Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 10:00

4345118_5_8290_nadia-comaneci-aux-jo-de-montreal-en-1976_4c.jpg

 

Samedi après-midi soleil sur Paris, première sortie à vélo, mollo mollo, cap sur mes champs de livres, les librairies, pour une moisson de pages imprimées. Bonheur d’une liberté retrouvée : la rue des écoles c’est compagnie link puis, accoté au café de Flore, l’écume des pages link

 

Lundi matin vous avez eu droit à mon premier mets : le délicieux livre de Jean Rochefort « Ce genre de choses » savouré d’une seule traite, sans hâte, mais en sauçant l’assiette. Mais ce n’était qu’un hors-d’œuvre hors du commun qui attisait ma faim. Insatiable, dans le métro qui me hissait dans un quartier improbable pour un dîner de chair j’entamais avec la même gourmandise  La Petite Communiste qui ne souriait jamais, de Lola Lafon, Actes Sud, 320 p., 21 euros.


51IFnZt4RWL.

 

Par bonheur le trajet était long, assis je me régalais. Marcadet-Poissonniers, juché sur un haut tabouret de la Rallonge link  je m’offrais, en sirotant un verre de coteaux-du-giennois, une nouvelle tranche de ce petit livre. L’avantage de dîner avec une copine c’est que les copines sont toujours en retard, ça vous donne le temps de lire.


Comme je ne me suis pas reconverti en critique littéraire, et que mon temps est compté, j’ai glané chez des « consœurs » de la presse écrite du matériau pour vous faire partager mon enthousiasme.


Dernier point, comme mon appétit reste très affuté je vous narrerai, dans les jours qui viendront, la suite de mon festin de livre avec un retour vers le terroir...


« Ceux qui n’étaient pas nés en 1976 liront la Petite Communiste qui ne souriait jamais, roman documenté, afin de découvrir le phénomène d’1 m 47 qui détraqua les tableaux de notation avec son premier 10 sur 10. A l’affichage, c’était 1,0 : les ingénieurs programmateurs de Longines n’avaient pas prévu qu’un concurrent ferait mieux que 9,99. » 

 

Claire Devarrieux Libération 15 janvier  2014 link


« Tout commence – forcément – à Montréal, quand surgit aux yeux du monde entier cette « machine poétique sublime » qui « jette la pesanteur par-dessus son épaule ». Voilà sept ans que, dans l’école de Béla Károlyi, son entraîneur, elle s’exerce, souffre et s’endurcit, répétant sans relâche chaque geste jusqu’à l’épure absolue, apprenant à ne pas avoir peur de se faire mal. Quand les caméras se braquent sur elle, sa tunique stricte, sa queue-de-cheval à ruban, c’est pour découvrir une athlète d’exception «douloureusement adorable, insupportablement trop mignonne ».


Ce texte en constant équilibre, on jurerait que Lola Lafon l’a écrit les mains enduites de magnésie. Pour ne pas tomber, tout en s’autorisant des figures périlleuses – ainsi des échanges entre la narratrice et Nadia, qui lui permettent de s’interroger sur le droit de parler à la place de son héroïne, et sur les versions de l’histoire. Sans jamais donner l’impression de l’effort ni trébucher, Lola Lafon sait tout à la fois quel élan prendre pour écrire chaque scène, et à quel moment arrêter son geste. Verdict ? La Petite Communiste… est un texte sur la grâce qui en est tout empli. »

 

Raphaëlle Leyris  Journaliste au Monde link

 

« A travers Nadia, c’est aussi le corps féminin qui est ausculté, dans ses transformations, dans sa représentation. La gamine surdouée deviendra une femme, ce que beaucoup de journalistes n’ont pas accepté  !


« Les Russes ont fasciné le monde entier avec Spoutnik, et, comme les Etats-Unis, ils garderont leur supériorité militaire. La Roumanie, elle, fait de celles que Béla appelle ses « fillettes missiles » le show mondial le plus adorablement fascinant avec l’arme suprême : la bombe Nadia C., qui exécute ce que des spécialistes américains évoquent en ces termes, « de la démence pure, une impossibilité biomécanique ». »

 

Marie-Florence Gaultier L'Expresslink

 

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 26/01/2014 11:58


Merci à Axelroud. J’ai voulu réagir dans le même sens dès la parution mais je me suis dit : « On va encore prétendre que le Charlier critique tout le temps – ce qui est vrai ;
qu’il ne voit que le côté obscur – il n’en existe pas d’autre ; que son pessimisme est navrant – presque toutes les femmes qui m’ont quitté l’ont fait pour cette raison. »


Il faut en finir avec le sport professionnel ... mais cela n’arrivera évidemment pas. Ce qui est navrant, c’est que même des « intellectuels » y prennent goût et, bien plus encore, le
défendent. Toutes les diciplines ont rejoint la boxe ou la tauromachie au niveau de l’infâme.


Combien
de temps a mis Rome pour tomber après le développement de ses combats de gladiateurs ? Et le pain, lui, on le trouve aux restos du coeur.

JACQUES BERTHOMEAU 26/01/2014 12:28



L'intérêt de ce livre n'a rien à voir avec la professionalisation du sport il explore d'autres champs bien plus intéressants...



patrick axelroud 25/01/2014 00:24


Brrr,Brrr, Certes, elle était "stupéfiante" Nadia et séduisante et fascinante aussi et belle bien sur,comme dans un autre genre Ben Jonhson ,de face, sur une photo, donnant l'image d'une course
en apesanteur toute en énergie. Mais quand on sait à quel prix, quand son venue les confirmation de ce que l'on soupçonnait, les manipulations, les formatages, les gavages de toutes sortes, les
pots pas seulement belges mais de toutes nationnalités et à des doses qui rangent les administrations d'hormones et d'antibiotiques au bétail au niveau d'un traitement homéopathique,c'est
toujours avec gène que l'on pense à elle.Et il n'y a que les archives filmée ( sans commentaires svp) qui peuvent la réstituer telle qu'en elle même,dans sa merveilleuse et innocente performance.
Car, pour parler d'elle et pour éviter les sujets qui fâchent on ne se souvient plus aujourd'hui que de son âge, des compteurs Longines qui n'en croyaient pas leurs cadrans, des changement de
réglementation de la discipline et de la notation imposés par cette éclatante révélation. Brr,Brr, arrivent,le mois prochain une nouvelle édition des Jeux Olymfric, et l'on continuera à faire
comme si de rien n'était...La socité du spectacle disait l'autre ?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents