.

 

Tout commence en janvier 2007, à la cave de Tain, par l’intermédiaire d’un ami commun, Nathan Waks, président d’une Winerie, dans la ClareValley (Australie du Sud), Kilikanoon, adossée à un domaine de 500 ha, accompagné de son épouse, rencontre Julie Campos. Voyage d’agrément, envie de découvrir le berceau historique de la Syrah, curiosité intellectuelle, communauté de métier, et sans doute d’autres ondes imperceptibles, font que, très vite, l’alchimie humaine produit ses effets, les deux interlocuteurs s’apprécient. De cette confiance mutuelle, balayant les idées reçues sans pour autant abandonner leurs spécificités, leur histoire, va naître l’idée d’un échange : créer des cuvées communes. Pour Nathan Waks c’est un rêve qui devient réalité : « En tant que spécialiste de la Syrah pour les pays du Nouveau Monde, Kilikanoon a eu, depuis longtemps, ce rêve de produire une Syrah là où le cépage est né. Nous avons eu la chance de trouver un partenaire, la cave de Tain, avec à la fois les ressources, notamment le terroir, et la volonté de travailler ensemble pour réaliser ce rêve » Julie Campos, qui connaît bien son monde viticole, pressent les objections des autoproclamés gardiens de la tradition, les soi-disant grand-prêtres du vin à la française, alors avec sa pugnacité légendaire elle met en avant : « le même amour pour la Syrah, le même respect du terroir, l’intérêt réciproque d’un partage du savoir-faire des hommes, l’enrichissement mutuel que procure l’observation des différences nées de la nature, échanger, comprendre les attitudes de tous ces nouveaux consommateurs séduits par ces vins venus d'ailleurs… »

Sur la photo, autour de Julie Campos, de gauche à droite :
Daniel Brissot, Responsable Vignoble Cave de Tain
Kevin Mitchell, Senior Winemaker et Directeur de Kilikannon
Xavier Frouin, Œnologue Maître de Chais Cave de Tain
Alain Bourgeois, Œnologue Responsable Qualité Cave de Tain.

Jeter des ponts entre les hommes, leur culture, leur savoir-faire, leur tradition ; faire bouger les lignes ; s’enrichir des différences ; accepter de regarder les autres tels qu’ils sont et non tels qu’on imagine qu’ils sont ; sortir des sentiers battus en gardant le cap ; ouvrir des voies nouvelles ; c’est toute la beauté et la richesse de l’aventure humaine, celle des conquérants, celle des défricheurs du possible et, rassurez-vous, chère Julie Campos, l’osmose créée par vos 3 petites cuvées issues de parcelles sélectionnées sur les 2 AOC, Hermitage et Crozes-Hermitage, vinifiées sous la baguette de Kevin Mitchell, le winemaker de Kilikanoon, seront le symbole d’une mondialisation humaine, réussie, des vins tout ce qu’il y a de plus français, étiquetés et signés par la cave «  élevé et mis en bouteille à la Cave de Tain-l’Hermitage » L’image de l’orchestre symphonique – même si pour vous, au regard des dimensions des entreprises et des équipes, je devrais évoquer plutôt un quatuor ou un sextuor à cordes – rend bien l’esprit du projet. En effet, les grands orchestres nationaux sont souvent dirigés par des chefs étrangers, à demeure ou invités, Kurt Masur est le directeur musical de l’Orchestre National de France tout en étant le chef principal de celui de Londres, Georges Prêtre a été le premier chef français, depuis 50 ans, à diriger  l’orchestre philarmonique de Vienne à l'occasion du fameux concert du Nouvel An en 2008. Clin d’œil supplémentaire, Nathan Waks est violoncelliste au sein de l’Orchestre National de Sidney.


La musique adoucit les mœurs dit-on, c’est vrai ; le vin aussi « un peu de douceur dans ce monde de brutes ». Que voulez-vous, moi qui ne suis qu’un amateur, de musique et de vin, de toutes les musiques et de tous les vins – c’est selon le lieu, le jour, l’heure, les gens avec ou autour, la solitude aussi, mais c’est toujours la convivialité, le partage, communion païenne même lorsque je suis seul à la terrasse d’un café ou avec mon IPod – je trouve que cette partition à 4 mains, celles des vignerons de Tain et celles de ceux qui font le vin, écrite et exécutée à Tain l’Hermitage valait bien une petite chronique du matin. Reste l’essentiel : boire cette Syrah si française dans toute sa nouveauté soucieuse de la tradition. Il faut toujours savoir réinventer sinon c’est déjà mourir un peu…

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

nathan waks 23/04/2008 02:27

Merci pour la comprehension de notre reve- j'espere bien que le vin sera a la hauteur de vos mots!Nathan Waks Kilikanoon

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents