Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 00:09

Lorsque je suis arrivé au siège de la SVF en 1986, à la direction des achats, je découvris avec surprise que nous avions un établissement à Lorient. Bien sûr, comme le note un article que je vais citer, « Pour la petite histoire les vins d'Algérie ont aussi  fait la fortune des négociants de Quimper qui  les commercialisaient sous la marque Sénéclauze... Comme Margnat à  Lorient, ces vins, les moins chers et les plus forts  du marché  (13 °), se diffusaient dans tous les bistrots et les épiceries de la Bretagne en bouteilles étoilées (qui étaient consignées) ...

Ils ont largement contribués à l'alcoolisme local ! »


1963363_13696319-0601lorient-20130103-j125h.jpg

Le Télégramme - Loisirs - L'âge d'or du port de Lorient

 

Nous avions hérité, dans l’immense portefeuille de marques  accumulées par Paul Crémieux à la SVF, de Margnat, le fameux velours de l’estomac.


Mais ce que j’ignorais c’est que Lorient fut l’un des plus gros ports pinardier de France pendant plusieurs décennies.


« On connaissait la route des Indes et ses épices. On sait moins que la « Saga du gros rouge » a marqué un demi-siècle de la vie du port de Lorient à travers son commerce avec l'Afrique du Nord.


L'histoire des vins d'Algérie sur Kergroise est indissociablement liée à une profession commerciale aujourd'hui disparue. Dès 1926, le maire de Lorient souligne que : « notre port qui est surtout charbonnier deviendra nécessairement le grand entrepôt des vins et des phosphates d'Algérie ».


1934 est le début d'une ligne régulière et florissante avec l'Algérois et l'Oranie, ce qui permet d'alimenter les nombreux grossistes en vins du Morbihan et du Finistère et indirectement les nombreux cafés et débits de boissons. Le vin algérien est fort apprécié des Bretons, par toutes les classes de la population.


Kergroise va vivre les « Dix Glorieuses ».


1952 : 196 000 hectos – 1962 : 393 240 hectos

.

La filière va vivre dix années euphoriques pour : les entreprises de transit, les pinardiers, les négociants Morbihannais (les vins Margnat, Courset…)


A Lanester  les vins Arciabia, l'un des fournisseurs bretons, le patron avait fait faire une cuvée spéciale lors de sa dernière livraison de vins d'Algérie, qu'il avait  intitulé « Les larmes de Bugeaud ». Ce vin fut  embouteillé, fait rare, sur les entrepôts du bord du Scorff, et sur l'étiquette, on pouvait voir des passagers descendre la passerelle d'un bateau avec une valise dans chaque main... (Sa petite fille qui tenait encore cette cave il y a 5 ou 6 ans, m'avait montré cette étiquette, dont elle n'avait plus qu'un exemplaire, et qu'elle gardait précieusement en souvenir de  son grand-père)... Elle m'avait montré aussi des photos où la vingtaine de camions  Arciabia attendait  à la queue leu-leu, quelquefois une journée, l'arrivée du pinardier sur les quais de Kergroise.


L’ensemble de l’article ICI link

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Aredius 08/10/2014 11:49


Il faudrait nous faire un papier sur le "Père Julien", un vin bien connu à Nantes, un vin "européen".


Et aussi sur la "Cuvée des patriotes" des Québécois


Quant à Bugeaud, n'oublions pas qu'il fut le créateur des comices agricoles.


http://lefenetrou.blogspot.fr/2013/01/bugeaud-jean-pierre-bois-fayard.html

Luc Charlier 07/10/2014 19:09


"Allons à Messine, pêcher la sardine


Allons à Lorient, siffler du p'tit blanc !" 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents