Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 08:00

Dans la période récente nous avons eu droit à l’affrontement entre les seuls défenseurs du Bien Public, les gardiens de notre Santé Publique, juchés tout en haut de leur chaire de hauts dignitaires de la science et de la médecine, drapés dans leur pureté et leur indépendance vis-à-vis des puissances d’argent, qui exhibaient, telles les tables de la loi, une incontestable méta-analyse d’où il ressortait, selon eux, sans contestation possible, que toucher au premier verre équivalait à se jeter la tête la première dans les rets du foutu crabe, et d’affreux mercantis, exportateurs dans le vaste monde de leur produit dangereux, organisés en un lobby puissant, redoutable, insoucieux de la santé de leurs concitoyens, corrupteurs de notre belle jeunesse, des rustauds, des péquenots de la pire espèce, manipulant la représentation nationale pour qu’elle jette dans le caniveau la plus belle part de la batterie de mesures qui feraient, enfin, reculer le fléau de l’alcoolisme.


D’un côté le Bien, les bons bergers, à qui il faut faire confiance, les yeux fermés, de l’autre le Mal, les brebis galeuses, qu’il faut fuir comme la peste C’est commode, le bon peuple comprend. Il a peur. La santé publique progresse. L’alcoolisme régresse…

 

Mais que lis-je dans le journal le Monde daté du 20 mars ?

 

Le titre de l’article  Un « Dr Madoff » de la pharmacie m’intrigue et m’étonne.

 http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/03/20/un-dr-madoff-de-la-pharmacie_1170578_3244.html  

Extraits :

 

« Tout était faux. Les patients supposés avoir testé des médicaments censés accélérer leur rétablissement postopératoire n'ont jamais existé. Les vingt-et-un articles scientifiques où étaient décrits les bienfaits de ces molécules miraculeuses n'étaient qu'un tissu de statistiques sans fondement. Mais, sur la foi de ces résultats frauduleux, des millions de personnes se sont vu administrer des molécules bien réelles, qui ont rapporté des sommes colossales aux compagnies qui les commercialisent, Pfizer, Merck ou Wyeth. »

 

Et pourquoi donc une telle imposture ?

 

« La course aux honneurs, et aux crédits qui les accompagnent, est le moteur de ce type de comportement. Les "travaux" du docteur Reuben étaient en partie financés par Pfizer, qui en avait fait l'un de ses porte-parole lors de conférences scientifiques où ses interventions étaient rémunérées. »

 

Alors suspicion légitime ?

 

« Cette affaire, comme à chaque fois qu'une telle imposture est dévoilée, conduit à  s'interroger sur la fiabilité de l'édition scientifique, et en particuliers médicale. Selon l'adage bien connu "publish or perish", c'est en effet grâce à la publication dans les revues scientifiques que se construit une carrière. »

 

Lobby vous avez dit lobby ?

 

« Une autre étude, parue le 13 février dans le British Medical Journal, montre que certaines revues facilitent, inconsciemment ou non, la publication de travaux financés par l'industrie pharmaceutique. Passant au peigne fin 274 études sur les vaccins grippaux, Tom Jefferson (Cochrane Vaccine Field, Italie) a constaté que celles qui paraissaient dans les journaux considérés comme les meilleurs n'étaient pas forcément les mieux conçues et les plus pertinentes. Ce qui faisait la différence, c'était la nature du sponsor de l'étude. En clair, les grosses firmes pharmaceutiques ont plus de chance de voir les travaux qu'elles financent publiés dans les journaux de haut rang. "Les sponsors industriels commandent un grand nombre de tirés à part des études qui valorisent leurs produits, assurant eux-mêmes la traduction. Ils achètent aussi des espaces publicitaires dans ces journaux. Il est temps que ceux-ci dévoilent leurs sources de financement", note M. Jefferson. »

 

Bien évidemment je ne fourre pas tout le monde dans le même sac, la grande majorité des chercheurs sont des hommes honnêtes, œuvrant pour faire avancer la science,  mais je demande simplement à ces messieurs les grands communicants de notre système de Santé Publique de bien vouloir balayer un peu devant leur porte avant de nous asséner que leurs études scientifiques compilées sont irréfutables, de baisser un peu le son de leurs certitudes absolues et de cesser de nous faire accroire qu’ils sont à cent lieux des basses préoccupations matérielles dont ils taxent avec hauteur ceux qu’ils stigmatisent. Franchement, que pèse le malheureux lobby viticole face aux Pfizer, Merck, Sanofi Aventis, Hoffmann Laroche, Novartis,  GlaxoSmithKline et Abbott… Que dalle ! C’en serait risible si les forces en présence bénéficiaient d’un égal accès aux grands médias qui façonnent, voire manipulent une opinion publique peureuse et versatile.

Le secrétaire perpétuel de l'Amicale des Bons Vivants

Jacques Berthomeau

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Michel Smith 23/03/2009 12:17

Bien dit Laurent !
La vigne ne cherche pas à se faire entendre par l'opinion publique. Le vrai vigneron prend son temps et la richesse sonnante et trébuchante ne l'intéresse guère sauf si elle permet de se réinvestir dans sa chère vigne. Il ne nous reste plus qu'à boire largement : justement, j'ai une bonne bouteille de Marc Kreydenweiss. Un rouge pour changer. Un carignan et non un riesling. Un vin du Gard, des Costières plus précisément. Un 2006 qui n'a rien d'intensif puisqu'il est fait en biodynamie. Je m'en pourlèche les babines à l'avance. Au diable l'opinion publique ! Soyons bons vivants. Soyons bons buvants !

Laurent Petit Foreix 22/03/2009 21:26

Je partage votre analyse de "l'opinion publique", qui est peureuse et moutonnière, mais qui au lieu de bêler tranquillement, hurlent (le plus souvent) avec les loups trop incapable de voir ou de savoir ce qui s'agite derrière les oukases, mots d'ordre, recommandations, voir vitupérations des pouvoirs en place, et ou des "vrais" lobbys , ceux qui ne font aucun bruit ou si peu mais qui à travers la planète ont mis et mettent en ordre un monde qui fait , à chaque fois qu'il se révèle plus ou moins fortuitement , froid dans le dos.
Autre chose , plus prosaique, et malheureux.
Nous aurait on assénés ce genre de connerie, distiller sur le ton paternaliste et savant de: "mes pauvres enfants vous ne savez pas ce que vous faites mais je le sais pour vous ", si notre grand "Fait Tout" et Vibrionnant Monarque buvait autre chose que du jus d'orange ou du moins c'est ce que l'on s'évertue à nous faire croire.
Enfin, l'air du temps est à la richesse vite gagnée et la cupidité est un mode de vie, un leitmotiv, qui semblent partagé par tous ceux qui sont censés nous gouverner, la vigne c'est malheureusement tout l'inverse.

Iris 22/03/2009 10:45

Pour des lecteurs pas abonnés au Monde, ici le lien vers la version "public" de l'article:

http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/03/20/un-dr-madoff-de-la-pharmacie_1170578_3244.html

JACQUES BERTHOMEAU 22/03/2009 15:58


Merci changement effectué


ShowViniste 21/03/2009 19:58

Il faudra certainement que je me renseigne sur ce qu'est l'opinion publique. Je pensais en faire partie tout simplement comme vous Monsieur Berthomeau sans y chercher une quelconque influence.
Je vis peut-être trop dans l'illusion que nous sommes des hommes libres, quoique l'on dise de nous !

JACQUES BERTHOMEAU 21/03/2009 20:20


Lisez Francoscopie de Gérard Mermet qui décrypte depuis plus de 20 ans le moeurs des Français que nous sommes vous et moi qui bien sûr par nos opinions, nos choix, nos façons d'être façonnons
l'opinion publique qui bien sûr n'est pas un bloc monolithique. Dans mon propos je faisait allusion aux tendances majoritaires de l'opinion publique... Quand à la liberté individuelle c'est une
autre paire de manches... Bien à vous


ShowViniste 21/03/2009 11:41

Juste une petite remarque à propos des "grands médias qui manipulent une opinion publique peureuse et versatile".
Je m'étonne toujours de ce genre d'affirmation. En premier parce que l'opinion publique nous est le plus souvent retransmise par ces mêmes médias. Nous avons donc des médias qui nous disent de quoi nous devons avoir peur, puis qui nous informent que nous, opinion publique, nous avons peur de ce qu'ils nous ont dit. On se mord la queue et très certainement que cette "versatilité", comme vous dites, n'est que le reflet de l'agitation des rédactions, soumises à un impératif de rentabilité. Faire du bruit c'est faire du tirage, c'est vendre donc c'est faire de l'argent, c'est remplir ses objectifs et c'est donc avoir son salaire comme promis à la fin du mois, voir même sa prime à la fin de l'année ! Ca pousse à dire tout et son contraire !
Ensuite, parce que je ne crois pas que l'opinion publique soit ainsi peureuse et versatile ! Quand on aime la diversité, on évite de généraliser ainsi les hommes. Nous ne sommes pas des moutons. Nous avons notre libre arbitre et nous avons aujourd'hui, plus que jamais, la possibilité de nous informer comme de nous exprimer !
Vive l'opinion publique !!!

JACQUES BERTHOMEAU 21/03/2009 16:16



à Paris 1944 Pétain acclamé àpar la foule  Paris quelques mois après De Gaulle dans Paris libéré acclamé, Hitler et Mussolini sont venus au pouvoir démocratiquement... Les coups de balancier
de l'opinion sont la règle : le FN s'est nourri des électeurs du PCF etc.
Vive l'opinion publique !
Oui l'opinion publique est versatile
Oui l'opinion publique en ce moment est peureuse et moutonnière...
Rien à voir avec le libre arbitre ou la diversité ou la possibilité de s'informer
Pourquoi diable les politiques sont scotchés aux sondages
Je ne généralise pas, je n'affirme pas, je constate.
Quand vous dites vive l'opinion publique c'est que vous vous vivez comme étant en capacité de l'influencer individuellement : j'en doute. Chacun se vit comme étant le monde à soi seul avec le je
pense que donc...
Quand aux médias se sont des suiveurs et des amplificateurs et bien évidemment il y a interaction...


 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents