Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 00:09

Louis Remaud, dit petit Louis, notre boulanger, le père de mes amis d’enfance les 3 frères Remaud et leur  sœur Geneviève, le mari de Madeleine la meilleure amie de maman, lorsqu’il faisait ses tournées de pain dans les métairies d’abord avec sa C4 puis sa Peugeot 403 break, lorsque venait l’automne, le temps des champignons, savait faire des haltes, en des lieux connus seuls de lui, pour ramasser des cèpes. Qu’ils étaient beaux ses cèpes ! Dodus du pied, aériens du chapeau, irisés d’un dégradé d’orangé virant sur le brun. Cueillette discrète, respectueuse, écologique dirait-on maintenant, loin de la prédation des ramasseurs du dimanche, toute une philosophie du champignon, le sens du durable.


photo436.JPG

 

En écrivant ces lignes je ne suis pas en train de badigeonner le passé avec les couleurs « du c’était mieux avant » mais tout bêtement d’évoquer un temps où la main invisible l’était tellement que les gens de peu, les gens ordinaires, savaient que le prélèvement sur la nature se devait d’être raisonnable. Elle était dure la nature pour les gens de la terre, ils la subissaient, en souffraient mais ils composaient avec elle.


Je viens d’acquérir un petit livre co-écrit par Tony Saccucci un romain professeur de philosophie et Carmelo Chiaramonte  qui vit en Sicile, chercheur en gastronomie, « Petite philosophie du  champignon » chez Balland 12,90€.


photo437.JPG

 

« Cachée derrière la recherche du champignon, il y a la recherche du secret de la vie. »


Ce livre n’est pas un guide mais un traité jubilatoire sur la raison qui nous pousse à aller aux champignons.


Le roi Boletus y règne en maître bien sûr.


Je vous propose pour vous appâter à cette joyeuse champignonnade de l’esprit un extrait qui est le chapitre qui clôt la première partie écrite par le philosophe Tony Saccucci.


« Aller aux champignons n’est pas un sport, ni un hobby, ni un passe-temps, ni une fuite. Aller aux champignons est une exigence de l’esprit. C’est une idée nécessaire de la raison, un irrépressible sentiment du cœur. Un appel ancestral. Un mantra, une prière non récitée.


En un mot, je pourrais dire qu’il s’agit  d’un rite, voire d’un rite païen.


Le chercheur passionné est pris au piège d’un monde à part, qui lui appartient, et qui est totalement hermétique à ceux qui ne sont pas « du métier ».Il s’agit d’une expérience qui demeure muette aux oreilles des non-chercheurs. C’est un peu comme la poésie : un esprit prosaïque n’y aperçoit qu’une suite de mots, sans aucun sens. S’immerger dans le langage poétique, c’est donner du sens, créer des mondes parallèles, solides, réels. Il en va de même avec le champignon : il crée une vie authentique, sensée, rassurante. [….]


L’univers des champignons en général et des cèpes en particulier est beau. Puisque la beauté se veut universelle, elle réclame de toute l’espèce humaine, et pas seulement des chercheurs, qu’elle reconnaisse la beauté des champignons, hors de tout intérêt ou raison rationnelle. Il s’agit d’une demande intime et urgente. Les champignons ne sont pas beaux parce qu’ils sont bons. Non, les cèpes sont beaux et c’est tout ; en plus ils sont bons.


Lorsqu’on se promène dans un bois et que, soudain, Il apparaît, notre univers s’amplifie, notre humeur change. La découverte d’un cèpe pourrait être considérée comme un antidépresseur naturel, qui devrait être prescrit à la place des produits pharmaceutiques. »


Cette champignonthérapie devrait plaire devrait plaire au sieur Pousson.

.

Reste que, geste prémonitoire, avant d’acheter« Petite philosophie du  champignon » j’ai au déjeuner mangé une fricassée de cèpes chez Camdeborde arrosée d’une Mondeuse de Jongieux 73170 : qui c'est ?

 

Excellent !


photo438.JPGphoto439.JPGphoto440.JPG

 

La suite de cette chronique dans quelques jours avec « les deux lois du cèpe »  suivies par Carmelo Chiaramonte  « afin de respecter le parfum de ces fleurs spongieuses et muettes »


Capital comme aurait dit Karl !

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

papegay 28/10/2013 15:13


MERCI, MERCI pour vos acclamations!!!


en tout , ça fait plaisir de voir de belles maisons et de belles appéllations présentes sur les cartes de restos parisiens ou on se régale .(de champignon!)


la preuve que nos vins de savoie ne se retrouve pas uniquement en hyper et supermarchés en opération raclette . Arvi pas a la revoyure .et encore merci pour ces échanges.

Michel Smith 28/10/2013 14:40


Bravo le Papet ! ;-)

papegay 28/10/2013 11:36


bonjour.


mondeuse : qui c'est ???. chevalier bernard , leur style d'étiquette est plus moderne , je penche plus d'abord sur un plus " vieux " millésime , et vers des maisons comme carrel,barlet ou
dupasquier voir une étiquette du syndicat cru jongieux .


ps grand ciel bleu en savoie , température de ouf par rapport au déluge d'eau d'hier . le papet

JACQUES BERTHOMEAU 28/10/2013 12:53



http://www.vigneron-independant-savoie-bugey.com/FR/index.php?P=fiche_adherent&R=adherents&adherent=12



Michel Smith 28/10/2013 10:06


Ça, c'est de Jongieux... Chevallier-Bernard ? Ou Cave du Prieuré ?

JACQUES BERTHOMEAU 28/10/2013 12:53



DOMAINE DUPASQUIER http://www.vigneron-independant-savoie-bugey.com/FR/index.php?P=fiche_adherent&R=adherents&adherent=12



Michelle Didio 28/10/2013 08:48


Une recette de champignons tirée du
livre de RECETTES D'UN PETIT VILLAGE EN LANGUEDOC (3ème édition) Recettes collectées par Denis Cristol auprès de ces dames de Saint Xrist / Edition FLEURINES

LA TARTE AUX CHAMPIGNONS
d'Hélène

A la fin des grosses chaleurs de
l'été, les gros orages se déclenchent. Compter 15 jours à 3 semaines, se munir de son panier à champignons et de son couteau pointu, puis se diriger vers les coins
secrets de la forêt où poussent les précieux champignons.

Ingrédients
pâte feuilletée
cèpes, échalotes,
huile d'olive
crème fraîche
gruyère
sel, poivre

Faire dorer les échalotes à l'huile d'olive, les mettre de côté. 
Dans la même huile mettre les cèpes coupés en menus morceaux. Les faire dorer jusqu'à l'eau soit bien évaporée de la poêle. Mélanger avec les échalotes. Placer sur la pâte feuilletée. Ajouter de
la crème fraîche et du gruyère, place au four thermostat 7 et surveiller pendant 30 à 40 minutes.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents