Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 00:03

Cette question est extraite d'un article de la revue Commentaire/N°118 Eté 2007 (revue fondée par Raymond Aron, dirigée par JC Casanova, avec des jeunes turcs libéraux dans son comité de Rédaction : comme Nicolas Baverez par exemple). www.commentaire.fr/  Le titre «  Le mythe du management » et la nationalité de l'auteur Matthew Stewart (USA) m'ont fait saliver. Je n'ai pas été déçu car la thèse, avec les excès du non-conformisme, décape « Et si l'enseignement de la gestion était une mystification, sans contenu, pédante, abstraite et boursouflée de prétention ? » Comme vous devez vous en douter c'est assez proche de mon opinion personnelle. En effet, à mon sens, il vaut mieux avoir lu Clausewitz, Machiavel, Platon et les grands philosophes que de se taper des cours de management à HEC. L'art du commandement ne s'apprends pas sur les bancs d'une grande Ecole, c'est une alchimie indéchiffrable entre l'inné et l'acquis et, en ce qui concerne l'enseignement, rien ne remplacera la culture générale, ce qu'on appelait autrefois les Humanités. Lire. Eveiller sa curiosité intellectuelle. Au cours de ma déjà longue carrière j'ai toujours été frappé par le convenu, l'étroitesse d'esprit, la rigidité de beaucoup de jeunes pousses surdiplômées, formatées, qui peuplent les sièges sociaux et les cabinets ministériels et, plus récemment, fasciné par le jargon creux des consultants des grands cabinets d'audit. Pour vous mettre l'eau à la bouche je vous livre un extrait de cet article.

 

« Pendant les sept années qu'a duré ma carrière de consultant en management, j'ai consacré l'essentiel de mon temps à m'efforcer de paraître plus vieux que je n'étais. J'étais devenu expert dans l'art de plisser le front et d'adopter une expression sombre et sérieuse. Mon public devait songer que bien que très jeune j'avais acquis une extraordinaire formation de manager. Il n'en était rien. Je ne suis titulaire d'aucun diplôme de gestion. J'ai juste un doctorat de philosophie allemande du XIXe siècle, pour être précis. Avant d'accepter un travail consistant à expliquer aux dirigeants des grandes entreprises des choses qu'ils sont censés savoir, mon expérience professionnelle se limitait à des petits boulots de précepteur à mi-temps enseignant Hegel et Nietzsche à des étudiants distraits, auxquels s'ajoutaient quelques emplois saisonniers encore moins reluisants, principalement dans l'industrie de la restauration rapide.


Le plus étrange est que ma carence de formation n'a jamais vraiment posé problème. En tant qu'associé fondateur d'une entreprise de conseil qui finit par employer six cents personnes, j'ai interviewé, embauché et côtoyé des centaines de diplômés d'écoles de gestion. L’impression que je me faisais des diplômés de MBA était qu'ils se résument à vous ôter deux ans de votre vie et à vous faire contracter de lourdes dettes et ce à seule fin de garder votre sérieux lorsque vous prononcez des phrases telles que « situation gagnant-gagnant », « compétences clés » ou buiseness process reengineering. Quand le moment venait de choisir un collaborateur, je penchais généralement pour ceux qui avaient consacré leurs années d'université à étudier autre chose que la gestion.


Lorsque j'ai quitté le métier, j'ai décidé, par une inversion de l'ordre naturel des choses, de me pencher de plus près sur la littérature spécialisée. D'un côté, je voulais mesurer ce que j'avais raté. De l'autre, j'avais du temps devant moi. En parcourant péniblement les volumes consacrés à la « stratégie compétitive », à la redéfinition du buiseness process. Et à d'autres douceurs de ce genre, pas une fois je ne me suis dit : « Bon sang ! Si seulement j'avais su ça plus tôt ! » Au lieu de quoi, je me suis surpris à penser des choses inavouables, comme : «  Je ferais mieux de lire Heidegger ! » Ce fut une expérience déroutante, qui ne fit qu'épaissir le mystère entourant la question qui ne cessait de me hanter depuis mes premiers pas dans le monde des affaires : à quoi servent les écoles de commerce ? »

 

Lire la suite dans Commentaire

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

école supérieure de commerce 05/08/2013 12:03


J'ai un bon retour d'expérience de l'école supérieure de commerce ISCT à Toulouse, établissement modeste mais qui m'a permis de décrocher un BTS MUC dans de bonnes conditions.


 


Amélie.

Bachus 19/12/2011 13:15


Je pense sincèrement qu'on a trop de commerciaux qui ne savent pas vendre les produits Français ainsi que beaucoup trop de littéraire à mon humble avis. Les commerciaux et les
financiers n'ont su que délocaliser dans les pays étrangers en méprisant ceux qui concevaient les produits Français. On a favorisé ces métiers virtuels qui ne servent pas à grand chose à
part mettre en panade le système occidentale. Maintenant, on veut revenir en arrière mais je pense que cette catégorie sociale devrait remboursé la dette si elle est aussi intelligente et
productive que cela. Pour ma part, je ne fais pas partie de cette catégorie et d'ailleurs je suis meilleur en orthographe et je parle mieux les langues étrangères qu'eux. Peut être pour une
délocalisation futur de ma personne vers les pays en voie de développement? Je pense que face à des occidentaux avides d'argent, je saurais leur tailler les croupières...

JF 21/09/2007 16:28

Le célébrissime Henry Mintzberg, qui n’a pas toujours dédaigné la phraséologie managériale, a d’ailleurs défendu une thèse proche de celle-ci dans « Des managers, des vrais ! Pas des MBA : Un regard critique sur le management et son enseignement ». La dernière partie de cet ouvrage paru en 2005 est consacrée à l’éloge de l’International Masters Program in Practicing Management (IMPM).Pour faire un pendant sectoriel, la description de ce programme m’a immédiatement fait penser à l’illustre formation internationale de l’OIV dont sont issus certains de vos commentateurs assidus. J’en ai retrouvé la trame, pour ceux que ça intéresse.http://www.agro-montpellier.fr/ihev/UserFiles/File/oiv/calendrier-p19.pdf

philippe joly 20/09/2007 08:55

rassurez-vous, la situation est identique pour les écoles d'ingénieur...tant de mots pour peu d'actions...et beaucoup de présentations powerpoint pour peu de caisses à outils!

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents