Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 16:00

AVTRoger-Nimier_794.jpgÉric Neuhoff écrit « À la première page des Épées*, le jeune héros se masturbe sur une photo de Marlène Dietrich. Par la suite, Sanders s’engagera dans la milice. On voit où mène l’amour des comédiennes germaniques. Nimier provoque. Dans la vie, il lui arrive de porter un gilet qui arbore d’un côté des croix gammées, de l’autre des croix de Lorraine. Invité dans des dîners, il pisse dans le piano de la maîtresse de maison, ce qui avait le don de produire des fausses notes. Une légende tenace rapporte qu’une nuit, il fit cuire des œufs sur la flamme du soldat inconnu. « Je ne veux pas qu’une seule minute me serve à quelque chose. »

 

1952, une éternité pour ceux qui ne vivent qu’à la nanoseconde, Bernard Franck, dans les Temps Modernes d’un dénommé Sartre, fourrait dans le même sac : Roger Nimier, Antoine Blondin, Michel Déon et Jacques Laurent, en leur collant l’étiquette de « Hussards ». Que des mecs de droite donc, en un temps où il était du plus grand chic d’être un compagnon de route des communistes, eux se disaient vaguement monarchistes et « des nuages de Maurras flottaient au-dessus de leurs têtes. » Ces messieurs carburaient au champagne, adoraient les cabriolets – Nimier roulait en Aston-Martin – et les jolies filles, se coucher à l’aube, parfois faire le coup de poing. « La vie qu’est-ce que c’est ? Une invention des adultes. La société est prévisible, assommante, anonyme. Il faut s’en échapper. Pour cela, il y a les livres, les bars et l’amitié. Il valait mieux, oui, boire avec Chanel un vin blanc pétillant de Neufchâtel, cultive le canular et la nostalgie, suivre le Tournoi des 5 Nations, raconter aux demoiselles qu’elles étaient des héroïnes de Stendhal… » Nimier donnera sa définition du Hussard « Militaire du genre rêveur qui prend la vie par la douceur et les femmes par la violence. »

 

Le 28 septembre 1962, se tue dans un accident de voiture au volant de son Aston Martin DB4 sur l'autoroute de l'Ouest. Le Journal du Dimanche du 30 septembre 1962 écrivait : « L’écrivain Roger Nimier s’est tué vendredi soir en voiture, à l’âge de 36 ans, sur l’autoroute de l’ouest. Dans son Aston Martin qui s’est écrasée à très grande vitesse sur le parapet du pont qui enjambe le carrefour des RN 307 et 311, à la Celle Saint Cloud, avait pris place la jeune romancière Sunsiaré de Larcône, 27 ans, qui est morte elle aussi. La voiture, qui roulait à plus de 150 à l’heure en direction de la province, se trouvait sur la gauche de la chaussée, lorsqu’elle vira brusquement à droite en amorçant un «freinage à mort». Elle faucha sept énormes bornes de béton avant d’aller s’écraser contre le parapet du pont... Nimier avait eu déjà une Jaguar et une Delahaye. Ses voitures étaient ses jouets préférés. Il en parlait longuement. Il écrivait à leur propos. Dans un de ses livres, il décrit un accident d’auto… »

 

Morand ne s’en  remettra pas « Nimier, c’était le printemps que je regardais pour la dernière fois. »

 

Comme l’écrit Neuhoff « leur désinvolture réclame une attention de tous les instants. Évidemment qu’ils ne consacraient pas leurs journées aux cocktails et aux matches de rugby. Magnums de Bollinger à la main et pied au plancher, du pittoresque à la légende, il n’y a qu’un pas. Il est vite franchi. »

 

Alors pourquoi diable cette soudaine plongée dans un monde englouti ? Pour délasser ma plume qui a décidé de ne plus s’affuter face aux postures de ceux qui se voudraient les héritiers de Nimier et  qui n’en n’ont que les Richelieu bien lustrées et des plis au bas de leur futal plutôt bien coupé…

 

Voilà un pluriel bien singulier !

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

serge ANSELME 14/01/2012 18:54


Bonsoir,


Je lis pratiquement quotidiennement votre blog et en partage très souvent les idées. J'admire votre constance. Je vous souhaite une bonne année 2012 qu'il nous reste à vivre dignement dans
l'incertain comme l'écrivait Chardonne.


Serge Anselme 


 

JACQUES BERTHOMEAU 14/01/2012 19:00



Merci et bonne et heureuse année 2012 à vous et à ceux qui vous sont chers...



Luc Charlier 13/01/2012 18:31


Bien joli texte, Taulier. Mais, même en le relisant, je ne sais tjs pas si tu admires ou méprises le personnage. Tu vas peut-être
répondre qu’entre ces deux extrêmes, il y a de la place pour un peu de nuance. Sans doute. Moi, je déteste le pragmatique absolu mais le futile total m’agace.


Et il a quand même tué une gamine (27 ans) et réduit en bouillie une mécanique de qualité sur ce fameux pont. Ce dernier point est
moins grave que le premier. Quand à « prendre les femmes par la violence », je trouve que cela mérite deux petites incisions du scrotum, avec anesthésie et une suture bien propre pour
terminer, sans rien laisser derrière !

JACQUES BERTHOMEAU 13/01/2012 21:02



Ni admiration, ni mépris, mais quite à avoir des adversaires je les préfère avec du panache et pas seulement un look comme qui tu sais...



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents