Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 00:09

En-vrac-036.JPG

 

Vous le savez les fenêtres du hasard m’ouvrent parfois des perspectives que je ne soupçonnais pas. Tel fut le cas samedi où, venu en reportage chez « En Vrac » je suis tombé nez à nez avec Philippe Bornard, vigneron à Pupillin, « digne représentant des vins natures arboisiens. »  Une fois bouclé m’a plongée dans le vrac, m’être restauré, je me suis attaqué à la dégustation des vins du citoyen de Pupillin. D’emblée je lui confesse mon ignorance crasse de tout ce qui touche, de près ou de loin, aux vins jurassiens et que la tâche va être rude. Philippe connais, bien sûr, Olif le terroiriste hédoniste jurassique, la référence, le guide des petites louves et des petits loups parisiens pour la Saint Glou 2012. Vu l’état d’analphabétisme jurassique du taulier z’ont même pas osé l’emmener. Même qu’il me dit qu’Olivier Grosjean bourlingue en ce moment à Paris. J’en ris car moi je suis quasiment dans le Jura. Mais le Jura c’est quoi ? Je passe la plume au chartiste jurrassique.


carte-vins-jura.jpg

 

Jura: vignoble dont on a fait une montagne. Accessoirement, département immatriculé 39, de couleur plutôt verte. Par ailleurs, bouteille spécifique de forme un peu particulière, destinée à accueillir du vin du Jura, quelle que soit sa couleur, sauf jaune.


Entièrement situé dans le département du Jura, adossé au massif du Jura, le vignoble du Jura est une simple bande de terre de 80 km de long qui s'étend sur les coteaux du Revermont, de Salins les Bains jusqu'à Saint-Amour, aux portes de la Bresse, en passant par Arbois, Château Chalon et Rotalier. Reposant sur des sols argilo-calcaires qui sont à l'origine de certaines de ses particularités, ce petit bout de vigne affiche une sacrée personnalité. Séparé de la Bourgogne voisine par la large vallée de la Saône, il ne craint désormais plus l'ombre portée par le prestigieux voisin.


Les marnes du Lias et du Trias ont permis l'épanouissement de cépages autochtones originaux particulièrement adaptés à ce type de sols, cépages que l'on ne retrouve nulle part ailleurs ou presque. Savagnin, poulsard (ou ploussard, peu importe, l'important, c'est d'en boire) et trousseau résistent bien au développement croissant du chardonnay et du pinot noir, cultivés aussi de longue date, mais vraisemblablement importés de Bourgogne.


La renommée du vin du Jura lui vient en grande partie de l'un de ses produits-phare, le vin jaune. Cet accident œnologique, élevé pendant 6 ans dans un fût en vidange, sous un voile de levures qui le protègent d'une transformation en vinaigre, en ménageant son oxydation, donne un vin hors norme que le néophyte ne sera pas toujours à même d'apprécier à sa juste valeur. Les arômes caractéristiques de noix qu'il dégage font souvent fuir l'amateur de vins non-initié, autant qu'ils attirent comme des mouches ceux qui sont rompus à la dégustation de ce breuvage.


Outre de grands vins, le Jura a également donné naissance à de grands hommes. Le plus célèbre d'entre eux est sans nul doute Louis Pasteur, qui a effectué une grande partie de ses travaux sur la fermentation alcoolique dans la petite ville d'Arbois. On ne le remerciera jamais assez d'avoir considéré le vin comme étant la plus saine et la plus hygiénique des boissons, mais on déplorera tout le mal causé aux fromages au lait cru par la pasteurisation. Le plus injustement méconnu des inventeurs jurassiens est sans conteste Charles Sauria, né à Saint-Lothain, dont l'éclairage fut plutôt bienvenu à l'intérieur des caves, une fois qu’il eût inventé l’allumette à friction.


Les vins du Jura sont fort justement considérés par les Jurassiens comme les meilleurs des vins produits au monde. »


Sans vouloir vanner ce cher Olif, le Louis Pasteur sa citation prenait en référence l’eau qui n’était guère potable à l’époque et que le vin lui doit beaucoup grâce à ses travaux sur la fermentation. Mais bon ? hormis ces remarques subalternes comment voulez-vous que je vous fasse un compte-rendu de ma dégustation des vins de Philippe Bornard sous l’œil du maître ? C’est comme si Marc Lévy donnait une conférence au Collège de France sous le contrôle de de notre dernier Prix Nobel de littérature en 2008 Jean-Marie Gustave Le Clézio. Impensable ! Un carnage, pire que la charge de la Brigade légère ou que celle des cuirassés Français à de Reichshoffen.

 

Que faire ?


Dire tout bêtement que, putain les vins du gars de Pupillin le Taulier il a sacrément apprécié, même le fameux Vin Jaune qu’il ne faut réduire à un vin d’initiés, dont certains ne sont pas des œnophiles mais plutôt des drosophiles, je décoconne bien sûr cher Olif, mais à un vin difficile, au sens contraire de ce que les mâles dominants nomment les femmes faciles. Bon je m’emmêle plus qu’il ne le faut les pinceaux alors pour me rattraper aux sarments je signale que samedi dernier au soir se tenait chez « En Vrac » un dîner à base de saucisses de Morteau au vin jaune et cancoillotte, pommes de terres fumantes, Comté... accompagnés de Vin jaune, Vin de voile et Savagnin ouillé... C’était 25 €, sans le vin. Olif n’a pas pu venir mais moi j’ai contemplé l’opulence de la cocotte jurassienne.


En-vrac-037.JPG

Un truc incontestable : les étiquettes de l’ami Philippe Bornard semblent être toujours les mêmes sauf qu’il y a un renard de gauche et un de droite selon la couleur mais le problème est toujours le même selon le point de vue de celui qui regarde ou de celui qui est regardé. Si vous n’avez rien compris ça n’est pas grave, je fais tout ce que je peux pour échapper à mes devoirs de dégustateur-imposteur. Le goupil est à gauche pour les blancs et à droite pour les rouges, ce qui  entre nous Philippe est un peu paradoxal sauf à ce que ce soit ma position face au rouquin qui comptât. Ouah, ouah… Je ne m’en sortirai pas.


J’ai donc dégusté dans l’ordre.


1-      La Chamade 2011 Arbois Pupillin Ploussard


En-vrac-026.JPG

 

2-     Le Ginglet 2010  Arbois Pupillin Trousseau


En-vrac-027.JPG

 

3-     Le Garde-corps 2009 Arbois Pupillin Trousseau (oublié de faire la photo).


arbois-pupillin-trousseau-2009-le-garde-corps-domaine-phili.jpg

 

4-     Les Chassagnes 2008 Côtes du Jura Savagnin ouillé


En-vrac-029.JPG

 

5-     Les Gaudrettes 2009 Côtes du Jura Chardonnay


En-vrac-028.JPG

 

6-     Vin de voile lieu-dit Les Marnes 2007 Côtes du Jura Savagnin


En-vrac-030.JPG

 

7-     Vin Jaune 2005 Arbois Pupillin


En-vrac-031.JPG

 

8-    Vin de France Vin de Pagaille


En-vrac-033.JPG

 

9-    Vin de table de France avec des bulles Ça va bien


En-vrac-032.JPG

 

Mes préférés : en rouge c’est très difficile à départager mais puisque dans ce foutu turbin faut toujours ramener sa science je mets un peu au-dessus des 2 autres le Garde-corps 2009. Mon coup de cœur je l’avoue c’est les Gaudrettes 2009 Côtes du Jura Chardonnay. Mention très bien. Mais la surprise vient du vin de voile Les Marnes 2007 Côtes du Jura Savagnin, j’ai vraiment beaucoup apprécié et j’ai aussi bien aimé le savagnin ouillé 2008 les Chassagnes. Quant au vin jaune, dire que je ferais Paris-Lons-le-Saunier retour à vélo pour aller en acheter une caisse que vous ne me croiriez pas ; mais pour autant je ne fuis pas, c’est un vrai must et je comprends très bien qu’il ait de grands adorateurs. Moi qui ne suis qu’un modeste buveur assis, donc avant tout un mangeur qui boit en mangeant il faudra qu’Olif me dresse une ordonnance en vue d’un bon mariage. Reste le vin des copains de Philippe son Ça va bien qui bulle, j’adore !


En-vrac-034.JPG

 

Je sais ma copie n’est pas très reluisante et Olif va écrire à l’encre rouge dans la marge : « un peu léger le Taulier » mais qui puis-je ? Sans doute écrire une chronique sur le Comté. Merci à Philippe Bornard pour son accueil, l’authenticité de ses vins, ben oui j’ai bu, et pour sûr que je vais, en dépit de mon côté cossard, explorer le Jura dès que le temps m’en saura donné. Pour l’heure je m’occupe encore de mes vaches mais bientôt l’heure de la retraite va sonner alors je vais me mettre à travailler.

 

Pour tenter d’amadouer l’intraitable terroiriste hédoniste jurassique je rappelle que Pasteur déclarait : « il y a plus de philosophie dans une bouteille de vin que dans tous les livres » en ajoutant « surtout dans les vins du Jura ». Pas mieux Olivier !


440_0_2636318_40522.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Denis 17/12/2012 03:13


Merci taulier de publiciser ce créateur merveilleux et authentique. IFromager-Affineur dans la plus grosse pomme du monde (New York), j'ai eu l'occasion de le faire déguster en compagnie des
meilleurs comtés du Fort des Rousses et du Fort Saint-Antoine aux amateurs et autres francophiles d'Outre-Atlantique.


NB: le comté est un fromage au lait cru, disponible dans tous les États des États-Unis.

Bourgogne Live 13/12/2012 10:39


Jacques,


 


puisque tu finis ton billet sur les vins du Jura avec Pasteur, je ne peux que recommander la manifestation des 14 et 15 décembre à Arbois "Louis Pasteur dans sa vigne"


 


Louis Pasteur dans sa
vigne, expositions et conférénces sur le père de l’oenologie moderne les 14-15 décembre à Arbois


 


François

Corinne LOPPIN ROCH 13/12/2012 09:15


Merci le taulier, je suis ravie que grace à Corinne Loppin Roch, la Marquise de Pupillin, vous avez pu mieux connaitre le Jura et merci pour la superbe photo de mon
plat Saucisses et Pomme de terre cuites dans le Vin Jaune

Luc Charlier 13/12/2012 08:20


Une intervention injuste et sans aucune modération de ma part, Jacques, pour une fois.


D’une part, je suis un INCONDITIONEL des blancs du Jura, tous les bons blancs du Jura (Arbois, C Jura, Pupillin, Etoile, Chalon, m’en
tape, y’a du bon partout), en savagnin comme en chardonnay.


Mais leurs rouges ..... Bon d’accord, en vin de paille, ça va. Tu te compliques la vie en reprenant l’orthographe arboisienne ou
pupillinesque : ploussard. Poulsard, c’est plus facile, surtout à quartz et trousseau, c’est trousseau. Au mieux, cela fait des petits clarets légers et primesautiers, au pire, des petits
clarets aigres qui servent à nettoyer les machines à café électriques.


Même le grand Jacques Tissot a passé une soirée entière, chez lui, avec son adorable fille et son gendre vinaigrier, à essayer de me
convertir aux rouges de là-bas. Peine perdue. Par contre, même leurs vieux chardonnays, quel délice !


Tu vois, ce post est biaisé, malhonnête et il ne faut pas me croire : faute avouée est à moitié pardonnée. Conclusion : de
tous les vins au sotolon du monde, le Jaune est celui qui dans nos coeurs fait que la joie abonde !

stan 13/12/2012 07:38


Sympa le reportage ! il faudra que je goute ce petillant , vous m'avez séduit !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents