Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 00:09

 


« Médiateur » en pays catalan ne fut pas un métier de tout repos. Le vin doux naturel, vache à lait de la viticulture du Roussillon, sombrait doucement dans un embrouillamini, dont le nœud central se situait au Comité Interprofessionnel des VDN. Son implosion – la démission de son Président et de son Bureau – me valait d’atterrir dans la touffeur du mois d’août à Perpignan. Bref, je tentais de démêler le sac de nœuds avec patience et constance. Hormis quelques hurluberlus, mes interlocuteurs, même s’ils me prenaient un peu la tête, se révélaient dans l’ensemble d’un commerce agréable lorsque nous nous retrouvions hors de l’arène syndicalo-professionnelle. L’un d’eux, Jean-Luc Pujol, jeune et brillant vigneron à Fourques dans les Aspres, excellent orateur, droit dans ses bottes, étoile montante du Crédit Agricole, présidait la Confédération Nationale des VDN, la gardienne du trésor de guerre : le privilège fiscal des VDN contesté par les gens du Pineau des Charentes. Nous ferraillions souvent mais l’estime était réciproque. Bref, tout cela pour vous dire que c’est grâce à lui que j’ai découvert le Poisson Rouge à Port-Vendres.

 

Découvert est bien le mot approprié car ce petit restaurant il faut le trouver. En effet, pour s’y rendre il  faut emprunter un étroit tunnel qui mène à l’ancien Fort Marly. Mais ça vaut la peine, non que la cuisine y fût exceptionnelle – c’est bon et le service est sympathique –, mais parce que sa situation est exceptionnelle ! Situé à l’entrée de la baie de Port-Vendres, à l’abri du cap Béar, les pieds dans l’eau, face à la ville et au port marchand, le dépaysement est garanti. La première fois que j’y suis allé, sur les conseils de Jean-Luc Pujol, l’exotisme du lieu rejoignait des souvenirs d’enfance puisqu’Alain, mon grand-frère, c’était embarqué à Port-Vendres en tant que bidasse pour aller « maintenir l’ordre » pendant presque deux années en Algérie. Ce n’était pas une « guerre officielle » puisque les départements d’Algérie étaient français. Depuis, à chaque fois que je me rends dans ce beau département je trouve le temps d’aller au Poisson rouge. La dernière fois, je ne dirai pas quand pour ne pas me faire tirer les oreilles par mes amis du cru, j’y ai pris beaucoup de plaisir. Nous avons bu,  pour accompagner ce repas de poissons, un excellent Justin Piquemal rouge 2007, Cabernet-Sauvignon, Grenache Syrah  www.domaine-piquemal.com.



Rte de la Jetée

66660 PORT VENDRES

T 04 68 98 03 12

Horaires
De 12h30 à 14h30 et de 19h30 à 22h30. Fermé mardi et mercredi d’avril à mi-juin.

 

Je pourrais en rester là mais j’ai découvert dans l’Indépendant du 19 février 2009, un papier sur le maire de Fourques qui est : Jean-Luc Pujol, à propos de l’implantation d’éoliennes dans les Aspres. Alors je ne résiste pas au plaisir de vous en proposer quelques extraits car j’y ai retrouvé du Jean-Luc Pujol pur sucre.

 

« Le maire de Fourques, Jean-Luc Pujol, est porteur d'un ambitieux projet de développement durable au cœur duquel s'inscrit une ferme éolienne. Son projet provoque la grogne et ne fait pas l'unanimité parmi les maires des communes avoisinantes. Qu'importe ! Pour cet homme aux convictions bien arrêtées, l'écologie est une seconde nature. Le verbe haut, le propos direct, le regard franc, soulignent le bon sens paysan. Le volubile Jean-Luc Pujol n'a rien d'un doux rêveur, son désir de ferme éolienne a mûri lentement dans son esprit. Avec sa jeune équipe municipale, il a voulu évaluer de visu les impacts des aérogénérateurs. Il a donc visité quantités de fermes éoliennes, rencontré des élus et des riverains. »

 

Ses quatre vérités

 

« Dans nos précédentes éditions les arguments des opposants ont été développés sans que ne s‘exprime le porteur du projet. Quand Jean-Luc Pujol prend la parole, il ne manie pas la langue de bois. «Je n'accepte pas que certains de mes collègues maires m'accusent de vouloir saccager l'environnement. Quand ils parlent seulement de machines et de taxe professionnelle je rétorque politique globale et locale environnementale! » Clairvoyant, le maire de Fourques ose lâcher : « Je suis agriculteur bio, je ne vis et ma famille ne vit que de l'agriculture, je possède le plus grand domaine viticole de Fourques, un important patrimoine immobilier. Serais-je assez fou pour vouloir déprécier mon patrimoine si les éoliennes avaient un quelconque impact négatif sur l'économie locale? » Pour couper court à toutes les rumeurs les plus extravagantes : « Je rassure mes détracteurs, aucune des 5 ou 6 éoliennes ne sera installée sur mon vignoble. Je ne bénéficierai d'aucun subside ni manne financière. Je ne veux pas être juge et partie! » Peut-on être à la fois contre le tout nucléaire et contre les éoliennes ? Il reste encore la bonne vieille bougie. »

 

Toujours le même, bretteur, pugnace, pince sans rire, convaincu de mener le bon combat, honnête, salut Jean-Luc et vive le vent ! Ce n’est pas ce qui manque dans le Roussillon… Domaine de la Rourèdre Fourques 04 68 38 84 44 (c'est du bio)...

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Michel Smith 17/11/2009 09:47


Des éoliennes qui truffent le paysage, l'idée ne me plaît guère. Mais un champs d'éoliennes en un lieu précis, là où ça ne dérange éventuellement que quelques lièvres et sangliers, je suis pour.
Même dans les Aspres où je possède quelques vignes.


David Cobbold 16/11/2009 10:45


Ah que cela fait du bien d'entendre parler avec un peu de bons sens de ce sujet des éoliennes ! J'en ai assez des réactions de type "NIMBY" (not in my back yard) à propose de ce sujet, y
compris venant des gens plutôt respectueux de l'environnement. En effet, comment peut-on critiquer le nucléaire et mener campagne contre des éoliennes ? Ou bien serait-on, en cachette, un
suivant de Giscard qui mène une campagne si active contre les hélices ?


Reggio 14/11/2009 15:35


Encore un élu ( certes vigneron mais élu...) qui va nous saccager le paysage pour la plus grande gloire de sa mandature ! "Je vais sauver le monde" c'est moi qui vous le dit...Ceux qui sont pas
d'accord sont tous des cons, voyez, moi, comme je suis écolo...Allez Jean-Luc, encore un petit effort pour être révolutionnaire...
Adiù
Reggio


  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents