Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2006 1 04 /09 /septembre /2006 06:52

De bon matin, plein de bonnes résolutions de rentrée, pas la scolaire, non celle de Vin&Cie l'espace de liberté ma petite entreprise de presse au long cours, j'ai décidé de vous proposer pour la semaine qui s'ouvre un fil rouge pour mes chroniques, un fil rouge répondant au doux nom de : beaucoup de bruit pour une histoire de pompes... J'entends déjà dans les campagnes, entre les rangs de vigne, monter la rumeur : " c'est grave docteur, voilà maintenant que ce pauvre Berthomeau ce met à nous raconter des histoires de godasses. L'a pas d'autres choses à faire ce garçon..." Méfiez-vous, comme le disait la SNCF d'avant : attention un train peut en cacher un autre...

" Quand j'étais petit(nous parlons de la fin des années 60) il y avait le jour où l'on allait acheter les chaussures de sport(...) En ce temps-là, quand il fallait acheter des chaussures de sport, le choix était pratiquement limité à : Superga beige et Superga bleues. Enfin : dans ma famille c'était comme ça. En réalité, d'autres possibilités, il y en avaient, du moins en théorie. Les plus chicos et/ou riches achetaient les mythiques Adidas, trois bandes sur le côté, semelle profilée, renfort devant et derrière. Il y en avait de quatre sortes : je me souviens que j'étais dingue d'un modèle qui s'appelait Rom. Adidas Rom. Ou bien Room ? Je ne sais plus. En tout cas j'en étais dingue. Plus élitistes encore, les Puma : très peu en avaient, et elles étaient regardées avec un grand respect mais aussi avec une pointe de méfiance (elles étaient considérées comme les rivales des Adidas, ce qui ne témoignait pas en leur faveur). Et pour finir, les All Star, mais elles étaient vraiment rarissimes : ce qui nous plaisait c'est qu'il y en avait aussi des rouges, mais en gros elles étaient vues comme des chaussures de blaireau, elles étaient très difficiles à trouver, les seuls pratiquement qui en avaient c'étaient ceux qui jouaient au basket. En dessous de cet Olympe on trouvait les nulles. C'étaient des chaussures avec des noms spirituels genre Tall Star, Luma, Addas. Elles tentaient le coup. Sans aucune pudeur, elles affichaient les bandes mythiques sur le côté : sauf qu'il y en avait quatre, ou deux. Elles ne coûtaient pas cher, et elles se vendaient au marché (...) Il faut rappeler aussi que les chaussures de sport se mettaient quand on allait faire de la gymnastique, et pas à d'autres occasions (pourquoi les abîmer ?).

Je me rappelle que puisque tout le monde avait des Superga, et que dans la salle de gym on était tous là avec les mêmes chaussures comme si on était des Chinois, à part deux ou trois privilégiés avec des Adidas ou des Puma, mais il y en avait peu, les autres c'était tous les mêmes - bref, je me rappelle que certains d'entre nous, les plus originaux, un peu rebelles, ceux qui étaient les plus éveillés, n'arrivaient pas à accepter ça, qu'on soit tous pareils, et alors, pour essayer d'être différents, pour vaincre la monoculture de la chaussure, ils décidaient de se rebeller, et ce qu'ils faisaient, justement, c'était : dessiner quelque chose au stylo-bille sur leurs Superga. Ou peut-être une inscription. Ou des petits coeurs, des fleurs, des choses de ce genre. Dans ce monde-là, pour inventer tes propres chaussures, tout ce que tu pouvais faire c'était dessiner dessus au stylo bille.

Bon. Et maintenant un grand saut dans la machine du temps. Imaginez que vous avez un fils d'une douzaine d'années et que vous l'emmenez acheter des chaussures de sport. Janvier 2002. "

Cet extrait est tiré d'un petit livre sur la globalisation et le monde à venir d'Alessandro Barrico " Next " chez Albin Michel et comme vous vous en doutez il se place comme le nez de Cyrano au milieu de la figure de nos chers promoteurs de la campagne Vinplissime : les dragueurs des " jeunes urbains désinvestis " A demain pour la suite de cette plongée dans l'étrange univers de la consommation dans lequel notre antique nectar culturel est balloté tel une bouteille à la mer... 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

dominique 04/09/2006 19:31

Décidément je me sens devenir le "poil à gratter" de J.Berthomeau.  Il parle de cible et je voudrais souligner que les jeunes urbains censés être ciblés dans la campagne (dont j'aimerais avoir les grandes lignes du dossier de presse pour éviter de parler de choses que je ne connais pas) me semblent être en age d'acheter seuls leurs chaussures ! Les ados cités par Baricco, qui nous sommes tous d'accord, est un grand écrivain, sont ceux qui aujourd'hui préfèrent les alcools forts et quelques joints pour se décoincer lors des fêtes. Le jeune urbain qui peut être tenté de découvrir l'univers du vin a un boulot, un bon niveau "socio-cul", et réserve ses Vega (baskets écolo scommerce équitable) pour les week ends. Nuance...

Lutin 04/09/2006 15:36

bonne journée a toi aussi

DULAU 04/09/2006 09:10

Cher Jacques je vous voie venir avec vos Superga :-) !
De la belle pédagogie ma foi !
Idem pour le test le plus déjanté... qui est très djeun et très cliché... mais les clichés c'est si pratique. Et diablement efficace lorsque ces clichés représentent des tendances lourdes sociétales d'une génération.
En tout cas cette chronique du matin m'a donné envie d'acheter le bouquin de Barrico (en plus il a un sacrée plume le zigue)
Bonne journée

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents