Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2007 7 29 /07 /juillet /2007 00:03

Mes allers-retours dans le sommeil plaquaient des images sur chacun de mes éveils. Notre premier métro avec Sylvie, celui qui nous montait place de Clichy. Premier maillon, Sylvie y menait le bal. Gauchement je la suivais. Nous nous connaissions à peine et pourtant je me sentais en confiance aux côtés de cette grande fille délurée, vive et forte. En fait elle me trimballait. J'en prenais conscience en constatant que son escapade ne devait rien à l'improvisation. Sylvie, depuis des mois, ne pensait qu'à ça. Dans le café des artistes, rue Biot, lorsque nous nous sommes assis face à une grande bringue aux cheveux décolorés tirés en queue de cheval, j'avais le sentiment de jouer le rôle qu'elle m'avait dévolu. A notre entrée, dans ce bistrot mouchoir de poche, accoudée au bar, face sans doute à un Martini, cette fausse blonde, que Sylvie me présenta comme étant Martine dans le civil, et Betty au turbin, semblait elle aussi tout droit sortie d'un magasin d'accessoires. Sylvie et elle s'étaient embrassées avec effusion. Moi je tendais la main. Betty - car nul doute dans mon esprit, ce prénom était son fond de commerce - l'ignorait. Elle me déposait deux baisers humides tout au bord de mes lèvres tout en se tortillant comme une anguille. " Il est chou ton homme..." fut sa première déclaration me concernant. Je tentais de bien donner le change en affichant un port de tête le plus dominateur possible. A plusieurs reprises, Betty, insistait sur ma future position qui, soulignait-elle avec gourmandise, plaçait Sylvie au-dessus des contingences ordinaires du métier. En écho, les regards moqueurs de Sylvie, confirmaient mon étrange et nouveau statut.

Dès cet instant, sans mot ni écrit, nous venions de valider notre contrat. La Betty, un peu chichiteuse, jouaient les affairées indispensables. De son grand sac elle tirait une carte de visite qu'elle tendait à Sylvie : "Je t'ai trouvé un deux pièces du côté de la Place d'Aligre, dans le 11 ième, pas loin de Bastille. L'immeuble ne paye pas de mine mais c'est au calme et en étage. En plus ce n'est pas cher. Tu vas, ma belle, pouvoir exercer tes talents de décoratrice car tout est à refaire..." Ses mots dansaient dans ma tête. Son "vous y serez tranquilles..." me laissait de marbre. Sylvie le sentait. Elle rectifiait " Benoît va vivre sa vie de son côté. Nous sommes de bons amis, parfois un petit peu plus, mais nous n'allons pas nous installer ensemble pour faire des enfants..." La Betty gloussait. Sylvie ajoutait une dernière couche " Faudra t'y faire ma cocotte. C'est plus moderne..." La Betty s'extasiait face à tant d'audace. Moi, la modernité de Sylvie m'en bouchait un coin. Je me crus obligé de lancer une vanne qui jetait un froid " il n'empêche chère Betty que c'est Sylvie qui portera la culotte..." Là, pour la chère Betty, je me vautrais dans l'obscène. Autant pour elle, vivre des charmes de Sylvie relevait de la bienséance, alors que lui faire don de mes burnes sans contrepartie versait dans les mauvaises manières. Sylvie, un peu fâchée, tentait de la rassurer " Fais pas attention Betty Benoît fait toujours dans l'humour au second degré..." Sans être mauvaise langue je fis remarquer à Sylvie, lorsque Betty nous quitta, que sa copine me semblait imperméable à un quelconque degré dans l'humour.  

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents