Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 11:00

photo336.JPG

 

Même le petit Nicolas s’y est risqué, sans être moqueur dire que ça lui allait serait faire preuve de courtisanerie comme sait si bien le faire la Nadine, pas de Rothschild évidemment. La barbe de trois jours fait fureur... Antoine de Caunes, Carl Icahn, Justin Timberlake... chaque semaine, elle compte de nouveaux adeptes. Votre Taulier, lui, l’a adoptée depuis belle lurette.

 

Pourquoi ?

 

Pour faire le beau rétorqueront ses détracteurs !

 

La réponse est bien plus prosaïque : j’ai toujours détesté me raser.

 

Jamais je n’ai pratiqué le coupe-chou, cher à mon pépé Louis, me repliant sur le rasoir à lame. Seule analogie avec pépé Louis le blaireau et la mousse à raser. Comme nous les mâles nous nous rasons plutôt le matin c’est souvent un exercice à haut risque, même avec le recours à la pierre d’alun les micros-coupures sont souvent au rendez-vous. Bref, très vite j’ai jeté l’éponge et rangé mes lames Gillette, sauf lorsque je me suis converti pendnat un temps à la moustache.

 

Vous allez me dire que vous n’en avez rien à cirer de mes histoires pileuses sauf que la mode de la barbe de trois jours une véritable plaie pour les fabricants de rasoirs et de lames. Je l’ai lu dans le journal le Monde.

 

Entre la crise et cette mode, les ventes baissent actuellement de près de 4 % par an en volume, et de 1 % en valeur, selon les relevés effectués par le cabinet d'études Nielsen.

 

Numéro un en France, avec sa marque Gillette, Procter & Gamble est directement touché. «  Nous gagnons du terrain, et notre part de marché en valeur dépasse désormais 70 %, note Loïc Tassel, le patron de Procter en France. Mais nous devons faire des efforts herculéens pour que nos ventes ne baissent pas, et le résultat reste un peu inférieur à nos objectifs. »

 

Après vous avoir rasé je vais vous montrer par l’image que je suis totalement dévoué à la cause du vin, en l’occurrence ici à celui produit et élevé en Bourgogne au travers de la nouvelle génération :


Sylvain PATAILLE de Marsannay et Francine PICARD  « Au pied du Mont Chauve »

 

 

Le premier, c’est l’ordre chronologique, est venu nous rencontrer au restaurant Les Climats 41 rue de Lille link

 

 

La seconde nous a présenté ses vins, sous les auspices de notre irremplaçable Annie, en un lieu proche de là où nos représentants font la loi.

 

 

Pour l’heure, avant de me rendre dans leurs vignes pour mieux leur tirer le portrait, je vous présente en photos (parfois floues mais il est difficile de tenir son verre et de faire une photo) les vins que j’ai dégusté, façon de parler il ne faut pas que je me pousse ducol, c’est du bon, même du très bon. Vous pouvez me faire confiance les yeux fermés : à l’aveugle quoi !


 

À bientôt sur mes lignes et, pour changer, tout en cultivant l’esprit de notre Roger national « haute soif ! »

 

 

Sylvain PATAILLE 6 rue Roger Salengro F-21300 CHENOVE tél. +33 (0)3 80 51 17 35 domaine.sylvain.pataille@wanadoo.fr


photo326.JPGphoto327.JPG

 photo329.JPGphoto340.JPGphoto341.JPG

 

Francine PICARD Au pied du Mont-Chauve 5 chemin du Château

21190 Chassagne-Montrachet

+33 6 74 82 34 82 francine.picard@domainesfamillespicard.com


photo330.JPGphoto331.JPG

photo332.JPGphoto333.JPGphoto334.JPGphoto335.JPG

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...
  • Des chocolats pour le directeur, et un ascenseur pour... Par Slawomir Mrozek
    Une couverture illustrée par un dessin de CHAVAL. « Des chocolats pour le directeur, comme son titre l'indique, est un petit cadeau à déguster : cet ensemble de courtes nouvelles, composées pour la plupart dans les années 1960, paraît à l'occasion des...