Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 00:09

88837263_p.jpg

 

J’ai vécu pendant quelques années à la Roche-sur-Yon où j’enseignais au lycée agricole des Établières tout en terminant mes études de Droit. Le fleuron industriel du chef-lieu c’était son usine Brandt qui fabriquait alors des lave-linge, des machines à laver disait-on sous la marque Vedette. Depuis j’ai toujours été fidèle à cette marque toujours fabriquée à la Roche-sur-Yon. Ça peut paraître un peu con mais je ne vois pas d’autres moyens pour garantir l’emploi.


Dans la grande vague actuelle de déroute industrielle la nouvelle attendue est tombée « Fagor-Brandt, filiale française du groupe espagnol Fagor, a annoncé mercredi 6 novembre être en cessation. Le fabricant d'électroménager va "déposer une cessation de paiements avec placement de l'entreprise sous protection judiciaire", a déclaré Thierry Léonard, son directeur général. link »


201345_fagor_france.png

 

Brandt qui s’était ?


brandt03.jpg

 

Edgar William Brandt était un ferronnier d'art et industriel de l'armement, français d'origine alsacienne, né à Paris le 24 décembre 1880 et mort à Collonge-Bellerive le 8 mai 1960.


« En 1921, il s'installe à l'angle de la rue Erlanger et du boulevard Murat, toujours dans le 16e arrondissement. Construit par « son collaborateur et ami » l'architecte Henri Favier, l'immeuble abrite son habitation et ses bureaux. Il existe toujours, mais il a été modifié et il s'intègre aujourd'hui dans un ensemble plus vaste, siège de la société Thomson-CSF, « héritière » de la société Hotchkiss-Brandt. Au sein de ses établissements de fabrication d'armements légers, Brandt fonde en 1924 la marque d'appareils électroménagers Brandt. »link


Qui a tué Vedette, Brandt et les autres géants du blanc link


Fagor-Brandt, le drame de l’économie-sandwich link

 

Et la « Mère Denis » dans tout ça ?

 

Les petites louves et les petits loups qui ignorent presque tout de Jeanne Marie Le Calvé « la Mère Denis »  sixième enfant d'une famille de paysans bretons, née le 9 novembre 1893 à Neulliac, Morbihan.  Mariée à dix-sept ans avec Yves Marie Denis, elle quitte la Bretagne pour la Normandie où  pendant vingt-sept ans elle sera garde-barrière sur la ligne Carentan-Carteret. Après son divorce, de 1944 à 1963, elle sera lavandière au lavoir de la Gerfleur  village du Tôt à Barneville-sur-Mer.


Et pourtant en 1982, « la Mère Denis » est connue par plus de 80 % des Français, et la marque Vedette est en deuxième position sur le marché.


Sa notoriété elle la doit son voisin et ami, Pierre Baton, publicitaire, qui propose à Bernard Miliotis PDG et fondateur de la marque Vedette qu’elle devienne La Mère Denis alors qu’elle est âgée de 79 ans. La campagne est à contre-courant mais son rire et son accent, ses « C'est ben vrai ça ! » et « Ça c'est vrai ça ! » lui valent une notoriété internationale.


En 1976 elle participe à l'émission Apostrophes et elle est désignée par Paris Match comme personnalité la plus marquante de l‘année


En 1983 un sociologue Matt Le Bihan publie « De l'utilisation de la classe ouvrière dans la publicité » préfacé par Jacques Séguéla. Le Bihan y dénonçait les abus des multinationales. La marque Vedette s’engagea à verser une rente viagère à la Mère Denis, qui la mit à l’abri du besoin: et elle put ainsi terminer sa vie dans une maison de retraite proche de Pont-l'Évêque (Calvados). La « Mère Denis » nous a quitté le 17 janvier 1989 à 12 h 45, au 9 de la rue de Brossard à Pont-l'Évêque, à l'âge de 95 ans, faisant la une des journaux télévisés. Elle repose au cimetière de Saint-Hymer dans le Calvados.


Brandt c’est fini, ou presque, la marque Vedette ne sera peut-être pas enterrée mais elle sera apposée sur des produits fabriqués ailleurs. Ils sont même capables de ressusciter « la mère Denis » pour nous leurrer. Au lieu de pleurer sur les décombres allez donc vérifier la marque de votre machine à laver ça vous évitera de verser des larmes de crocodile et de dire que c’est la faute à…


photo490.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Alain Miliotis 31/07/2015 20:34

Monsieur,

Vous transmettez une information erronée.
Le fondateur de la marque VEDETTE était Monsieur JOSEPH MILIOTIS, père de trois enfants
Bernard, Jean-Michel et Alain.
Je vous remercie de bien vouloir en prendre note.

Salutations distinguées;

Rocky 10/11/2013 00:47


L'usine de La Roche sur Yon, c'était surtout au départ Atlantic, "la machine à bien laver".


Mais ils faisaient aussi Brandt, Nogamatic, Thomson, et j'en oublie..


Je me souviens avoir vu dans l'usine au début des années 70 toute la collection des insignes métalliques des différentes marques qu'on apposait sur les machines en sortie de chaîne.
A l'époque, l'usine employait entre deux et trois mille personnes.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents