Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 08:49

telechargement--5-.jpg

 

Ce matin je donne un carton rouge à Christie’s pour son mépris à l’égard de tout ce qui n’est pas porteur de pognon pour la manière scandaleuse dont elle nous a fait entasser dans une tribune bétaillère à la Vente des Hospices de Beaune. Pire que le métro aux heures de pointe avec en bonus une flopée de gros bras dignes d’une milice privée, bravo les gars pour une vente de charité c’est tout à fait conseillé. La presse, pire la presse du vin, ils s’en foutent, ils s’en moquent et, après tout, sans doute sont-ils dans le vrai mais moi qui ne suis qu’un petit blogueur de m… je ne vois pas ce que j’irais faire dans une manifestation qui nous traite ainsi : pas de Wifi, aucune visibilité, sono rachitique, ce n’est même pas un carton rouge que je leur décerne mais une radiation définitive.

 

On ne m’y reprendra plus, fini le côté bon enfant sympathique qui régnait auparavant, plus possible d’approcher qui que ce soit, ambiance glaciale loin des envolées de Lucchini, l’ordre règne dans la Halle de Beaune. À terme, je ne vois pas pourquoi les enchérisseurs feraient le déplacement : vive la dématérialisation ! Je me doute que vous vous en fichez comme de votre première chemise, et vous avez raison, mais le fossé se creuse entre la fête populaire dans les rues de Beaune et le bocal de la Halle géré par Christie’s pour son propre compte et le plus grand bénéfice de son image internationale.

 

Question : Michel Bettane, depuis combien de temps suivez-vous la vente et que pensez-vous de l'évolution des dernières années ?

 
"Je viens depuis 30 ans environ. La vente est plus aseptisée, plus policée, mais elle est aussi devenue extrêmement ennuyeuse. Il n'y a plus le crieur, plus les enchères à la chandelle, les noms des acheteurs ne sont plus donnés dans la salle. C'est sans aucun doute plus professionnel, plus efficace, mais c'est beaucoup moins bourguignon qu'avant. Et puis je n'aime pas ce principe des acheteurs au téléphone, en ligne avec les gens de chez Christie's. Ces acheteurs existent-ils vraiment toujours ? Sont-ils parfois utilisés opportunément pour faire monter les cours ? J'ai des doutes."

 

in Bourgogne Aujourd’hui link

 

Reste heureusement la conférence de presse, salle des pôvres, mais là encore si ce n’est plus LF Latour qui nous livre son analyse du marché je ne suis plus bien sûr de l’intérêt qu’il y aurait à y aller. Tout ça n’engage que moi bien sûr ! Pour cette année j’y reviendrai dans une prochaine chronique sur le niveau des prix des vins de Bourgogne.


thumb.png

 

Plus « sérieux » est l’accession à la première marche du podium du Top 100 du Wine Spectator d’un vin espagnol Imperial Rioja Gran Reserva 2004 95 POINTS  $63. Je suis intimement persuadé que le texte ci-dessous va mettre Vincent Pousson en lévitation.


“Over the past 20 years, Spain has experienced a dramatic upheaval in its deeply rooted wine industry. The epicenter of this revolution in style and character has been the country's most prestigious wine region, Rioja.


Beginning in the 1990s, a vigorous debate pitted traditionalist bodegas against a new wave of vintners. Should Rioja maintain the supple, elegant style that had flourished since the early 20th century? Or adopt a richer, more structured approach more in harmony with the world's other great reds?


Though the polemics have been fierce, a few producers have found a middle ground that is rooted in history yet open to innovation. Among them, the benchmark bottling, for its pedigree and consistency, may be the Cune Imperial. "I feel Imperial falls in the middle of the traditional/modern divide," says Cune CEO Victor Urrutia, a member of the family that has owned Cune for five generations.”


La suite ICI link 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

peyronnet 21/11/2013 11:25


La Bourgogne vaut certes mieux que cette kermesse mondaine dont on peut aisément se passer. Au lieu d'aller à Beaune pour la vente, restons bien au chaud et plongeons-nous dans un bon livre, par
exemple "Histoire des Hospices de Beaune - Vins, domaines et donateurs", de Marie-Thérèse Berthier et John-Thomas Sweeney, paru en 2012 aux éditions Guy Trédaniel, ou bien dans le beau livre de
Laurent Gotti "Hospices de Beaune - La saga d'un hôpital-vigneron" paru aux précieuses éditions Féret. Il est conseillé d'accompagner sa lecture d'un verre de vin de Bourgogne et là, vous n'aurez
que l'embarras du choix ! Santé !

Luc Charlier 18/11/2013 13:29


A Vincent, Emmanuel, ... Paul et les autres :


Chez notre ami Denis Boireau, la Bourgogne s’est manifestée à moi par le biais de Jean-Baptiste Bouzereau, le fils de Michel chez qui j’étais client il y a un quart de siècle. Que c’est bon
quand c’est comme ça !


Ensuite, je vous recommande une jeune table près de Bourgoin Jallieu : l’Emulsion, chez Romain et Oriane Hubert. A la carte .... les « Charmes » de Bouzereau.


Voir : http://coumemajou.jimdo.com/2013/11/17/nous-choyons-nos-clients-ch%C3%A9ris/


Pas de chandelle, pas de Bettane, pas de Christie’s, pas de charité, pas de Taubira, pas d’otage. Just Christine and me !


 


Y’a bon tout ça! 

Emmanuel Delmas 18/11/2013 12:23


J'ai bien fait de faire comme à mon habitude, fuir les pièges à touristes. Après mes quelques jours dans le vignoble bourguignon, afin de partir à la découverte de vignerons qui se sentent
oubliés, il était impensable de rester dans le coin, à cette période touristique. La veille de ce truc de charité à Beaune, déguerpir pour ne pas me mêler à cette mascarade fut vraiment salvateur
,-) 


Ouf, je ne regrette vraiment pas ! 


 


 

Vincent Pousson 18/11/2013 11:40


Ce que j'en pense, cher Jacques, je l'ai écrit vendredi soir, dans cette chronique qui a du t'échapper, noyée qu'elle était au milieu d'une soudaine poussée
d'écriture, entre anti-patriatisme primaire et Dernier tango à Barcelone. Je comprends que la politique et la sodomie aient davantage attirer ton attention…




marie lys damas 18/11/2013 10:59


Il est bien regrettable que la Bourgogne oublie ses traditions au profit des méthodes de vente anglo saxones. A perdre son âme la Bourgogne (comme d'autres régions de France) ne sera bientôt plus
qu'un simple petit compétitieur mondial que l'on traitera uniquement par le net avec les retournements de situation parfois spectaculaires que cela implique. Une fois de plus l'argent est bien le
moteur principal de tout cela. Cela dit nous servir un texte en anglais non traduit est quand même paradoxal. Amicalement. Marie-Lys

JACQUES BERTHOMEAU 18/11/2013 11:03



Je n'ai pas le temps en plus de traduire un texte original en anglais et c'est une règle que j'adopte tout le temps cependant il suffit d'aller sur le site et d'utiliser la traduction automatique
pour lire un français certes approximatif mais compréhensible 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents