Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2017 6 16 /09 /septembre /2017 07:00
Pour la stèle de Michel Rocard au cimetière de Monticello ce ne sera pas Soulages mais les copains  Pierrot le facteur, Mimi du bar des Platanes et Jojo de la Pastourelle.

L’an dernier, il n’était pas arrivé…

 

Cette année, il est arrivé. En effet, l’urne funéraire de Michel Rocard est arrivée à Monticello, et, qu’à la demande de Sylvie Rocard François Hollande, encore Président de la République, est venu poser à l’ombre d’un olivier, le jeudi 2 mars.

 

Madame Chemin, pour qui la Corse, en dépit de l’omerta, n’a aucun secret, écrit très justement dans le Monde « En Corse, on réserve toujours les plus beaux panoramas aux défunts. Voilà pourquoi les cimetières y sont marins ou tournés vers la mer. Sur les dernières marches de celui de Monticello, joli village perché de Haute-Corse, on embrasse toute la Balagne du regard : le sémaphore de l’Ile-Rousse, le désert des Agriates et, quand il fait beau, les rives du Cap. »

 

« Ce cimetière, j’y jouais enfant, raconte Sylvie Rocard. Un jour qu’on s’y promenait, Michel m’a dit : “Je laisse le caveau du cimetière Montparnasse, je reste avec toi, ici”. » 

 

« Oui sur les hauts de Monticello le panorama vous coupe le souffle, vous sidère : tout en bas la mer d’un bleu d’azur, s’étale, sous le soleil, se confond avec le ciel et, à perte de vue, tout autour, les montagnes en enfilade dessinent leurs crêtes jusqu’au cap Corse. L’Ile-Rousse son fort, son port, et plus près la coupole de l’église Saint-François-Xavier du village originel. »

 

Lire ICI ma chronique de l’an dernier : Ma supplique pour être enterré dans le cimetière sur les hauts de Monticello…

 

 

« Jeune militant du Parti socialiste unifié, il avait passé sur l’île, en 1968, des étés enfiévrés. De là était née sa passion pour le passé de la Corse, des droits de suzeraineté rachetés à Gênes jusqu’au rapatriement des pieds noirs d’Algérie en 1962. « Je n’ai pas une goutte de sang corse mais je n’aime pas qu’on me raconte des histoires, fût-ce au nom de mon pays », disait ce Girondin convaincu. »

Toujours Ariane Chemin.

 

Mais pourquoi diable le François a-t-il posé l’urne à l’ombre d’un olivier alors que je croyais qu’elle devait être déposée dans un édicule confié à Soulages ?

 

Madame Chemin m’explique :

 

« Pierre Soulages a été chargé de sculpter un tombeau par Pierre Encrevé, ancien conseiller « culture » du défunt et auteur du livre Les Peintures (Seuil) du maître de l’outrenoir ; mais l’affaire a pris du retard. La pierre brute coûtait plus de 60 000 euros et elle était si massive qu’il aurait fallu un hélicoptère pour la livrer au cimetière. « Monticello, c’est pas le Père-Lachaise. Il faut rester modeste », sourit Sylvie Rocard. L’œuvre monumentale s’est muée en projet de « livre ouvert », future stèle sculptée dans la pierre blanche qu’est invitée jeudi à imaginer le petit cercle des vrais amis : Pierrot le facteur, Mimi du bar des Platanes et Jojo de la Pastourelle, Edmond Simeoni, le père de l’autonomie corse, son fils Gilles, Jean-Guy Talamoni, président nationaliste de l’Assemblée de Corse… »

 

Pour autant cette année j’ai encore fait la route pour me rendre à nouveau au beau cimetière de Monticello, certes en tirant un peu la jambe mais le ciel était pur et il ne faisait pas trop chaud.

 

Alors, si Dieu me prête vie, je reviendrai à Monticello dès que la stèle sera en place.

 

J’suis un bon chien fidèle…

Partager cet article

Repost 0
Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents