Lundi 19 octobre 2009 1 19 /10 /Oct /2009 00:03

 

Oui   chers lecteurs, tout arrive à qui sait attendre, Périco Légasse et moi, pour une fois, nous nous  accordons, et de belle manière, sur les vins et plus particulièrement le grand blanc de « mourredon ». Le mont-rond sur le plateau qui surplombe Châteauneuf-du-Pape, c’est le château Mont-Redon où Jean Abeille et Didier Fabre œuvrent pour nous proposer une palette de vins que je qualifierais de vins de gentlemen, d’une élégance sobre, sans être austères, dépourvus d’afféterie, précis et raffinés, loin de l’ostentation propre à l’air du temps, étonnamment modernes, « gorgés de fruit et de fraîcheur » comme le note Périco pour le blanc 2007, alors qu’ils ne sacrifient en rien aux modes. En effet, les hommes de Mont-Redon font, ce qui peut paraître une évidence alors que ce n’en est pas une, à chaque millésime, le vin du Château Mont-Redon pour chacune de leurs appellations (Chateauneuf-du-Pape, Lirac, Côtes de Provence, Côtes-du-rhône) : une cuvée par couleur. Choix courageux, assumé, face à « l’impérialisme » de ce cher Bob Parker qui n’aime rien tant que les cuvées « dé à coudre ».  

                                    
Sans vouloir taquiner mon éminent et très médiatique « confrère » je crois que je l’ai précédé dans mon amour pour le Châteauneuf blanc du Château-Mont-Redon. Je m’explique. Un beau matin de fin de siècle, adoubé par une missive ministérielle, j’ai débarqué au volant de la petite auto de la DDAF du Vaucluse, à Dallas, pardon dans le charmant village de Châteauneuf-du-Pape « gouverné » d’une poigne de fer par un maire au nom prédestiné, pour tenter d’y ramener la paix. Le terrain était miné : un POS très orienté, une déviation bizarre, des scuds entre les 2 syndicats, des histoires autour de la bouteille écussonnée, j’en passe pour ne pas vous lasser. Plein de gens importants, dont une Garde des Sceaux qui lorgnait sur la cité des Papes, il fallait que je fasse gaffe. Alors, qu’ai-je  fait pour ne pas me retrouver à faire la manche sur les trottoirs du festival d’Avignon ? J’ai d’abord écrit une missive à chacun des vignerons pour leur proposer de me rencontrer pour tailler une bavette ; puis je me suis enfermé dans les locaux de l’INAO d’Avignon pour me plonger dans les archives de l’appellation chère au BARON PIERRE LE ROY DE BOISEAUMARIE. Ensuite ce fut une histoire pleine de surprises et de rebondissements mais c’est dans ce contexte « agité » que je suis allé rencontrer Jean Abeille au Château Mont-Redon.


La fonction de médiateur public a des exigences particulières où il faut, bien sûr,  ne pas prendre parti pour ou contre l’une des parties tout en préconisant un compromis le plus proche possible de l’intérêt général. Pour ce faire il est nécessaire de s’appuyer sur des hommes droits qui avancent et tenter d’éviter les hommes courbes qui se défilent. Sans conteste, dès notre premier contact, je rangeais Jean Abeille dans la première catégorie. L’homme a des angles, des convictions, mais surtout une ligne de conduite lisible : celle d’un vigneron toujours en recherche, précis, perfectionniste qui ne se paye pas de mots. Que n’avais-je entendu comme « horreurs » sur le terroir urgoniens, le 3ième de Châteauneuf après les fameux galets roulés du haut et les sables du bas, et, avec lui, je découvrais un vignoble planté sur des urgoniens respectueux de son environnement, mené avec intelligence, qui donnait naissance, à mon humble avis, à l’un des très grand Châteauneuf-du-Pape blanc.


Pour autant Jean Abeille ne tire pas la couverture à lui, l’œuvre est commune avec Didier Fabre que je connais moins bien – c’est pour cela que ma plume reste discrète à son propos – et il a donné beaucoup de son temps au collectif de l’appellation avec Jérôme Quiot, Alain Jaume et le regretté Paul Avril. De plus, et c’est important dans les entreprises familiales, la transmission générationnelle est sur les rails avec Pierre Fabre qui est le jeune vinificateur et éleveur des différents domaines, Yann Abeille qui, après 2 années passées en Australie et Nouvelle-Zélande, s’occupe de la partie culture et parc matériel. Pendant ce temps-là Christine Fabre travaille à Paris pour O.Bertrand distribution, Jérôme Abeille circule dans les USA en tant que VIE pour le compte de 4 caves et Patrick Abeille se forme à l’INSEC de Bordeaux.


À tous ceux, financiers de hedges funds et rentiers des fonds de pension, qui n’ont à la bouche que le fameux concept de création de valeur alors qu’ils passent leur temps à la détruire je dis venez donc salir vos escarpins dans ces petits morceaux de France où des hommes entreprenant en créant, eux, de la valeur, la fixent au sol, générant de l’emploi et de l’activité réelle se traduisant dans les chiffres de notre balance commerciale. À tous ceux aussi qui, crise aidant, trouvent commode de ne voir que ce qu’ils ont envie de voir en rêvant d’un monde englouti, j’écris que le dynamisme de nos territoires ruraux passe aussi par des « modèles » Château Mont-Redon.

Et oui 170 ha d’un seul tenant dont 100 en vignes sur les trois terroirs de Châteauneuf : 60 dans la partie haute des galets roulés avec ses cépages puissants qui donnent au vin sa charpente, 20 dans les sables dont les cépages syrah, cinsault, mourvèdre confèrent au vin ses saveurs de fruits rouges et 20 sur les urgoniens ces cailloux calcaires qui, avec un cocktail de 40% de grenache, 20% de Clairette, 20% de Bourboulenc, 10% de Roussane et 10% de Picpoul, offrent à Périco et à votre serviteur leur grand blanc. Avec une telle diversité, une telle palette de terroirs, des volumes significatifs, chaque millésime du Château Mont-Redon peut toucher bien plus qu’un petit cercle d’initiés fortunés. Beaucoup d’amateurs peuvent ainsi inscrire sur leurs tablettes de superbes vins de Châteauneuf  sans pour autant casser leurs tirelires. Cet aspect des choses, trop souvent négligé par les faiseurs de guide, de l’accessibilité par le plus grand nombre aux grands vins, est capital pour l’avenir du vin dans notre pays.


Mais Mont-Redon ne s’est pas fait en un jour. Lorsqu’Henri Plantin hérite en 1923, de 2,5 ha de vignes en 12 parcelles sur une zone boisée qu’il va défricher avec des treuils à vapeur achetés aux stocks américains pour être le premier à y planter des vignes, rien n’est évident. Travail de pionnier, cette ténacité et cette clairvoyance que l’on retrouve encore dans le travail de Jean Abeille et de Didier Fabre est comme une empreinte génétique marquant l’esprit Château Mont-Redon. Dans un temps où beaucoup se préoccupent, à juste raison, des questions d’environnement je suis admiratif du travail d’horloger mené sur ce beau terroir. Précision, réflexion, souci des grands équilibres, la démarche est pensée et se traduit par exemple dans le traitement des effluents : domestiques (le château reçoit 25 000 visiteurs par an), de cave, des phytosanitaires, totalement autonome. Remarquable ! À voir par tous ceux qui se contentent de blablater. Un détail, qui n’en est pas un, sur l’absolue nécessité de protéger la santé des travailleurs de la vigne, à Mont-Redon c’est une réalité vérifiable dans les procédures mises en place pour éviter le contact. De même les bâtiments HQE (haute qualité environnementale, tout est recyclable) témoignent de ce souci du durable. Je sais que certains vont m’accuser d’une forme d’hagiographie mais si le monde de la vigne et du vin désire, face aux attaques dont il fait l’objet, au lieu de brailler, apporter du concret en réponse, seules des démarches comme celles-ci sont en capacité de convaincre.


J’ai encore tant de chose à écrire sur le surgreffage, dans la partie Côtes du Rhône, des vieux ceps de Carignan avec de la Counoise afin de s’adapter aux nouvelles conditions climatiques ; sur les nouvelles tables de tri visioniques expérimentées cette année ; sur l’avenir du secteur qui préoccupe Jean Abeille et Didier Fabre... mais il est temps de conclure. Je vais le faire en évoquant le père de Jean Abeille qui a quitté sa confortable fonction d’Inspecteur Général des Eaux et des Forêts pour l’aventure du Château Mont-Redon car, dans un temps où la transmission héréditaire de charges publiques revient au goût du jour, il me semble qu’il est important de distinguer ceux qui se contentent d’hériter et ceux qui créent. Mon cœur tout autant que ma raison penchent pour ces derniers ; pour les autres je me dis dans ma petite Ford intérieure qu'à 23 ans j’étais Docteur en Droit Public et... j’ai construit ma vie...  



                                                                                                 

 


Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Articles récents

Liste complète

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés